Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
N

Norvège (suite)

De grands fjells du Sør-Norge descendent vers la mer, en rayonnant, découpés par une série de vallées larges et profondes modelées en auge par les glaciers, au fond encombré par les alluvions et les moraines et occupé par des lacs de barrage morainique ou de verrou glaciaire souvent allongés, comme le grand lac Mjøsa au nord-est d’Oslo. De puissants cours d’eau, tel le Glåma, les parcourent. Ce sont les vallées qui concentrent toutes les activités humaines : l’Østerdal, le Gudbrandsdal, l’Hallingdal, l’Humedal, le Telemark, le Setesdal. Un grand arc de collines morainiques se relevant vers le N.-O. et le S.-E., le Ra, est traversé en son milieu par le fjord d’Oslo, de Moss au sud de Drammen.


Le climat et la végétation

La Norvège a le tiers de son étendue dans les régions polaires. La position en latitude correspond à celle du nord du Labrador et de l’Alaska, mais sa situation occidentale face aux vents d’ouest soufflant de l’océan Atlantique et l’influence adoucissante de la « dérive de l’Atlantique Nord », dont les eaux tièdes protègent les côtes des glaces hivernales, font du littoral norvégien une zone climatique privilégiée, où certaines formes d’agriculture, l’élevage, la pêche et la vie urbaine sont possibles jusqu’au nord du pays. Par contre, l’archipel du Svalbard, à la limite de la mer de Barents et de l’océan Glacial Arctique, en grande partie recouvert par les glaces, pris l’hiver dans la banquise, est soumis à un climat froid et rigoureux.

La frange côtière, en particulier dans le sud du pays, connaît un climat maritime tempéré, relativement doux, parfois très frais et trop pluvieux l’été, mais rarement froid l’hiver. La moyenne annuelle des températures est à Oslo de 5 °C (janv., – 3,5 °C ; juill., 16,9 °C et 120 jours de couverture neigeuse), à Bergen de 7,2 °C (janv., 1,7 °C ; juill., 14,2 °C et 60 jours de couverture neigeuse), à Vardø, dans l’extrême Nord, de 2,3 °C (janv., – 4,8 °C ; juill., 8,9 °C et 180 jours de couverture neigeuse). L’altitude aggrave les conditions climatiques sur la presque totalité du territoire, où l’hiver, avec de 6 à 7 mois au-dessous de 0 °C, entrave alors sérieusement les communications routières, mais favorise en certains secteurs le ski et le tourisme.

Les précipitations sont abondantes et peuvent se produire toute l’année ; elles sont en général plus abondantes en automne et moindres au printemps et au début de l’été. À l’ouest, sur l’Océan, les précipitations sont plus élevées : 1 944 mm à Bergen, 764 mm à Trondheim, 712 mm à Røst dans l’archipel des Lofoten, dépassant 4 000 mm sur les hauts reliefs dominant la mer dans le Vestlandet et sous le cercle polaire dans le Nordland. Vers l’est, elles diminuent rapidement avec encore 685 mm à Oslo, mais seulement 449 mm à Røros dans l’intérieur entre Trondheim et Oslo, tandis qu’à Vardø, sur les bords de la mer de Barents, elles ne sont que de 573 mm.

La période végétative, ou période durant laquelle la moyenne quotidienne des températures est supérieure à 3 °C, dure du début de mars à la fin de décembre sur la côte sud-ouest, dans le Jaeren, qui est ainsi la région la plus favorisée pour l’agriculture, tandis que dans le Sud-Est (Østlandet) elle ne s’étend que de la fin d’avril au début de novembre. La situation se dégrade rapidement dans les montagnes et les vallées, la durée de la saison végétative décroissant de cinq à six jours par tranche d’altitude de 100 m. Au-delà du cercle polaire arctique, la saison végétative débute en avril-mai et se termine en octobre, mais pendant cinq mois la vie végétale est intense, car l’énergie des radiations solaires est reçue aussi pendant les longues nuits claires.

La toundra arctique avec mousses et lichens ne couvre qu’une faible superficie en Norvège continentale, dans les îles et les péninsules les plus septentrionales du Troms et du Finnmark. Le permafrost (sol gelé en profondeur toute l’année) et la brièveté de la période végétative ne permettent pas aux arbres de pousser. On n’y trouve que des arbustes et des arbrisseaux nains. Un paysage où les affleurements de roches nues l’emportent sur les touffes de végétation couvre de vastes superficies sur la majeure partie des hauts fjells. Les deux tiers du territoire sont ainsi stériles.

La zone subarctique fait transition vers le sud, couvrant surtout le Nord, de la Laponie au Finnmark, descendant par endroit jusqu’au cercle polaire. C’est une toundra boisée, caractérisée par un peuplement végétal plus dense avec de petits bouleaux. L’été, elle sert de pâturages aux troupeaux de rennes. On y rencontre de petits lacs, des tourbières et vers le sud des landes à éricacées. Dans les sites mieux exposés et bien drainés se développent des forêts de bouleaux et de pins.

Quoique ne couvrant que le quart du territoire, les grandes forêts de conifères répandues surtout dans le sud du pays forment l’étage alpin de la végétation norvégienne, où dominent largement les pins, exclusifs au nord du cercle polaire et sur la côte ouest, et les épicéas, qui forment l’essentiel des boisements de l’Østlandet. En dessus se trouvent les pelouses qui servent de pâturage l’été aux troupeaux de bovins. Dans le Sud et autour d’Oslo, on rencontre quelques boisements de hêtres, chênes, charmes.

J. G.


L’histoire


Les origines (ier - xe s.)

Au début de notre ère, il existait en Norvège une organisation sociale fondée sur la suprématie de seigneurs terriens qui vivaient avec leur famille et leurs serviteurs dans de grands établissements tenant de la ferme et de la forteresse et où bêtes et hommes vivaient sous le même toit. Les fouilles archéologiques ont livré une riche moisson de beaux outils, d’armes et d’objets d’or trouvés dans des tombes de chefs.

Des clans s’étaient constitués qui furent à l’origine, de petits États (fylker) ; ceux-ci, au ixe s., disposaient d’assemblées d’hommes libres (thing) où les fermiers propriétaires débattaient des intérêts de la communauté. Au nord du pays vivaient des Lapons, plus arriérés, avec lesquels commerçaient les Scandinaves des régions plus méridionales.