Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
C

concentration (suite)

Le Marché commun et les mouvements de concentration en Europe

L’ouverture du Marché commun n’a pas suscité une accélération très sensible de la vague de concentrations. Les mouvements de coopération entre entreprises européennes ont, d’une part, été jusqu’ici fort limités ; d’autre part, les mouvements de concentration entre entreprises nationales n’ont touché qu’un nombre restreint de firmes. Ainsi, on a pu observer que le nombre et le volume des dissolutions pour cause de fusion retrouvaient en 1962 un niveau à peu près identique à celui de 1956.

Les mouvements de concentration ont essentiellement touché les grandes entreprises et les secteurs industriels traditionnels comme la sidérurgie, la chimie, les chantiers navals, les textiles, etc. Par ailleurs, les rapprochements à caractère européen demeurent limités en nombre et en importance : la structure industrielle européenne offre un ensemble de grandes unités dont les opérations et les comportements sont essentiellement nationaux. Cela confirme la volonté des entreprises nationales des différents secteurs de la vie économique de s’opposer ou tout au moins de remédier aux conséquences directes résultant de la mise en œuvre du traité de Rome. Les pouvoirs publics ont, à cet égard et tout au moins pour la France et l’Italie, exercé une influence déterminante : des motifs d’indépendance nationale, une volonté de conserver le pouvoir économique ont conduit à la constitution de grandes entreprises spécifiquement françaises ; en Italie, le phénomène de concentration résulte sans doute du dynamisme des groupes étatiques du type IRI (Istituto por la Ricostruzione Industriale). En Allemagne, une ancienne tradition de collusion a suppléé à l’action de l’État et facilité la réorganisation des entreprises allemandes.


La concentration en Union soviétique

À l’instar de ce qui se passe dans les pays occidentaux, l’examen des statistiques soviétiques fait apparaître, selon Eugène Zaleski, spécialiste français de l’économie soviétique, une tendance continue à la concentration des entreprises industrielles soviétiques, malgré le morcellement qui a suivi l’introduction de la planification administrative vers 1930. Les entreprises employant moins de 500 personnes représentaient 84,7 p. 100 du total en 1929 et 75,6 p. 100 en 1963. Le pourcentage de celles qui emploient plus de 1 000 personnes est passé de 7,4 p. 100 à 11,7 p. 100 au cours de la même période. Pendant les années 60, cette tendance à la concentration s’est encore accélérée, surtout aux dépens des entreprises employant moins de 200 personnes. En 1963, cette catégorie d’entreprises représentait 55 p. 100 du total des entreprises contre 63,6 p. 100 en 1960, possédait 8,5 p. 100 des fonds fixes productifs contre 10,7 p. 100 en 1960 et produisait 12 p. 100 de la production brute contre 15 p. 100 en 1960.

Le degré de concentration industrielle serait, selon les auteurs soviétiques, le plus élevé du monde. Vers 1963, les entreprises industrielles soviétiques employant plus de 1 000 personnes occupaient 62,4 p. 100 du nombre total des travailleurs et produisaient 52,8 p. 100 de la production industrielle brute, alors qu’aux États-Unis les entreprises industrielles de même taille n’employaient que 29,7 p. 100 des travailleurs et ne produisaient qu’un tiers de la production industrielle nette. Cependant, ces chiffres paraissent trompeurs, car, en U. R. S. S., les très petites exploitations industrielles n’ont que très rarement le statut d’entreprises indépendantes. C’est ainsi que 4,1 p. 100 des entreprises ayant un « bilan autonome » occupent en U. R. S. S. de 1 à 10 travailleurs, alors que les pourcentages correspondants sont de 54,3 p. 100 pour la République fédérale d’Allemagne, de 80,4 p. 100 pour la France et de 73,9 p. 100 pour le Japon. Le nombre d’entreprises industrielles occupant un personnel de 11 à 50 personnes est beaucoup plus faible en U. R. S. S. que dans les pays occidentaux industrialisés.

Selon l’économiste soviétique J. B. Kvacha, la petite production est en quelque sorte « injectée dans le corps des grandes et moyennes entreprises industrielles et des organisations non industrielles de toutes les branches de l’économie ». Cela s’effectue sous la forme de productions accessoires ou dépendantes, d’ateliers de réparations, etc. En outre, de petites unités de production industrielle faisant partie intégrante d’entreprises appartenant à d’autres branches de l’économie — au nombre d’environ 130 000 — occupaient, en 1963, 1,3 million de personnes. En fait, la petite production étatique a été maintenue, mais sous la forme d’unités de production directement à la charge du budget et exonérées des contraintes de la comptabilité économique.

Les auteurs soviétiques sont d’accord pour voir dans le progrès technique à la fois la cause et la conséquence de la concentration des entreprises. Dans la production de la fonte, de 1928 à 1958, la surface utile moyenne d’un haut fourneau s’est accrue de 5,75 fois par usine, le nombre moyen des hauts fourneaux de 1,98, et leurs dimensions ont triplé. Une situation analogue a pu être observée dans la production de l’acier et des laminés. On tend à remplacer les fours Martin d’une capacité de 70 à 100 t par des fours de 250, 300 ou même 500 t. On introduit des « bloomings » d’une puissance de 4 Mt et des laminoirs d’une puissance de 3 Mt. Alors que la capacité maximale d’un haut fourneau était de 340 m3 avant la révolution de 1917, on utilise actuellement des hauts fourneaux d’une capacité de 1 513, 1 736 et 2 000 m3. Dans l’industrie du ciment, au cours de la seule période 1952-1958, la dimension moyenne des usines a presque doublé, essentiellement par l’accroissement de la puissance de l’équipement de base.

En classant les entreprises industrielles soviétiques en fonction du montant des fonds fixes, en 1964, en quatre catégories (très petites, petites, grandes, très grandes), on obtient un rapport de productivité du travail de 1,9 entre les groupes extrêmes. Dans certaines industries, cet écart est encore plus grand, surtout dans le domaine des coûts. C’est ainsi que, dans les entreprises produisant moins de 200 000 t de ciment par an, le coût par tonne produite a atteint 21,74 roubles, alors que dans celles produisant plus de 1,7 Mt par an ce coût n’a été que de 6,93 roubles. Une situation semblable a pu être observée dans l’industrie sucrière.