Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
F

Finlande (suite)

La forêt et les industries du bois

Le bois est la principale ressource nationale. Depuis la fin du xixe s., la forêt et les industries du bois assurent l’essentiel des exportations. Environ 2 p. 100 de la production sont exportés bruts, 21 p. 100 sous forme de bois scié, 7 p. 100 en panneaux de particules et bois ouvrés, et 70 p. 100 comme pâte, papier et carton.

Le taux de couverture forestière croît généralement vers le nord, à l’inverse de celui des terres arables. Mais les forêts productives (environ 60 p. 100 de la superficie forestière nationale) sont surtout au sud du pays. Les pins en forment 50 p. 100 (les deux cinquièmes dans le Sud et le reste dans le Nord), les sapins 37 p. 100 (en particulier dans le Sud), et les bouleaux 13 p. 100. Près des deux tiers de la superficie forestière nationale appartiennent aux cultivateurs ; le reste se partage entre les compagnies forestières, principalement dans la région des lacs, et l’État, qui possède 60 p. 100 de la superficie forestière dans le Nord, mais moins de 7 p. 100 dans le Sud. La plupart des arbres sont abattus pendant l’hiver. Le flottage est toujours le principal mode de transport du bois. Il y a environ 40 000 km de voies flottables.

Les industries de transformation sont surtout situées au centre, dans la région des lacs et sur le Kemijoki, dans le Nord. Elles utilisent en quantités égales le pin et le sapin, mais aussi le bouleau, dont la demande est croissante. La consommation de bois entre les différentes usines se répartit ainsi : scieries, 38 p. 100 ; pâtes, 53 p. 100 ; panneaux de particules, 4 p. 100 ; divers, 5 p. 100. En 1967, la Finlande venait au second rang des pays nordiques pour la production de bois et de pâtes à papier, et au troisième rang mondial pour celle du papier journal.

De grandes entreprises à intégration verticale allant de la coupe au papier possèdent leurs propres forêts. Quatorze grandes sociétés (dont quatre appartenant à ou contrôlées par l’État, qui détient 50 p. 100 des actions) assurent la moitié de la production des scieries et les trois quarts de celle des pâtes et papiers. Le groupe d’usines le plus important est celui de la Kymi, autour de Kotka, qui assure près de 50 p. 100 de la production nationale de pâtes et 25 p. 100 de celle de papiers et cartons. Celui des rives sud du Saimaa fournit environ le cinquième de la production nationale de papiers et cartons.


Les mines et les industries

Les premières grandes usines ne furent fondées qu’au xixe s., pour ravitailler le marché russe. En 1880, seulement 6,6 p. 100 de la population vivaient de l’industrie, contre 16,8 p. 100 en 1930 et 36 p. 100 aujourd’hui. Pendant la première moitié du xixe s., l’industrie du bois fut la seule grande industrie, employant 45 p. 100 des travailleurs industriels en 1938, alors qu’actuellement elle en occupe moins du quart. Ce furent les conséquences de la Seconde Guerre mondiale, avec l’obligation de livrer à l’U. R. S. S. des produits manufacturés (machines, bateaux, papiers), qui accélérèrent fortement l’industrialisation.

Avec des ressources minérales variées, la Finlande vient au premier rang des pays nordiques pour la production de cuivre (mines d’Outokumpu), de zinc, de cobalt et de chrome. La production de minerai de fer est modeste : gisement de magnétite-ilménite d’Otanmäki, au sud du lac Oulu, en Laponie, celui de Raajärvi, près de Rovaniemi, et celui de Kolari, sur le Tornio (frontière suédoise). Au sud d’Oulu, l’aciérie de Raahe traite une grande partie des minerais de fer du Nord.

Le potentiel d’énergie hydro-électrique n’est pas considérable, car les lacs sont peu profonds et les dénivellations topographiques trop faibles. Environ 40 p. 100 de la production sont d’origine hydraulique, les usines se répartissant en trois secteurs : dans le Sud, sur les émissaires des lacs et au nord, sur les fleuves Oulu et Kemi. Les centrales thermiques sont situées dans le Sud, à proximité des centres industriels et urbains, en particulier à Naantali, près de Turku, et à Helsinki.

D’importantes usines métallurgiques sont spécialisées surtout dans la construction navale, l’électrotechnique et la construction de machines installées dans le Sud. L’industrie chimique, récente, comprend une raffinerie de pétrole à Naantali, à l’ouest de Turku, des usines d’engrais azotés à Oulu et à Uusikaupunki, près de Turku, et d’acide sulfurique à Harjavalta et à Kokkola. Les industries du caoutchouc et de la chaussure sont installées autour de Tampere, où se trouve concentrée l’industrie textile (25 p. 100 des emplois des filatures et de tissages, et 40 p. 100 de ceux de la bonneterie), tandis qu’Helsinki vient en tête pour la confection.

En dehors des industries du bois et de certaines branches de l’alimentation, 70 p. 100 de la production industrielle proviennent d’Helsinki, de Turku et de Tampere, qui totalisent 31 p. 100 du nombre des travailleurs industriels (16 p. 100 à Helsinki).


Le commerce extérieur

Les produits forestiers occupent toujours la première place dans les exportations. La Finlande était en 1974 le deuxième exportateur mondial de papiers, de cartons et de pâtes cellulosiques. Les papiers, pâtes et cartons représentaient 38,1 p. 100 de la valeur totale de ses exportations, les bois bruts ou usinés 15,2 p. 100, les produits alimentaires (beurre-fromage) 8,5 p. 100, les fourrures et peaux 4 p. 100, les produits métalliques 20,5 p. 100, et les produits miniers 2 p. 100. En valeur des importations, les achats de machines et de biens d’équipement figurent pour 26 p. 100, les produits énergétiques pour 32 p. 100, les produits alimentaires pour 16 p. 100, les autres matières premières pour 15 p. 100. Environ 15 p. 100 du commerce extérieur s’effectuaient avec les pays de la zone européenne de libre-échange (A. E. L. E., à laquelle la Finlande s’est associée), surtout le Royaume-Uni et la Suède, 50 p. 100 avec les pays du Marché commun (en particulier l’Allemagne fédérale) et 6 p. 100 avec l’U. R. S. S., qui est le quatrième client et fournisseur.

J. G.

➙ Helsinki / Mannerheim / Suède.