Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
O

Ongulés

Vaste groupe des Mammifères aux doigts terminés par des sabots, ou onglons, généralement herbivores.


Les Ongulés sont souvent adaptés à la course, leurs pattes, hautes, leur permettant une locomotion rapide. Ces pattes sont terminées par un nombre de doigts inférieur à 5 et reposent sur le sol par les doigts médians. Tous les doigts ont leurs phalanges terminales protégées par un étui corné, le sabot (ungula).

La formule dentaire est, dans les formes primitives :

elle présente des modifications évolutives suivant les familles. Chez les Ruminants, les incisives et les canines peuvent n’exister qu’à la mâchoire inférieure. Les molaires sont puissantes et servent à broyer la nourriture végétale. Leur surface triturante est raboteuse et striée longitudinalement ou transversalement suivant le type de mouvements effectués par la mâchoire inférieure.

Le super-ordre des Ongulés est souvent considéré comme comptant les cinq ordres suivants : Proboscidiens (Éléphants), Siréniens (Lamantins), Hyracoïdes (Damans), Périssodactyles (Rhinocéros, Tapirs et Chevaux), Artiodactyles (Porcs, Hippopotames et Ruminants).

Nous considérerons ici les Ongulés comme groupant seulement les ordres des Périssodactyles et des Artiodactyles.


Ordre des Périssodactyles

Ils appuient sur le sol par un nombre impair de doigts. C’est le doigt médian (troisième doigt) qui supporte le poids du corps. Il devient plus fort que les autres doigts, qui, ne fonctionnant pas, ont tendance à diminuer. Les Rhinocéros ont trois doigts et trois orteils ; les Tapirs ont encore quatre doigts, mais trois orteils ; enfin, chez les Chevaux, le médian reste seul.

Les Périssodactyles se subdivisent en deux sous-ordres : les Cératomorphes, avec les deux familles des Rhinocéros et des Tapirs ; les Hippomorphes, avec la famille unique des Équidés* : Chevaux, Ânes, Hémiones, Zèbres.


Les Rhinocéros (famille des Rhinocérotidés)

V. Rhinocéros.


Les Tapirs (famille des Tapiridés)

Ils ont l’aspect de gros Porcs, avec une tête assez courte aplatie latéralement et un profil légèrement convexe et terminé par une petite trompe protractile et très mobile. Ils ont une queue très courte, un cou court et une petite crinière en brosse sur la tête. Leurs jambes sont courtes et fines.

Aux membres antérieurs, le premier doigt manque, le troisième est très fort, supportant la majeure partie du poids du corps, le deuxième et le quatrième sont plus faibles, et le cinquième est très court et ne touche le sol que si l’animal s’enfonce dans la vase. Les pattes de derrière ont trois orteils, le troisième étant le plus fort et le plus long. Les sabots, toutes proportions gardées, sont plus importants que chez les Rhinocéros.

La gestation dure 13 mois. Le petit naît avec une livrée qui rappelle celle des marcassins : couleur brune et raies longitudinales claires. Ces taches disparaissent vers 5 à 6 mois.

Les Tapirs sont américains ou asiatiques.

Les américains se rencontrent du Venezuela jusqu’en Argentine et vivent dans les forêts, mais vont parfois endommager les cultures pour y manger de la canne à sucre, dont ils sont très friands. Ils sont bruns, mais avec un manteau blanc qui les recouvre du garrot à la naissance de la queue. Tous ces animaux vivent par petits groupes familiaux.


Les Chevaux (famille des Équidés)

Un article spécial étant consacré aux Équidés, notons seulement que l’on a suivi, sur des fossiles d’Amérique du Nord, l’évolution qui conduit des Condylarthres (Éocène) jusqu’au Cheval actuel. Déjà, chez l’Eohippus, le doigt 5 manque seul, et le doigt 3 est prépondérant.


Ordre des Artiodactyles

Les animaux groupés dans cet ordre ont les troisième et quatrième doigts rigoureusement semblables, symétriques par rapport à un plan. L’axe de symétrie du pied passe entre ces deux doigts.

Les deuxième et cinquième doigts sont plus faibles (Hippopotames), mais se terminent aussi par un sabot, dégénérés chez les Suidés, les Cervidés, presque disparus chez les Bovidés. Le premier doigt n’existe jamais.

La filiation des Artiodactyles peut être suivie depuis l’Éocène inférieur, et les nombreux fossiles trouvés par la suite montrent que ces animaux sont un groupe très riche en formes différentes.

Les Artiodactyles qui existent de nos jours sont représentés par les non-Ruminants, avec les Suidés (ou Porcins) et les Hippopotamidés, et les Ruminants, avec les super-familles des Tylopoïdés, des Élaphoïdés et des Tauroïdés.


Les Artiodactyles non ruminants

V. Porcins.


Les Artiodactyles ruminants

V. Ruminants.

P. B.

➙ Antilopes / Bovidés / Éléphant / Équidés / Porcins / Rhinocéros / Ruminants.

 P. Rode, Mammifères ongulés de l’Afrique noire (Larose, 1943-44 ; 2 vol.). / P.-P. Grassé (sous la dir. de), Traité de zoologie, t. XVI et XVII : Mammifères (Masson, 1955-1971). / P. L. Dekeyser, les Mammifères de l’Afrique noire française (Impr. africaine, Dakar, 1950). / B. Grzimek, le Monde animal, t. XIII : Mammifères (Zurich, 1972).

onomastique

Partie de la linguistique qui s’occupe de rechercher l’origine des « noms propres » et de la mettre en rapport avec d’autres faits humains (histoire, au sens large du terme) ou physiques (géographie par exemple).


Selon les problèmes qu’on rencontre, on distingue généralement l’onomastique anthroponymique (noms* de famille, prénoms, surnoms) et l’onomastique toponymique (noms de lieux).


L’anthroponymie


L’état civil

Le système de dénomination des êtres humains est régi par la coutume et aussi, dans les États centralisés, par l’état état civil*, qui réglemente l’usage. Encore de nos jours, d’un pays européen à l’autre, les variations sont importantes : ainsi le système russe utilise un prénom, un patronyme (le prénom du père suivi de -itch pour les hommes) et un nom de famille ; le système espagnol combine après le prénom le nom de famille du père et celui de la mère ; le système français se limite au prénom et au nom de famille.