Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
E

électrique (industrie de la construction) (suite)

(GTE), société américaine créée en 1935 sous la dénomination de General Telephone Corporation. Elle adopte sa raison sociale actuelle à la suite de l’acquisition de la Lenkurt Electric Company (communications téléphoniques à longues distances) et de la Sylvania Electric Products (tubes, lampes, récepteurs de radio et de télévision). Cette dernière acquisition l’oriente vers les aspects les plus variés de la transmission du son et des images. Au demeurant, l’affaire reste le plus important constructeur américain de complexes téléphoniques hors du système Bell. Plus de 7 500 communautés urbaines, situées dans trente-quatre États et regroupant près de 20 millions de personnes, utilisent pour la moitié environ les services téléphoniques de General Telephone and Electronics, qui fournit ainsi près de 10 millions de postes aux États-Unis. À l’étranger, notamment au Canada, General Telephone a installé plus d’un million de postes. Finalement, l’activité « téléphone » entre pour près de 40 p. 100 dans les bénéfices de la société. Parmi les autres activités, les tubes électroniques situent celle-ci aux tout premiers rangs des producteurs américains. Les diverses activités qui ne ressortissent pas au secteur « téléphone » font l’objet d’une gestion particulièrement agressive de la part des dirigeants de la société, qui voient là une possibilité de développement pour l’avenir supérieure à celle de son activité traditionnelle. Dans l’ensemble, les actifs industriels sont représentés par 68 usines aux États-Unis et 59 à l’étranger : Canada, Europe, Amérique latine. La GTE emploie 170 000 personnes.


Hitachi Limited,

société japonaise créée en 1910 comme petit atelier de réparation de matériel électrique, sous la dépendance des « Mines de Hitachi », et devenue société anonyme en 1920. Les absorptions successives de plusieurs sociétés importantes ont donné à Hitachi une position de premier rang au Japon. Aujourd’hui, la société est l’une des toutes premières affaires au monde du secteur de la construction électrique. Les multiples fabrications des 100 usines situées au Japon (biens d’équipement, biens de consommation), exportées pour 10 p. 100, sont complétées par celles de nombreuses filiales situées dans différents pays : États-Unis, Amérique du Sud, Allemagne, Angleterre, Égypte, Afrique du Sud, Asie de l’Ouest et du Sud, Australie. Les principales de ces filiales ont toutes été créées après la Seconde Guerre mondiale, période pendant laquelle Hitachi a connu, à l’image de la plupart des grandes sociétés japonaises, ses plus grands développements. Récemment, la société a conclu avec la société allemande AEG-Telefunken des accords prévoyant une coopération technique, se traduisant par l’échange d’informations et l’octroi de licences dans le domaine de la radio, de la télévision et de la photographie.


International Telephone and Telegraph Corporation

(ITT), société américaine constituée en 1920. Très tôt, cette affaire s’intéresse aux possibilités de s’implanter à l’étranger et, jusqu’en 1959, elle réalise 70 p. 100 de son chiffre d’affaires hors des États-Unis. De nombreuses prises de participations dans des firmes étrangères lui permettent alors de devenir l’une des plus importantes affaires multinationales dans le monde. À titre d’exemple, la société ITT possède en France 18 filiales, dont 2 des toutes premières affaires de téléphone : le Matériel téléphonique (L. M. T.) et la Compagnie générale de constructions téléphoniques (C. G. C. T.). Entre 1960 et 1970, elle modifie quelque peu sa politique et pousse sa diversification en rachetant 70 affaires d’activités diverses, devenant un véritable « conglomérat » intéressé à des secteurs fort différents : les télécommunications (installations de centraux téléphoniques et d’appareils à usages industriels ou privés, câbles et téléscripteurs) ; les communications radio, navigation (radars, équipements complets de transmission) ; les systèmes et les équipements électroniques (contrôles d’engins téléguidés, appareils de mesure) ; les chaînes de restaurants (apport de la société Sheraton : 50 000 chambres et 12 millions de clients par an) ; la construction immobilière (Levitt, absorbé en 1967, construit des résidences individuelles) ; la location de voitures (chaîne Avis) ; l’alimentation ; enfin diverses activités financières. Dans ce dernier domaine, les assurances semblent constituer un véritable pôle d’intérêt pour le groupe. En 1970, celui-ci acquiert, après de longues négociations avec les autorités compétentes en matière de législation antitrust, la Hartford Fire Insurance, importante société américaine spécialisée dans les risques incendie. Déjà, en 1964, il avait acquis la société financière Aetna Finance Company, rattachée à ITT Financial Services, en compagnie de deux autres affaires d’assurance vie, American Universal Life Insurance et Alexander Hamilton Life Insurance. En Europe, il a créé, comme point de départ de son implantation, une filiale britannique, Abbey Life Insurance, conjointement avec la société américaine Georgie International Corporation. Dans le Marché commun, il a pénétré aux Pays-Bas, avec la filiale Abbey Leven Nederland N. V. à Amsterdam, et en Allemagne fédérale. Une telle structure nécessite une organisation très souple. Celle du groupe ITT, qui emploie plus de 350 000 personnes, comporte environ 350 divisions, bénéficiant chacune d’une pleine autonomie financière.


Matsushita Electric Industrial,

société japonaise créée en 1918. Petite manufacture de trente employés, elle devient en 1935 le groupe Matsushita Electric Industrial. Après la Seconde Guerre mondiale, elle développe ses activités avec un rythme de croissance supérieur à celui de l’ensemble de l’économie japonaise, atteignant entre 20 et 30 p. 100 l’an. Aujourd’hui, elle fabrique 10 000 produits et exporte à elle seule 2 p. 100 du total des exportations japonaises, sous les marques National et Panasonic, présentes dans 120 pays. Quatrième affaire japonaise par son activité après Mitsubishi, Hitachi et Yawata Iron and Steel, elle est la première par le bénéfice net, grâce à un taux exceptionnel de rentabilité. Ces résultats sont dus à des méthodes de gestion les plus dynamiques, dont les bases sont, d’une part, la participation du personnel à la constitution du capital et au fonctionnement de l’entreprise, et, d’autre part, des efforts exceptionnels dans le domaine de la recherche (2 500 chercheurs, 11 laboratoires, 52 instituts, 22 000 brevets déposés). La société possède deux organisations autonomes, l’une internationale, l’autre interne, qui comprend une vingtaine de divisions subdivisées en une cinquantaine de départements. À l’étranger, Matsushita Electric Industrial est présent en Amérique du Nord, en Australie et en Europe (Allemagne).


Philips’ Gloeilampenfabrieken N. V.,