Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
F

France (suite)

(Cadouin, Dordogne, 1890 - Paris 1924). Premier long métrage en 1920. Principaux films : le Silence (1920), Fièvre (1921), la Femme de nulle part (1922), l’Inondation (1923). Rôle essentiel dans la formation des premiers ciné-clubs. Initiateur de la critique cinématographique. Auteur de romans et de plusieurs livres consacrés au cinéma (Cinéma et Cie [1919], Photogénie [1920], Chariot [1921], la Jungle du cinéma [1921], Drames du cinéma [1923]).


Julien Duvivier

(Lille 1896 - Paris 1967). Premier long métrage en 1919. Principaux films : Poil de Carotte (1932), Maria Chapdelaine (1934), La Bandera (1935), la Belle Équipe (1936), l’Homme du jour (1936), Pépé le Moko (1937), Un carnet de bal (1937), la Fin du jour (1939), la Fête à Henriette (1952), Marianne de ma jeunesse (1954), Voici le temps des assassins (1955), Pot-Bouille (1957), Marie-Octobre (1959).


Jean Epstein

(Varsovie, 1897 - Paris 1953). Premier long métrage en 1922. Principaux films : Cœur fidèle (1923), la Belle Nivernaise (1925), la Glace à trois faces (1927), la Chute de la maison Usher (1928), Finis Terrae (1929), l’Or des mers (1932), le Tempestaire (court métrage, 1947). Théoricien du cinéma, il a écrit : Cinéma (1921), le Cinématographe vu de l’Etna (1927), l’Intelligence d’une machine (1946), le Cinéma du diable (1947), l’Esprit de cinéma (posthume, 1955).


Louis Feuillade.

V. l’article.


Jacques Feyder

(Ixelles, Belgique, 1888 - Rives-de-Prangins, Suisse, 1948). Premiers films dès 1916. Principaux films : l’Atlantide (1921), Crainquebille (1922), Visages d’enfants (1923), l’Image (1924), Carmen (1926), Thérèse Raquin (1928), les Nouveaux Messieurs (1929), le Baiser (The Kiss, 1929, aux États-Unis), le Grand Jeu (1934), Pension Mimosa (1934), la Kermesse héroïque (1935), les Gens du voyage (1937), la Loi du Nord (1939).


Georges Franju

(Fougères 1912). Nombreux courts métrages de qualité entre 1948 et 1958, dont le Sang des bêtes, Hôtel des Invalides, le Grand Méliès. Principaux films : la Tête contre les murs (1958), les Yeux sans visage (1959), Thérèse Desqueyroux (1962), Judex (1963), Thomas l’Imposteur (1965).


Abel Gance.

V. l’article.


Jean-Luc Godard.

V. l’article.


Jean Grémillon

(Bayeux 1902 - Paris 1959). Premier long métrage en 1926. Principaux films : Tour au large (1926), Maldone (1927), Gardiens de phare (1929), la Petite Lise (1930), Gueule d’amour (1937), l’Étrange Monsieur Victor (1938), Remorques (1940), Lumière d’été (1943), Le ciel est à vous (1943), le 6 Juin à l’aube (moyen métrage de montage, 1945), Pattes blanches (1948), l’Amour d’une femme (1953). Nombreux courts métrages consacrés aux arts plastiques et graphiques, dont les Charmes de l’existence (1949, en collab. avec Pierre Kast), la Maison aux images (1955), Haute Lisse (1956), André Masson et les Quatre Éléments (1958).


Sacha Guitry

(Saint-Pétersbourg 1885 - Paris 1957). Essentiellement homme de théâtre, il utilisa néanmoins souvent le cinéma comme prolongement de ses succès boulevardiers. Principaux films : le Roman d’un tricheur (1936), le Mot de Cambronne (1937), les Perles de la Couronne (1937), Remontons les Champs-Élysées (1938), Ils étaient neuf célibataires (1939), le Diable boiteux (1948), la Poison (1951), Si Versailles m’était conté (1954), Napoléon (1955), Assassins et voleurs (1957). Voir également à Boulevard (théâtre de).


Victorin Jasset

(Fumay 1862 - Paris 1913). L’un des pionniers du cinéma français : la Vie du Christ (1906, 25 tableaux), Nick Carter (1908-1911, sérial), Riffle Bill (1909, serial), Zigomar (1910-1912, sérial).


Georges Lacombe

(Paris 1902). Révélé par le court métrage la Zone (1928). Principaux films : les Musiciens du ciel (1939), le Dernier des six (1941), le Pays sans étoiles (1945), La nuit est mon royaume (1951), la Lumière d’en face (1955).


Claude Lelouch.

V. vague (nouvelle).


Marcel L’Herbier

(Paris 1890). Premier long métrage en 1918. Principaux films : l’Homme du large (1920), El Dorado (1927), Don Juan et Faust (1922), l’Inhumaine (1924), Feu Mathias Pascal (1925), l’Argent (1928), Entente cordiale (1938), la Nuit fantastique (1942). Fondateur en 1943 de l’Institut des hautes études cinématographiques (I. D. H. E. C).


Max Linder.

V. l’article.


Louis Lumière.

V. l’article.


Louis Malle.

V. vague (nouvelle).


Georges Méliès.

V. l’article.


Jean-Pierre Melville

(Paris 1917 - id. 7973). Premier long métrage en 1947. Principaux films : le Silence de la mer (1948), les Enfants terribles (1948), Bob le Flambeur (1955), Léon Morin prêtre (1961), le Doulos (1962), l’Aîné des Ferchaux (1962), le Deuxième Souffle (1966), le Samouraï (1967), l’Armée des ombres (1969), le Cercle rouge (1970), Un flic (1972).


Max Ophuls.

V. l’article.


Marcel Pagnol

(Aubagne, Bouches-du-Rhône, 1895). Auteur dramatique et romancier. Principaux films : Cigalon (1935), Merlusse (1935), César (1936), le Schpountz (1938), la Fille du puisatier (1940), d’après ses propres œuvres. Il réalise également Angèle (1934), Joffroi (1934), Regain (1937), la Femme du boulanger (1939). Après la guerre, il tourne plusieurs autres films avec un bonheur inégal : Naïs (1946), Topaze (1951), Manon des Sources (1952), les Lettres de mon moulin (1954).


Jean Renoir.

V. l’article.


Alain Resnais.

V. l’article.


Jean Rouen.

V. documentaire.


Jacques Tati

(Jacques Tatischeff, dit) [Le Pecq 1908]. Music-hall et plusieurs courts métrages comiques entre 1932 et 1945. Débute comme réalisateur dans l’École des facteurs (court métrage, 1945). À la fois acteur et metteur en scène dans ses principaux longs métrages : Jour de fête (1949), les Vacances de M. Hulot (1953), Mon oncle (1958), Play Time (1967), Trafic (1971).


Maurice Tourneur