Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
M

Marx (Karl) (suite)

émancipation des travailleurs, œuvre de la classe ouvrière se libérant des rapports sociaux de production capitalistes. « Toute l’histoire de l’humanité [...] a été l’histoire des luttes entre classes, entre exploiteurs et exploités, entre classes dominantes et classes dominées ; l’histoire de cette lutte de classes représente une série d’évolutions, et l’on atteint actuellement le niveau où la classe exploitée et opprimée (le prolétariat) ne peut se libérer du joug de la classe exploiteuse et dominante (la bourgeoisie) sans libérer du même coup et définitivement la société entière de toute exploitation et oppression, de toutes les différences de classes et luttes de classes » (Manifeste du parti communiste, préface d’Engels, à l’édition anglaise, 1888). « L’émancipation des travailleurs doit être l’œuvre des travailleurs eux-mêmes » (Adresse inaugurale et statuts de l’Association internationale des travailleurs, 1864).

État. « Par État, on entend en réalité la machine gouvernementale, autrement dit l’État en tant qu’il forme, par suite de la division du travail, un organisme spécial, séparé de la société » (Marx, Critique du programme de Gotha, 1875). « L’État est un produit de la société à un stade déterminé de son développement ; il est l’aveu que la société s’empêtre dans une insoluble contradiction avec elle-même, s’étant scindée en oppositions inconciliables qu’elle est impuissante à conjurer. Mais, pour que les antagonistes, les classes aux intérêts économiques opposées ne se consument pas, elles et la société, en une lutte stérile, le besoin s’impose d’un pouvoir qui, placé en apparence au-dessus de la société, doit estomper le conflit, le maintenir dans les limites de l’« ordre » ; et ce pouvoir, né de la société, mais qui se place au-dessus d’elle et lui devient de plus en plus étranger, c’est l’État » (Engels, l’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, 1884). « Si l’État est né du fait que les contradictions de classes sont inconciliables [...] il est clair que l’affranchissement de la classe opprimée est impossible, non seulement sans une révolution violente, mais aussi sans la suppression de l’appareil du pouvoir d’État qui a été créé par la classe dominante » (Lénine, l’État et la révolution, 1918). « Quelle transformation subira la forme-État dans la société communiste ? En d’autres termes : quelles fonctions sociales y subsisteront qui seront analogues aux fonctions actuelles de l’État ? Cette question réclame une réponse qui ne peut être que scientifique [...]. Entre la société capitaliste et la société communiste se situe la période de transformation révolutionnaire de l’une en l’autre. À cette période correspond également une phase de transition politique, où l’État ne saurait être autre chose que la dictature révolutionnaire du prolétariat » (Marx, Critique du programme de Gotha, 1875).

féodal (mode de production), mode de production caractérisé par la domination du groupe familial propriétaire et par la suprématie des campagnes sur les villes.

fétichisme de la marchandise, processus suivant lequel les rapports sociaux de production s’imposent aux individus comme existant indépendamment d’eux. « Mais la forme valeur et le rapport de valeur des produits du travail n’ont absolument rien à faire avec leur nature physique. C’est seulement un rapport social déterminé des hommes entre eux qui revêt ici pour eux la forme fantastique d’un rapport des choses entre elles [...]. C’est ce qu’on peut nommer le fétichisme attaché aux produits du travail, dès qu’ils se présentent comme des marchandises, fétichisme inséparable de ce mode de production » (le Capital, livre I, Ire section, chap. I).

force de travail. « La force de travail d’un homme, c’est tout simplement ce qu’il y a de vivant dans son individu » (Salaire, prix et profit, 1865).

• Achat et vente de la force de travail. « [...] la force de travail ne peut se présenter sur le marché comme marchandise que si elle est offerte ou vendue par son propre possesseur. Celui-ci doit par conséquent pouvoir en disposer, c’est-à-dire être libre propriétaire de sa puissance de travail, de sa propre personne. Le possesseur d’argent et lui se rencontrent sur le marché et entrent en rapport l’un avec l’autre comme échangistes au même titre. Ils ne diffèrent qu’en ceci : l’un achète et l’autre vend, et par cela même tous deux sont des personnes juridiquement égales » (le Capital, livre I, IIe section, chap. VI).

• Originalité de la force de travail. C’est « une marchandise dont la valeur usuelle [possède] la vertu particulière d’être source de valeur échangeable, de sorte que la consommer [est] réaliser du travail, et, par conséquent, créer de la valeur » (le Capital, livre I, IIe section, chap. VI).

• Valeur de la force de travail. « Comme celle de toute autre marchandise, sa valeur est déterminée par la quantité de travail nécessaire pour la produire » (Salaire, prix et profit, 1865).

gauchisme. V. l’article.

idéologie. V. l’article.

impérialisme. V. l’article.

lumpenproletariat. V. l’article.

lutte de classes, situation de conflit regroupant en deux camps les diverses classes ou couches de la société et s’expliquant par la propriété privée des moyens de production : « L’histoire de toute société jusqu’à nos jours, c’est l’histoire de la lutte des classes [...]. Jusqu’à nos jours, toute société reposait, comme nous l’avons vu, sur l’opposition des classes opprimantes et des classes opprimées [...]. De toutes les classes subsistant aujourd’hui en face de la bourgeoisie, le prolétariat seul forme une classe révolutionnaire. Les autres dépérissent. La classe moyenne, le petit industriel, le petit commerçant, l’artisan, le cultivateur, tous combattent la bourgeoisie pour sauver leur existence de classe moyenne [...] s’il leur arrive d’être révolutionnaires, c’est qu’ils défendent non pas leur intérêt présent mais leur intérêt futur [...] c’est qu’ils adoptent la position des classes du prolétariat » (Manifeste du parti communiste, 1848).