Il était impossible d'étudier ici tous les pays, ce que l'on comprendra aisément. On s'est donc limité à 14 pays ; leur choix a été établi en fonction des comparaisons qu'ils permettaient sur l'importance et le rôle des femmes dans le monde d'aujourd'hui. Aucun pays d'Afrique noire n'a pu être retenu, les statistiques étant par trop imprécises.

Les chiffres utilisés (les années de référence sont différentes) proviennent tous de l'Annuaire statistique 1974 du Bureau international du travail (BIT).

Constatations

On remarque que pour quatre pays (Brésil, Grande-Bretagne, URSS et Canada) les tranches d'âge sont incomplètes ; cela en raison du fait que les gouvernements des pays mentionnés n'ont pas établi leurs statistiques selon le même critère rigoureux. Pour les pays en voie de développement, on a choisi l'Algérie et l'Iran (chiffres des recensements de 1966) en raison de leur décollage économique ; pourtant, une même constatation s'impose : la main-d'œuvre est pratiquement inexistante. Outre les difficultés économiques (sous-emploi, chômage), les facteurs culturels influent ici profondément sur les mentalités ; l'évolution des femmes est encore très loin d'être acceptée.

Dans les pays de civilisation postindustrielle, par contre, les femmes revendiquent de plus en plus le droit au travail. C'est entre 20 et 24 ans que la main-d'œuvre est partout le plus élevée. Ainsi aux USA (56,1 %), en France (62,3 %), en RFA (68,8 %) ; mais seulement 52,2 % en Belgique. Une baisse du taux moyen d'activité intervient partout à partir de 25 ans. Elle trouve sans doute son explication dans le mariage et la maternité, puisque dès 30 ans les femmes reviennent en force dans la vie active en Suisse (44,5 %). en Suède (51,2 %). On remarque que l'Italie (estimations 1971), dans les tranches d'âge considérées, se différencie par une faible main-d'œuvre, peut-être en raison des difficultés économiques du pays.

Un nouveau fléchissement apparaît après 55 ans, à l'exception de la France qui se distingue des pays de la CEE par un taux encore élevé après 60 ans (32,4 %) ; en RFA, seulement 10,1 % des femmes continuent d'être actives.

C'est au Japon, suivi de très près par les USA et la Suède, que la main-d'œuvre dans toutes les tranches d'âge est la plus élevée.

Présence des femmes dans les grands secteurs d'activité

La participation des femmes dans la vie active, fait maintenant irréversible, n'est évidemment pas sans poser de multiples problèmes. Et en premier lieu celui de leur orientation vers tel ou tel secteur. Où sont-elles, par exemple, les plus nombreuses ?

On a retenu, pour chacun des 14 pays déjà analysés dans les pages précédentes, les grands secteurs d'activité tels qu'ils sont définis par l'Annuaire statistique du Bureau international du travail (et par celui de l'INSEE pour la France). Des regroupements étaient inévitables ; nous les avons opérés pour simplifier la présentation. Pour chaque secteur étudié, on trouvera, classiquement, à gauche le nombre des hommes et à droite celui des femmes.

Féminisation

Il se dégage un phénomène identique partout : d'une part, la féminisation des services, du secteur tertiaire (commerce, banque), des industries manufacturières (textiles, électronique) – dans certains pays (USA, Canada, Suède et Grande-Bretagne) les femmes y sont supérieures en nombre aux hommes ; d'autre part, une présence presque négligeable dans les industries extractives, le bâtiment, les transports et communications, secteurs de plus en plus spécialisés et qui demandent une main-d'œuvre hautement qualifiée. Cette constatation n'a pas de sens pour l'URSS, les chiffres communiqués regroupant toutes les industries.

L'agriculture emploie peu de femmes, à l'exception du Japon (les femmes y sont plus nombreuses que les hommes), de la RFA et de l'URSS (hommes et femmes y sont pratiquement à égalité).

L'infériorité des salaires, un problème qui demeure

À travail égal, salaire égal, adopté comme principe par une convention de l'Organisation internationale du travail (OIT), en 1951, demeure lettre morte, plus de vingt ans après, dans les 80 pays signataires.