En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

îles Baléares

en espagnol Baleares

Palma de Majorque
Palma de Majorque

Archipel espagnol de la Méditerranée occidentale, formé de quatre îles principales Majorque, Minorque, Ibiza et Formentera, qui constituent une communauté autonome correspondant à une province.

  • Superficie : 5 014 km2
  • Population : 1 100 503 hab. (recensement de 2011)
  • Chef-lieu : Palma de Majorque

L'archipel espagnol, situé en Méditerranée occidentale, est formé du nord-est au sud-ouest des îles de Minorque (Menorca, 668 km2), Majorque (Mallorca, 3 074 km2), Ibiza (572 km2), Formentera (115 km2) et de quelques îlots ; au total, 5 014 km2. Il présente un relief accidenté et des côtes découpées. Ces îles forment la province des Baléares, dont le chef-lieu est Palma de Majorque. L'île de Majorque possède une chaîne de montagnes, la Tramuntana, qui forme le versant nord-est de l'île, qu'elle protège contre les vents et la mer. Ses sommets sont souvent enneigés l'hiver.

Les îles sont alignées du sud-ouest au nord-est sur une échine sous-marine dans le prolongement des cordillères Bétiques, dont elles constituent des fragments isolés, en dehors de Minorque qui s'appuie sur un vieux socle.

Ces îles, fort pittoresques, se révèlent pleines de contrastes. Tantôt des montagnes au profil dentelé, formées d'écailles empilées poussées vers le nord, dressent des abrupts sauvages, telle la sierra del Norte à Majorque (Puig Mayor, 1 445 m) tombant en à-pics dans les flots, ou les montagnes d'Ibiza, hardiesse en moins. Tantôt, au contraire, de basses terres s'inscrivent en un mince liseré sur l'horizon : telles Formentera ou la partie centrale de Majorque (el Pla), s'ouvrant sur de profondes baies.

L'air marin humide baigne en permanence les Baléares. La moyenne des précipitations est de l'ordre de 500 mm et peut atteindre, sur les plus hauts reliefs, 1 200 mm. mais la fréquence des vents, dont certains sont particulièrement desséchants (tramuntana venant du nord, xaloc, du sud-est) active l'évaporation et renforce l'aridité estivale. Suivant le relief et l'exposition, de multiples nuancent climatique se dessinent donc, que la végétation naturelle, fort dégradée, souligne clairement : ainsi aux forêts de pins d'Alep, chênes verts et lentisques de la Sierra del Norte s'opposent les maigres garrigues à palmiers nains du sud de Majorque.

Au milieu du xixe s., les touristes étrangers commencèrent à découvrir les délices des Baléares. Aurore Dupin, plus connue sous le nom de George Sand, et Frédéric Chopin inaugurèrent une véritable ère touristique, qui ne s'est pas démentie jusqu'à nos jours. Le tourisme de masse (l'aéroport de Palma est le premier d'Espagne) est devenu la ressource essentielle, loin devant les traditionnelles cultures céréalières, fruitières et légumières, le vignoble et l'élevage bovin.

HISTOIRE

Occupé très anciennement (environ 4 000 avant J.-C.), et notamment par les Puniques, l'archipel fut arabe de 902 à la reconquête chrétienne par les Aragonais (1229-1287). En léguant les Baléares à son fils Jacques II, Jacques Ier fit de lui un roi de Majorque (de 1276 à 1311). Mais, en 1343, Pierre IV d'Aragon reprit l'archipel, dont le commerce continua à prospérer. L'union de l'Aragon et de la Castille et la découverte de l'Amérique entraînèrent une longue décadence des îles.