Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
F

faune (suite)

La grande forêt africaine

C’est un milieu fermé, qui s’oppose aux savanes à la fois par son climat beaucoup plus humide, par ses températures sans écarts importants et par sa végétation riche, variée et exceptionnellement dense. D’une façon générale, les Antilopes forestières sont beaucoup plus petites que celles des savanes. Ce sont des espèces à cornes courtes et droites, à pelage plus sombre. Elles appartiennent aux genres Cephalophus, Hylarnus et Neotragus. Le Bango est une grande Antilope des clairières de la forêt primaire. L’Okapi (Okapia Johnstoni) est également un hôte remarquable de la forêt ombrophile. Nous citerons aussi deux Cochons sauvages : l’Hylochère et la Potamochère. L’Hippopotame nain (Chœropus liberiensis) vit dans les zones marécageuses. Les Carnivores sont moins nombreux dans la grande forêt que dans les savanes. La Panthère (Panthera pardus), un grand Chat, le Chat doré (Felis aurata), de nombreuses Genettes (Genetta maculata, G. tigrina, G. servalina, Poiana Richardsoni, Nandinia binotata) sont les espèces les plus fréquentes. Des Musaraignes représentent essentiellement les Insectivores. Parmi les animaux curieux de la grande forêt, il faut citer les Pangolins. Le Pangolin géant (Manis gigantea) est terrestre, alors que le Pangolin commun et le Pangolin à longue queue (Phataginus tricuspis, Uromanis longicaudata) sont arboricoles. Le peuplement forestier comprend aussi de nombreux Singes. Parmi les Lémuriens, citons les Pottos, les Arctocèbes et les Galagos (Perodicticus potto, Arctocebus calabarensis, Galago Alleni, G. Demidovi...). Quant aux Simiens, il convient de mentionner d’abord le groupe important des Colobes (Colobus badius, C. verus, C. polykomos), puis le groupe des Cercopithèques (Cercopithecus mona, C. pogonias, C. nictitans..., Cercocebus œthiops, C. lunulatus...), où se place le plus petit Simien africain, le Talapoin (Miopithecus talapoin). Il nous faut encore citer les Drills (Mandrillus leucophœus), les Mandrills (M. sphinx), le Chimpanzé (Pan troglodytes), le Gorille (Gorilla gorilla gorilla) et le Gorille de montagne (G. g. Beringei). Les Oiseaux de la forêt sont nombreux et curieux : Touracos, Souïmangas, Rapaces. Un Paon (Afropavo congensis), Oiseau insolite pour ce continent, a été découvert il y a une cinquantaine d’années. Les Reptiles se rencontrent souvent. Les Caméléons (Rhampholeon), les Najas, les Pythons, la Bitis, le Mamba noir (Dendroaspis Jamesoni) sont parmi les plus fréquents. La Grenouille Goliath, bien connue, atteint une longueur de 30 cm ; elle hante les fleuves de l’Afrique équatoriale. Rappelons enfin que des Insectes de tous ordres peuplent aussi la grande forêt : Termites (Macrotermes), Cétoines géantes (Goliathus)...


Les montagnes

Dans les montagnes parfois très élevées vivent quelques formes particulières. Mais cette faune est habituellement peu différenciée. Parmi les Insectes, on a pourtant décrit de nombreux endémiques (Kilimandjaro).


Les déserts

Largement en contact au nord et au sud avec les savanes, les déserts ont néanmoins une faune comprenant des éléments différents. Le Sahara (v. désert), malgré la faible densité de sa végétation, est peuplé par quelques espèces de grande taille telles que l’Addax (Addax nasomaculatus), l’Oryx (Oryx algazel), les Gazelles (Gazella dorcas, G. leptoceros et G. dama). Les montagnes donnent asile au Mouflon à manchettes (Ammotragus lervia). Les Rongeurs sont nombreux : la Gerboise (Jaculus jaculus), plusieurs espèces de Gerbilles, le Rat épineux, le Goundi (Ctenodactylus goundi) et le Lièvre du désert (Lepus Whitakeri). Plusieurs Carnassiers vivent aussi au désert : le Fennec (Fennecus zerda), des Renards, des Chats sauvages, le Chacal (Canis aureus) et la Hyène rayée. Parmi les Oiseaux, des Alouettes, des Traquets, la Fauvette naine, le Courvite isabelle, la Pie-Grièche, des Gangas et l’Outarde houbara comptent parmi des espèces caractéristiques. Les Reptiles sont relativement bien représentés : le Varan du désert (Varanus griseus), les Vipères à cornes (Cerastes cerastes et C. vipera) et les Scinques, ou Poissons de sable, peuvent être considérés comme les hôtes habituels du Sahara. Les sables abritent encore une importante faune d’Insectes très spécialisés. En Afrique du Sud, le Kalahari se distingue difficilement des savanes qui l’entourent. Ses sables, par les espèces qui y vivent, permettent seulement d’entrevoir une différence de peuplement. Mais le Namib a une faune mieux caractérisée, bien que là, également, des éléments soient communs au désert et à la savane.


L’Afrique subtropicale

De part et d’autre de l’Afrique des tropiques, il existe deux domaines faunistiques bien différents, que l’on désigne de plus en plus sous le terme d’« Afrique subtropicale ». Il s’agit de la Berbérie, ou Maghreb, au nord (Maroc, Algérie, Tunisie) et de l’Afrique australe au sud. En Afrique du Nord, la faune comprend des espèces d’origine tropicale et des espèces d’origine paléarctique. Nous citerons parmi les formes d’origine tropicale le Renard famélique, le Chacal doré, la Hyène rayée, la Mangouste, la Genette, le Lynx, le Serval, la Panthère (rare), le Lion et le Guépard, ces deux dernières espèces maintenant disparues ; parmi les espèces paléarctiques, le Cerf (Cervus elaphus), le Sanglier, le Renard, la Belette de Numidie, la Loutre, le Lapin (Oryctolagus cuniculus)... Le Macaque de Berbérie (Macaca sylvanus) est une espèce propre à l’Afrique du Nord.

L’Afrique du Sud est de caractère plus sensiblement tropical que l’Afrique du Nord. Elle se présente sous l’aspect d’une curieuse mosaïque écologique où figurent la plupart des milieux africains, mais sa faune demeure assez typiquement tropicale, sauf peut-être dans le maquis du Cap, où cette influence s’atténue de façon assez nette (Insectes notamment).


La faune de l’Amérique

La faune de l’Amérique du Nord prolonge vers l’ouest, dans une certaine mesure, celle de l’Eurasie. Les animaux des grandes forêts de Conifères de la zone septentrionale sont sensiblement les mêmes que ceux de cette région prise dans le nord du continent eurasiatique. La région sonorienne, plus au sud, possède au contraire une faune remarquablement différenciée. Cette faune sonorienne, formée d’éléments néotropicaux, auxquels s’ajoutent des éléments holarctiques, occupe la majeure partie des États-Unis et du Mexique. La végétation de l’Amérique du Nord forme un ensemble assez complexe, où nous retrouvons au nord la toundra, puis, au sud de celle-ci, la zone des Conifères ; au sud-ouest, une vaste zone de végétation désertique est en contact à l’est avec une zone importante de prairies ; le bassin du Mississippi, plus à l’est, est occupé par des forêts décidues ; des forêts de Conifères particuliers occupent la presqu’île de Floride.