Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
E

estomac (suite)

Ulcère du duodénum

Les symptômes sont analogues à ceux de l’ulcère de l’estomac (v. intestin).


Syndrome de Zollinger-Ellison

Il est caractérisé par des ulcères de l’estomac et une hypersécrétion gastrique avec augmentation de l’acidité en rapport avec un adénome du pancréas produisant une substance analogue à la gastrine. La résection de la seule tumeur pancréatique assure, sans gastrectomie, la guérison des ulcères.


Syndrome de chasse, dit « dumping syndrome »

Il s’observe après gastrectomie et anastomose gastro-jéjunale. Il se manifeste par l’apparition au cours du repas d’une sensation de malaise avec lipothymie, nausées, sueurs. Il est en rapport avec le passage direct du bol alimentaire de l’estomac dans la première anse jéjunale.


Tumeurs bénignes

Elles ne représentent que 5 p. 100 environ des tumeurs de l’estomac. Ce sont le plus souvent des schwannomes (tumeurs développées aux dépens de la gaine de Schwann des filets nerveux de la paroi), des polypes, des fibromes, des lipomes ou des angiomes.

Seul l’examen histologique de la pièce après exérèse chirurgicale permet de connaître le type de la tumeur. La dégénérescence maligne des polypes est plus fréquente que celle des autres variétés de tumeurs.


Cancer

Le cancer de l’estomac a souvent un début clinique insidieux, et il existe une discordance entre les signes cliniques et les lésions anatomiques. Des douleurs à type de pesanteurs, de crampes de siège épigastrique attirent parfois l’attention. Elles peuvent demeurer isolées ou s’accompagner d’hématémèses (vomissements de sang) peu abondantes. Souvent, une altération de l’état général, un amaigrissement, de l’anémie, une anorexie (perte de l’appétit) peuvent faire égarer le diagnostic, car ils sont les seuls troubles apparents.

Des radiographies gastriques sont toujours indispensables pour affirmer le diagnostic. Elles montrent soit des raideurs localisées, soit des images lacunaires, ou encore des images d’amputation.

Dans certains cas, la gastroscopie peut donner des renseignements précieux et permettre une biopsie. Le traitement est chirurgical : gastrectomie partielle ou totale.


Sténose du pylore du nourrisson

C’est une tare héréditaire et récessive, consistant en une hypertrophie du muscle pylorique, qui se manifeste entre l’âge de 20 jours et de 3 mois. Elle se manifeste par des vomissements survenant après presque toutes les tétées, par de la constipation et de l’amaigrissement.

L’examen clinique permet parfois de percevoir par une palpation profonde une « olive » correspondant au pylore hypertrophié. L’examen radioscopique de l’enfant à jeun met en évidence une rétention anormale du lait. Si on fait alors absorber de la baryte, celle-ci se dépose au fond de l’estomac et on peut voir une double couche : au fond la baryte, et en dessus le lait. Les radiographies montrent un allongement et un rétrécissement du défilé pylorique.

Le traitement chirurgical consiste en une pylorotomie.


Sténose du pylore de l’adulte

C’est un rétrécissement du défilé pylorique consécutif à une lésion de voisinage (ulcère, cancer). La sténose du pylore se traduit cliniquement par des douleurs après les repas et par des vomissements de plus en plus fréquents. L’examen radiologique montre une gène au passage de la baryte dans le duodénum, et un estomac hyperkinétique, avec un refoulement de la grande courbure vers la droite, au-delà du pylore, et plus tard une distension gastrique. Généralement, les lésions provoquant une sténose du pylore sont diagnostiquées précocement, en raison des troubles importants qu’elles suscitent. À un stade avancé, l’estomac devient atone ; les vomissements, très abondants et plus rares, contiennent parfois des aliments de la veille. On observe alors un amaigrissement, une dénutrition, une déshydratation et de l’alcalose. Le traitement est chirurgical.

Ja. P.

➙ Digestion / Intestin.

 A. H. James, The Physiology of Gastric Digestion (Londres, 1957). / R. A. Gutmann, le Diagnostic du cancer de l’estomac précoce et avancé (Doin, 1967). / R. Dupuy, la Maladie ulcéreuse dans l’exercice journalier de la médecine praticienne (Maloine, 1968). / A. Glassman, Stomach Surgery (Springfield, Illinois, 1970). / R. Wiel, l’Ulcère d’estomac (Laffont, 1975).


Chirurgie de l’estomac


Exploration chirurgicale de l’organe

Pour explorer l’estomac, il faut :
1o effondrer le petit épiploon, ce qui donne accès aux deux faces de la petite courbure, surtout la postérieure ;
2o sectionner le ligament gastro-colique (raphé du péritoine) ou pratiquer le décollement colo-épiploïque pour avoir accès à la face postérieure, car on peut alors largement relever la grande courbure et exposer la face postérieure de l’estomac.


Opérations sur l’estomac


La gastrotomie

Elle consiste à ouvrir l’estomac en incisant sa face antérieure. Ses indications sont l’extraction d’un corps étranger de l’estomac ou du bas œsophage, l’examen de la muqueuse gastrique, la résection d’une tumeur bénigne développée dans la cavité gastrique.


La gastrorraphie

C’est la suture de l’estomac. Dans beaucoup d’interventions gastriques, elle ne constitue qu’un temps opératoire parmi d’autres. Dans d’autres cas, au contraire, la gastrorraphie est le temps essentiel et le but même de l’intervention : ainsi en cas de plaies ou de perforations pathologiques de l’estomac.


La gastrostomie

Elle consiste à aboucher l’estomac à la peau en créant une bouche gastrique définitive ou temporaire pour permettre l’alimentation. Elle est indiquée chaque fois que l’alimentation est rendue difficile ou impossible du fait d’un obstacle siégeant au niveau des voies digestives supérieures (cancer de l’œsophage, rétrécissement infranchissable).

On a proposé ces dernières années d’instituer une « gastrostomie a minima » pour aspirer le contenu de l’estomac dans le souci d’assurer sa vacuité après certaines opérations (vagotomies) ; les avantages invoqués ne sont valables que lorsque l’aspiration gastrique doit être longtemps prolongée. Il s’agit dans ce cas d’une gastrostomie très petite sur sonde de polythène.