Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
F

France (suite)

Postes frontaliers et ports maritimes éclipsent les aéroports, par lesquels s’échangent seulement un peu plus de 120 000 t de fret international, notamment ceux de Paris (qui voient en outre passer 10 millions de passagers). Au total, ce commerce enrichit en fait quelques régions du pays. Plus du tiers des ventes et des achats sont effectués par la Région parisienne. Avec celle-ci, cinq autres régions de programme — Nord, Alsace, Lorraine, Rhône-Alpes et Provence-Côte d’Azur — assurent les trois quarts de l’activité commerciale nationale. Là encore les déséquilibres régionaux sont très forts.


La balance des paiements

Le faible excédent ou le déficit de la balance commerciale pèse lourdement sur la balance des paiements, qui est par ailleurs très sévèrement perturbée par les mouvements de capitaux spéculatifs. Mais l’insuffisance de certains secteurs de l’économie nationale contribue aussi à affaiblir cette balance des paiements.

La nécessité de recourir à des armements étrangers pour certains transports maritimes grève sensiblement la balance des paiements. Certes, l’armement français, qui avait acheminé 88 Mt de marchandises en 1968, en a transporté 102 Mt en 1969 : sur ce total, 59 Mt ont été chargées ou déchargées dans des ports français, et 43 Mt véhiculées entre des ports de pays tiers. Mais la capacité de transport de la marine marchande nationale croît moins vite que le transport maritime, qui a connu un essor spectaculaire depuis quelques années. Aussi, alors que la marine française réalisait en 1968 près de la moitié du trafic maritime national, n’en a-t-elle effectué que 40 p. 100 en 1970. La situation est du reste plus critique pour le transport des produits pondéreux « secs », notamment pour les minerais, que pour les hydrocarbures ; en tout cas, elle nécessite et justifie une politique de construction navale audacieuse. Il reste que la flotte française est en voie de rajeunissement certain (au milieu de 1970, le tiers des navires avaient moins de cinq ans, et plus de 55 p. 100, moins de dix ans). Se poursuit en même temps une lente évolution qui traduit les nouvelles demandes du transport maritime : stabilisation, après un long déclin, de la flotte de navires de passagers, les car-ferries tendant toutefois à remplacer les paquebots ; progrès régulier de la flotte de cargos classiques et surtout des pétroliers, moins nombreux qu’il y a dix ans, mais de plus gros port en lourd (124 ; 4 136 400 tjb). D’un tonnage global de 7 073 939 tjb et d’un port en lourd voisin de 10 Mt, la flotte française n’est plus que la dixième du monde. L’ampleur relative du tonnage en construction lui permettra de combler une partie de ce retard dans un délai assez rapide (avant la fin du VIe Plan).

Longtemps excédentaire, le solde de la balance touristique s’est progressivement dégradé au point d’être déficitaire depuis quelques années. C’est là le résultat de facteurs très complexes : départ de 15 p. 100 des Français à l’étranger pour leurs vacances (en majorité en Espagne, en moins grand nombre en Italie) ; progrès lents des effectifs de touristes étrangers en France (une douzaine de millions, dont une très grosse majorité d’Européens de l’Ouest, des Allemands surtout, ainsi que des Nord-Américains), découragés par le niveau moyen (en considération des prix) de l’hôtellerie française, ce qui justifie le sévère plan de reclassement de 1971, et par les difficultés de circulation automobile, faute d’autoroutes. En fait, les revenus du tourisme étranger traduisent de façon très étroite les fluctuations de la fréquentation nord-américaine, les citoyens des États-Unis concourant pour plus de 40 p. 100 aux dépenses touristiques effectuées par les étrangers en France (malgré les gros progrès récents du tourisme ouest-allemand).

Exception faite de Paris et de ses environs, qui attirent une grosse majorité de touristes étrangers, ceux-ci se mêlent aux Français dans les régions périphériques, qui sont les plus fréquentées : la côte provençale (Var et Alpes-Maritimes), le littoral atlantique de la Charente-Maritime au Finistère, les deux départements savoyards. Le tourisme en France est essentiellement estival (près de 55 p. 100 des Français partent entre le 1er juillet et le 15 août, époque de l’année où vient aussi le plus grand nombre d’étrangers) et côtier (40 p. 100 des séjours dans les stations balnéaires, qui accueillent actuellement près de 12 millions de touristes). Bien qu’en progrès constants (3,3 millions de touristes en 1969), les sports d’hiver restent encore l’apanage d’une minorité aisée et de jeunes, compte tenu des prix et de la relative insuffisance de l’équipement : les Alpes du Nord en attirent le plus grand nombre. Par ailleurs, si un Français sur trois, de condition modeste, va séjourner à la campagne, le plus souvent chez un parent, 3 p. 100 seulement effectuent des voyages touristiques.

Il est plus délicat d’apprécier le rôle des investissements étrangers dans la balance des paiements : au moment de leur réalisation, ils s’inscrivent positivement, mais ensuite ils entraînent un déficit du fait du rapatriement des bénéfices. Le gouvernement, qui avait pratiqué une politique hostile aux capitaux étrangers jusqu’en 1965, a assoupli sa position sur ce point. En fait, plus que des capitaux originaires de la C. E. E. (dont un article du traité de Rome prévoit la libre circulation), soit 17 p. 100 des investissements étrangers, le gouvernement était inquiet de la pénétration des capitaux nord-américains : 45 p. 100 du total à l’époque. Ajoutons que l’embauche de gros effectifs de travailleurs étrangers est à l’origine d’un poste débiteur de la balance des paiements.


Conclusion

Au total, un équilibre seulement précaire est établi. C’est une des constantes de la vie économique française depuis plusieurs décennies. Il rend nécessaire le recours à une fiscalité croissante, et lourde. Mais, au fond, c’est l’apanage des pays riches. Toutes ces difficultés ne doivent cependant pas trop ternir la réalité. La France de 1970 est le résultat d’une période de développement et d’enrichissement comme le pays n’en n’avait jamais connu auparavant. Aussi, en Europe, seules la Suisse et la Suède ont-elles un produit national brut par habitant supérieur à celui de la France (à peu près à égalité avec le Danemark), qui n’est dépassé ailleurs que par ceux des États-Unis et du Canada. C’est là un résultat d’autant plus encourageant que ce même produit national brut par habitant croît plus vite que ceux des pays industriels voisins, après les avoir dépassés.