Le vignoble, solidement organisé par le Centre interprofessionnel du vin de Champagne, est toujours une valeur sûre. Un hectare de vigne rapporte plus que vingt hectares de blé.

Pierre Méhaignerie a tranché la querelle du tracé de l'autoroute A-26 entre Châlons et Chaumont en faveur du passage par Troyes. L'ouverture à la circulation ne se fera pas avant 1991.

Corse

Les commerçants et industriels sont soumis au racket et à « l'impôt révolutionnaire », des membres des forces de l'ordre sont abattus, des résidences secondaires sont plastiquées ; le San Bastiano, luxueux complexe hôtelier du golfe de Sagone, renonce à ouvrir ses portes pour la saison 1987. L'ex-FLNC et les mouvements terroristes indépendantistes radicalisent leurs actions, font monter la tension et multiplient les actes d'intimidation pour faire partir les continentaux installés sur l'île.

Le marasme économique résulte largement de cette situation explosive. Les investissements sont arrêtés : la fréquentation dans les hôtels et les restaurants a baissé de 20 p. 100 pendant la saison touristique 1987. Cependant, le solde migratoire est redevenu positif, mais il marque le retour au pays des insulaires, l'âge de la retraite ayant sonné. Ainsi s'expliquent la moyenne d'âge élevée (23 p. 100 de la population atteint 60 ans et plus), le fort taux de mortalité (plus de 11,5 p. 1 000) et la faiblesse du taux d'activité (36,8 p. 100, record de France).

Malgré la violence, le tourisme fait encore recette ; un million de visiteurs par an, une centaine de « produits touristiques ». 2,5 milliards de francs ont été dépensés pour un total de 23 millions de nuitées.

Le Conservatoire du littoral, depuis sa création en 1975, a déjà acquis 10 000 ha de terre dans l'île de Beauté, dont 4 000 dans le désert des Agriates. Le plus long câble sous-marin en fibres optiques exploité dans le monde a été posé en juillet entre Marseille et Ajaccio.

Franche-Comté

Qu'on le veuille ou non, la Franche-Comté vit à l'heure des Automobiles Peugeot. Certes, l'industrie du jouet, l'horlogerie, la lunetterie demeurent, mais le constructeur automobile emploie 24 700 personnes dans la Région (contre 41 000 en 1979) et ses sous-traitants en emploient à peu près autant. Après Mulhouse et Poissy, Automobiles Peugeot poursuit son plan de restructuration en développant la robotisation à Sochaux, qui deviendra un centre de fabrication automatisée sans équivalent en Europe. La capacité de production sera portée à 1 800 véhicules par jour dès 1988 et à plus de 2 000 après 1990. Pour permettre la construction de 120 000 mètres carrés d'ateliers supplémentaires, l'Allan, petite rivière qui traverse le site, a été détournée. Peugeot, c'est aussi 7 milliards de francs d'investissement jusqu'en 1994, 60 p. 100 des exportations régionales, 214 millions de francs de taxe professionnelle, soit 20 p. 100 du montant total de cette taxe perçue par la Région.

L'ambiance est tout autre à Alsthom-Belfort : 147 suppressions d'emplois ont été annoncées le 27 octobre. Les effectifs sont de 6 500 salariés (10 000 il y a 25 ans). Toujours à Belfort, Bull a supprimé 600 emplois en 1987.

L'entreprise Lip, qui fut naguère la plus prestigieuse entreprise horlogère française et qui n'employait plus que 95 salariés à Besançon, a déposé son bilan en août du fait d'un déficit d'exploitation de plus de 10 millions de francs. Lip avait abandonné toute activité horlogère depuis deux ans. Lip, c'est vraiment fini !

Île-de-France

En un an, le chômage a augmenté de près de 8 p. 100, alors que la hausse a été de 4,8 p. 100 en France. Selon les prévisions de l'INSEE et du Bureau d'informations et de prévisions économiques, la Région supportera à elle seule 85 p. 100 des 60 000 pertes d'emplois annuelles probables pour la période 1985-1991. Son taux de chômage traditionnellement inférieur au niveau national s'en rapproche.

Déjà, en 1986, les offres d'emplois ont progressé moins que dans le reste du pays : 6,8 p. 100 seulement contre 15,3 p. 100 en France. Le déclin du secteur industriel est responsable de cette situation : 60 000 postes ont été supprimés depuis deux ans. Les entreprises automobiles ont perdu 50 000 emplois depuis cinq ans, et les entreprises de la mécanique 20 p. 100. Seuls, le bâtiment et les travaux publics s'en sortent honorablement, grâce, il est vrai, au soutien public apporté aux grands travaux (Grand Louvre, TGV-Atlantique, « voie triomphale » à Neuilly, arche de la Défense...).