Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
H

Hesse (suite)

L’État de Hesse, unifié en 1945, mais ayant perdu de nombreux territoires au bénéfice de la Rhénanie-Palatinat notamment, fut gouverné depuis 1950 par la SPD et eut en Carl August Zinn (né en 1901) un chef de gouvernement remarquable ; il fit de cet État un bastion de la social-démocratie et une sorte de modèle, mais ne put empêcher le développement du gauchisme. Zinn, malade, dut quitter le pouvoir en 1969, et, aux élections de 1970, la SPD perdit la majorité absolue. L’avenir paraît obéré par le déséquilibre entre la zone francfortoise et le reste de l’État, et par une forte dette publique.

Les Hessans, d’ailleurs fort divers, eurent pendant longtemps la réputation de « culs-terreux » à la stupidité proverbiale. Mais, outre les importants centres intellectuels et artistiques de Marburg, Giessen, Darmstadt et Kassel, outre l’action de la Freideutsche Jugend (réunion de 1913 au Hoher Meissner) et des artistes de Darmstadt (Jugendstil), on note que, Goethe mis à part, la Hesse donna à l’Allemagne le physicien Hahn, le musicien Hindemith, les frères Grimm, le politicien Liebknecht, les écrivains Grimmelshausen, Lichtenberg, Büchner. Il est vrai qu’elle produit aussi à Lauterbach une bonne partie des milliers de Gartenzwerge ornant pelouses et massifs de R. F. A.

J.-B. N.

➙ Francfort-sur-le-Main.

 J. B. Rady, Geschichte der katholischen Kirche in Hessen (Berlin, 1904). / K. Demandt, Geschichte des Landes Hessen (Darmstadt, 1959). / H. Steitz, Geschichte der evangelischen Kirche in Hessen und in Nassau (Nassau, 1961-1965 ; 3 vol.). / R. Klein (sous la dir. de), Hessen-Lexikon (Francfort, 1965).

Hesse (Hermann)

Écrivain suisse d’origine allemande (Calw, Wurtemberg, 1877 - Montagnola, Tessin, 1962).


« Mes œuvres ont été écrites sans intention de servir une idée. Pourtant, si je cherche ce qu’elles pourraient avoir en commun, je découvre, rétrospectivement, cela : de Camenzind au Loup de steppes (Der Steppenwolf) et à Josef Knecht, elles peuvent toutes être comprises comme une défense de l’individu, à l’occasion comme un cri de détresse en faveur de cette défense. L’individu humain est unique ; avec son hérédité, ses possibilités, ses dons et ses penchants, il représente une chose si tendre et si fragile qu’elle a besoin d’être défendue. » Cette déclaration tardive, dans une lettre écrite en 1954, ne doit pas faire croire que l’œuvre de Hesse soit doctrinale ou abstraite ; elle est foncièrement lyrique, d’un artiste sensible à la fois aux couleurs et aux sons, doué aussi bien pour la peinture, qu’il a pratiquée, que pour la musique, du chant des oiseaux à la symphonie des mondes.

Il était Souabe, avec une mère venue de Suisse ; son père avait été, dans sa jeunesse, missionnaire protestant aux Indes, avant de venir vivre à Calw, où naquit le poète. Hesse écrira, bien plus tard : « La plus belle ville que je connaisse, c’est Calw, petite ville souabe de la Forêt-Noire, vieille petite ville au bord de la rivière Nagold. » Cet attachement au paysage de son enfance ne devait jamais finir, mais il est lié dès le début, et de la façon la plus romantique, à l’aspiration au voyage, au vagabondage plutôt, qui allait devenir un thème majeur du romancier.

Enfant, ou presque encore enfant, Hermann Hesse avait fui le séminaire de Maulbronn, où son père l’avait mis avec l’espoir de faire de lui un pasteur. Ce fut sa première rébellion et sa rupture définitive avec les écoles : il devint apprenti libraire et se donna tout seul sa formation littéraire. À vingt-deux ans, en 1899, il publiait une première plaquette de Chants romantiques (Romantische Lieder).

Ses deux premiers romans, Peter Camenzind en 1904 et l’Ornière (Unterm Rad) en 1906, sont inspirés par ses souvenirs de jeunesse. Camenzind est amoureux des cimes et des nuages, c’est ce libre garçon de la montagne qui a fait de Hesse un homme célèbre. Le héros de Unterm Rad est plus amer : il se révolte contre les contraintes de l’école et de la famille, il étouffe dans les bibliothèques, et la nostalgie des lointains le consume. En 1915, le vagabond Knulp s’est libéré des entraves : il a gardé le sens poétique des enfants et des simples, il ne fuit pas, comme demain fera le Loup des steppes, mais il chante et gambade, un peu comme le « propre-à-rien » d’Eichendorff ; il chemine de ferme en village, pour donner à ceux qui mènent une vie sédentaire et bornée un peu de nostalgie, un regret de la liberté que lui a conservée. Rosshalde (1914) est le nom du domaine où se joue, entre idylle et tragédie, le drame étouffé de l’incommunicabilité et du bonheur toujours fuyant.

D’un voyage aux Indes, Hesse avait rapporté un récit publié en 1913 ; c’est quelques années plus tard, sous l’effet de la Première Guerre mondiale, que la signification de l’Inde devait se révéler à lui. Mais, peu après son retour en Europe, il avait quitté sa Souabe natale pour s’établir en Suisse, où il devait vivre jusqu’à sa mort.

La Première Guerre mondiale l’a horrifié : en même temps que Romain Rolland lançait l’appel d’Au-dessus de la mêlée, Hesse s’adressait à ses compatriotes au nom de Beethoven et de la fraternité universelle. Unis contre les mêmes ennemis, Hesse et Rolland devaient demeurer amis jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale. L’un et l’autre ont espéré trouver en Orient et en particulier en Inde une pensée fidèle à l’esprit d’humanité dont ils voyaient les peuples d’Europe se détourner.

Après Demian (1919), après un pathétique appel à la jeunesse allemande : le Retour de Zarathoustra, en 1919 aussi, au lendemain de la défaite, le livre de la nouvelle expérience, de la nouvelle aventure à la recherche d’une voie que l’Occident n’offre plus s’appelle Siddharta (1922). « C’est la confession d’un homme d’origine et d’éducation chrétiennes, qui a tôt quitté l’Église et qui s’est efforcé de comprendre d’autres religions, en premier lieu celles de l’Inde et de la Chine. J’ai cherché à déceler ce qui est commun à toutes les confessions, à toutes les formes de piété, ce qui dépasse les différences entre les nations, ce qui peut être cru et respecté par tout homme, à quelque race qu’il appartienne. »