Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
A

Alexandrie (suite)

Alexandrie romaine

Sous l’Empire romain, l’essentiel de la machine gouvernementale demeura dans la ville, devenue résidence du préfet d’Égypte, de l’idiologue (intendant du domaine impérial), de l’alabarque (directeur des impôts indirects) et de quelques procurateurs impériaux. On peut essayer d’estimer la population à l’époque impériale à partir de l’affirmation de Diodore de Sicile, qui donnait à Alexandrie 300 000 habitants libres. C’était la seconde ville de l’Empire. Les empereurs s’attachèrent à l’embellir et à y laisser les marques de leur gloire ou de leur vénération envers les dieux. Auguste bâtit la ville satellite de Nikopolis, ou Juliopolis, avec les bâtiments nécessaires aux jeux quinquennaux institués en souvenir de sa victoire sur Antoine. En l’honneur de Dioclétien, un préfet d’Égypte érigea une colonne, longtemps appelée colonne de Pompée, et qui se trouvait dans l’enceinte du Serapeum. À l’époque impériale furent encore érigés quelques nouveaux sanctuaires, dont celui de Mithra, des bains publics, dont les noms ont été conservés par les textes, et des lieux consacrés aux spectacles. Les spectacles, effectivement, ne manquaient pas. Les larges boulevards se prêtaient aux parades à l’occasion de la venue de l’empereur comme aux processions religieuses. Les athlètes alexandrins étaient nombreux et réputés. Alexandrie aurait même été la première ville gréco-orientale à avoir un cirque.


Une vaste boutique

« Alexandrie tout entière n’est qu’une vaste boutique », disait Grégoire de Nazianze. On imagine quelque chose d’analogue aux souks de l’époque arabe : des rues entières d’artisans boutiquiers se consacrant à diverses spécialités. Le travail du verre produisait des vases ornés, souvent dorés, qui avaient un grand succès dans le monde. La poterie de fabrication locale est plus modeste : ce sont surtout des vases à dessin sur fond clair, blanc ou crème, à usage funéraire, les hydries dites de Hadra, du nom d’une nécropole. La toreutique et la bijouterie ont également produit des œuvres remarquables. Autre spécialité alexandrine, les tissus de qualité, brochés, damassés ou brodés, y compris ceux qui étaient à décor de style barbare destinés à l’exportation lointaine. On tissait aussi un lin de très fine qualité, le byssos. Les produits de parfumerie et de pharmacie constituaient l’objet d’une industrie importante, très organisée, qui traitait les plantes du Delta aussi bien que les produits d’Arabie. La valeur des produits manipulés entraînait un exceptionnel luxe de précautions contre les vols dans les officines. Une partie était exportée, mais la pratique égyptienne de l’embaumement et les goûts des Alexandrins en absorbaient la plus grande part.

L’activité n’était pas moins grande du côté des ports. De grands chantiers navals construisaient ou réparaient les bateaux, en utilisant le bois importé de Phénicie ou d’Asie Mineure. Ptolémée IV y avait fait construire un navire royal très somptueux et un gigantesque vaisseau à quarante rangs de rames. Dans le même secteur, en bordure des ports, se trouvaient les magasins, et surtout les silos, où s’entassait le blé d’Égypte, véritable monnaie d’échange à l’époque lagide et produit essentiel d’exportation vers Rome à l’époque impériale. Les exportations comportaient en outre le papyrus et les produits du désert et de l’Orient, marbres, pierres précieuses, épices. Les importations consistaient en huile et vin, d’ailleurs lourdement taxés sous les Ptolémées.


Une foule turbulente

Sous la tutelle étroite de Rome, Alexandrie paraissait devoir retrouver un certain calme. Les empereurs, qui connaissaient les foules, se méfiaient : la ville fut relativement isolée, n’ayant plus de gouvernement direct sur l’Égypte et étant devenue grenier privé de l’Empire. Il y eut cependant quelques épisodes d’une rare violence.

Sous Néron, en 66, une bataille éclata à l’amphithéâtre, et, à titre répressif, les soldats firent un vrai carnage dans le quartier juif. Sous Trajan, de 115 à 117, les Juifs manifestèrent par leur révolte leur participation à l’agitation qui ébranlait leurs rangs dans tout l’Orient : ce fut l’origine d’une guerre sans merci qui nécessita l’appel à des troupes extérieures à l’Égypte, et entraîna destructions, confiscations de biens, exécutions. Les Juifs furent alors parqués dans leur ghetto du Delta.

En 215, Caracalla vint à Alexandrie, où il fut accueilli avec beaucoup d’honneur, mais aussi avec des plaisanteries qu’il n’apprécia pas, et en tira une vengeance froidement calculée : il prit un prétexte pour réunir la jeunesse et la fit massacrer.

En 273, l’empereur Aurélien vint mettre fin à la révolte du Grec Firmus, qui s’était donné les droits d’un souverain. Le quartier du Brouchion, où ses fidèles s’étaient repliés, fut dévasté.

En 296, après huit mois de siège, Dioclétien entra dans Alexandrie, où un nommé Achilleus s’était proclamé empereur. La ville souffrit, tant pendant le siège que lors de la répression qui suivit. Mais une page était tournée : les chrétiens se haussaient désormais au premier plan de l’actualité.


Alexandrie chrétienne

L’Église d’Alexandrie est, à n’en pas douter, des plus anciennes, bien que soit légendaire la tradition qui attribue sa fondation à l’apôtre saint Marc. Les chrétiens ne font parler d’eux qu’à dater de la persécution de Septime Sévère, en 202. La persécution de Decius fut terrible, celle de Dioclétien incita les Alexandrins à faire partir de son avènement l’ère dite des martyrs, expression qui fut utilisée aux ve et vie s. Les derniers martyrs datent du temps de Maximin Daïa. Ensuite, le nombre des chrétiens se multiplia, tandis que le paganisme conservait des défenseurs acharnés dans les milieux intellectuels et des alliés chez les Juifs. La fermeture des temples païens et la destruction du Serapeum en 391, les combats avec les Juifs et la lapidation de la philosophe Hypatie en 415 marquèrent les luttes entre païens et chrétiens.

L’Église avait depuis longtemps des structures bien établies. Un patriarcat avait été fondé. Dès 362, un concile alexandrin avait promulgué des décisions qui complétaient celles de Nicée. La cathédrale fut construite sur ce qui restait du Cesareum.