Les incendies de l'été ont provoqué la mort de cinq personnes et ont détruit 25 000 ha de maquis ; le cap Corse, le Nebbio, la Balagne, et la région du sud de Bastia ont été les plus touchés. Les bergers corses, soupçonnés de provoquer des incendies pour fertiliser les pâturages, ont été mis une nouvelle fois en accusation. L'analyse cartographique minutieuse a permis aux hommes du Service départemental incendie et secours (SDIS) de la Haute-Corse de conclure que 90 % des mises à feu étaient d'origine pastorale.

En mai, la Société nationale maritime Corse-Méditerranée (SNCM) a mis en service son plus gros paquebot, le Danielle-Casanova, construit à Saint-Nazaire. Il peut transporter 2 346 passagers et 800 voitures.

Franche-Comté

Pour coordonner la nouvelle politique économique du département, l'Agence de développement économique du Doubs (ADED) s'est substituée à l'Agence de développement et d'industrialisation du Doubs et à l'Association départementale du tourisme du Doubs. La première convention, signée le 21 novembre 1988 avec l'université de Franche-Comté, a eu pour but de développer les nouvelles technologies par l'incitation à investir dans la recherche et par le maintien sur place des chercheurs de haut niveau. Dès à présent, l'ADED permet à l'université de mettre en place un important programme de recherche sur les microtechniques ainsi qu'un programme orienté sur les biotechnologies et les technologies plastiques.

Morez, la capitale jurassienne de la lunetterie, a été épargnée par le chômage ; pourtant 1 300 personnes, sur une population active de 3 800 individus, franchissent chaque jour la frontière suisse, attirées par des salaires deux fois plus élevés.

Le Fonds interministériel de développement et d'aménagement rural (FI-DAR) a poursuivi son action de reconversion dans la montagne jurassienne : les principales réalisations ont porté sur la restructuration de l'industrie pipière et le développement de l'industrie du jouet.

À Moirans, la Maison du jouet et de la tournerie, inaugurée en décembre, sert de centre d'animation, de documentation et de communication sur le jouet français, de musée et de centre de créativité et d'appui à l'innovation technique.

Île-de-France

Les dernières estimations de l'INSEE dénombraient 10 320 000 habitants dans la Région Île-de-France au 1er janvier 1988. Depuis le recensement de 1982, la population s'est accrue de 240 000 habitants, c'est-à-dire de 40 000 par an. Toutefois, au sein de la Région, le desserrement se poursuit : à cause principalement de la hausse des loyers, Paris perd quelque 20 000 habitants par an et est passé de 2 178 000 habitants en 1982 à 2 057 000 en 1988.

Avec 19 % de la population nationale et 22 % de la population active française, l'Île-de-France assure près de 28 % du PIB, la part des autres Régions variant de 1 % (Limousin et Franche-Comté) à 9 % (Rhône-Alpes). Le PIB rapporté au nombre d'habitants place l'Île-de-France en tête (135 800 francs) devant l'Alsace (93 700 francs). 4 750 000 emplois sont offerts dans la Région. Sur ce chiffre, 4 600 000 sont occupés par des Franciliens et près de 150 000 par des actifs venant travailler quotidiennement dans l'un des huit départements de la Région-capitale. Celle-ci continue à se « tertiariser » : en effet, sur 100 emplois, 72 s'exercent aujourd'hui dans le secteur tertiaire.

Vingt ans après leur création, les villes nouvelles de la région parisienne ont atteint l'âge adulte. Chaque année, de huit à dix mille logements y sont construits et 40 000 personnes viennent s'y installer. Mais leur population est encore trop sélectionnée : 38,6 % de moins de 20 ans et moins de 5 % de plus de 65 ans. 10 000 entreprises y offrent près de 300 000 emplois, mais le déséquilibre entre emploi et logement ne s'atténue pas : à Cergy, 50 % des habitants travaillent en dehors de la ville nouvelle, tandis que 50 % des entreprises emploient des salariés venus de l'extérieur.

L'Île-de-France est la première région touristique française avec un chiffre d'affaires de 35 milliards de francs. 100 millions de nuitées sont offertes aux touristes étrangers, principalement à Paris (92 %). Le seul secteur de l'hôtellerie-restauration emploie 165 000 personnes. Les fêtes du Bicentenaire ont été l'occasion d'une publicité gratuite et de plusieurs milliards de recettes. La pyramide du Louvre a enregistré certains jours jusqu'à 50 000 entrées et, en août, la tour Eiffel a reçu 125 000 visiteurs de plus qu'en août 1988. Les 67 888 chambres d'hôtel de la capitale étaient toutes occupées le 14 juillet.