En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêts, réaliser des statistiques ainsi qu’interagir avec des réseaux sociaux.

Pour en savoir plus et paramétrer les cookies

Identifiez-vous ou Créez un compte

l'Ardrésis

Pays de la région Nord-Pas-de-Calais, qui s'étend sur une centaine de kilomètres carrés autour d'Ardres, entre Calais, Saint-Omer et Boulogne, depuis les collines de l'Artois jusqu'à la plaine côtière.

C'est une riche région agricole : élevage dans le « haut-pays », culture céréalière sur les flancs de l'Artois, polyculture dans la plaine.

Du sud au nord, de l'ouest à l'est, se succèdent quatre types de paysage :
– le bombement de l'Artois, anticlinal crayeux datant de l'ère secondaire qui s'arrête brutalement au Pas de calais, au cap Blanc-Nez ; les forêts domaniales de Licques, Tournehem, Eperlecques constituent des vestiges des forêts qui couvraient autrefois largement ce territoire.
– au sud-est, le bocage, autour de Licques, de part et d'autre de la Hem, petite rivière affluent de l'Aa. La vallée de la Hem et de ses ruisseaux affluents est une boutonnière creusée dans l'Artois, toutefois beaucoup plus petite et moins profonde que la « fosse » du Boulonnais. Au milieu des terres alluviales récentes, un pays de bocage et d'élevage borde la rivière, tandis que des champs, des prairies cultivées, puis des landes à genêts montent vers les reliefs de la cuesta, vigneaux et ventus, toponymes transparents qui évoquent, les premiers, la culture de la vigne pratiquée là au Moyen Âge, les seconds, la légendaire domination des vents d'ouest dans le Nord de la France.
– au nord-ouest, les terres fertiles du rebord de l'Artois, à Balinghem, Louches et Nordausques ; sur le flanc des premières collines, aux époques teriaire et quaternaire, le vent a déposé des argiles sableuses, aujourd'hui particulièrement propices à la culture des céréales ;
– le réseau de wateringues, à Ardres et Watten-Eperlecques ; région battue par les vents d'ouest, la plaine côtière est formée de sables, de tourbes et d'argiles sableuses, conséquence du va-et-vient de la mer, ou transgression. La dernière transgression, dite de Dunkerque II, s'est produite entre le ive et le viiie siècle. Aujourd'hui très urbanisée et industrialisée, cette plaine s'étale au niveau de la mer, à l'abri du cordon littoral dunaire ; particulièment fertiles, les terres grises, argilo-sableuses de cette zone de polders parcourue de wateringues sont consacrées à la polyculture : céréales, betterave, chicorée, légumes, lin…

L'Ardrésis tient son unité de l'histoire : de 1377 à 1790, c'est-à-dire depuis le démembrement du comté de Guînes en Flandre, jusqu'à la réorganisation administrative sous la Révolution, le pays regroupait les dix-neuf paroisses picardes, avec à leur tête Ardres, chef-lieu de bailliage, et Licques, siège d'une abbaye de prémontrés. Quelques communes artésiennes lui sont traditionnellement rattachées, comme Tournehem et Eperlecques.