Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
C

Composées ou Composacées (suite)

• La tribu des Inulées renferme entre autres genres : les Gnaphaliums, répartis dans le monde entier ; les Antennarias (Pieds-de-Chat), à feuillage de couleur blanchâtre ; les Hélichrysums (400 espèces), ou Immortelles ; les Inulas et le genre Leontopodium, bien plus connu sous le nom d’Edelweiss ou d’Étoile des Alpes, petite plante laineuse vivant dans les hautes montagnes et qui, pour beaucoup, est encore le symbole des hautes cimes inviolées.

• La tribu des Hélianthées possède bon nombre de genres très employés en horticulture. En premier lieu, il faut citer le Dahlia, qui vit à l’état sauvage au Mexique. Ce genre fut introduit en Europe (Espagne) en 1778, et André Thouin (1747-1824), premier professeur de culture au Muséum, le préconisait en 1795 comme succédané de la Pomme de terre, car ses racines tubérisées sont, elles aussi, gorgées d’inuline. Grâce à de nombreux travaux de génétique, la « fleur » de Dahlia a été profondément transformée tant pour sa taille que pour la forme et la couleur de ses « pétales » (languettes des fleurs ligulées) ; à l’origine, ces derniers étaient rouge foncé et, petit à petit, sont apparues les teintes jaunes, roses et blanches. Actuellement, on distingue : les Dahlias à grandes fleurs, parmi lesquels on peut citer les Dahlias cactus, semi-cactus et décoratifs ; les Dahlias lilliputs ou pompons ; et les Dahlias à collerette, c’est-à-dire ceux dont le capitule possède des fleurs ligulées sur le pourtour et au centre. La culture de ces plantes est des plus faciles : il faut d’abord diviser les souches, en prenant bien soin qu’il existe sur le collet des « yeux », futurs bourgeons qui redonnent les nouvelles tiges florifères, et planter les tubercules en les recouvrant de 5 à 10 cm de terre. Les Hélianthus sont des plantes soit annuelles (la plus connue est le « Soleil »), soit au contraire vivaces ; ils sont également employés pour la décoration grâce à leurs grandes fleurs jaunes. Une espèce, H. tuberosus, le Topinambour, est cultivée pour ses tubercules. Cette plante, introduite du Canada en Europe au xviie s., possède de nombreuses variétés qui ont été très améliorées ; riches en inuline, les Topinambours servent, cuits, dans l’alimentation humaine et ont alors un goût voisin de celui de l’Artichaut ; crus, ils sont parfois donnés aux Bovins et aux Lapins. Les Zinnias, les Gaillardes et les Rudbeckias, originaires d’Amérique du Nord et du Mexique, sont aussi très employés en décoration florale.

• Dans la tribu des Anthémidées, il faut signaler en particulier : les Anthémis (Camomille : 150 espèces), d’Europe et du Bassin méditerranéen, et dont beaucoup possèdent des essences et des hétérosides servant en pharmacopée ; les Achillées (100 espèces) ; les Matricaires (50 espèces) ; les Armoises, vivant surtout dans l’hémisphère Nord (250 espèces), et qui possèdent plusieurs espèces (la Grande Absinthe, les Génépis) remarquables par leurs propriétés chimiques.

• La tribu des Sénecionidées est dominée par le genre Senecio (Séneçon), qui possède plus de 1 500 espèces ; certaines sont de très humbles petites plantes, mais d’autres, vivant dans les hautes montagnes d’Afrique, dans le massif du Ruwenzori vers 4 000 m, sont de véritables arbres, qui donnent aux prairies de cette altitude un aspect extrêmement curieux ; dans les Andes du Venezuela, vers 4 000 m, quelques Séneçons ont une allure cactiforme ; une autre espèce est lianoïde. Il ne faut pas oublier que les Cinéraires de nos jardins proviennent de Senecio cruentus, originaire des îles Canaries, par hybridation avec d’autres plantes souvent inconnues. Ces Cinéraires sont des plantes de décoration, tant de serre froide que de pleine terre, où elles craignent le froid et l’humidité. À côté de ce genre gigantesque, on trouve dans cette tribu les Arnicas et les Tussilages qui servent dans la pharmacopée populaire.

• Les Soucis (Calendula) sont des espèces qui vivent à l’état sauvage dans le pourtour du Bassin méditerranéen et ils forment avec les Dimorphothécas (Afrique du Sud) la tribu des Calendulées.

• La tribu des Cynarées, qui n’ont pas de fleurs ligulées à la périphérie, regroupe plusieurs genres. Les Echinops, dont les capitules, parfaitement sphériques, apportent à ce genre une note d’extrême originalité, sont employés dans les jardins, particulièrement dans les régions chaudes, bien drainées et calcaires. Les Carlines, surtout présentes en Europe et en Asie, possèdent en France deux espèces particulièrement remarquables : la Carline à feuilles d’Acanthe et C. Cynara, qui, complètement aplaties sur le sol, présentent un très gros capitule central plat, de 10 à 15 cm de diamètre, entouré de grandes feuilles blanchâtres. Les Chardons appartiennent à deux genres : Carduus (150 espèces) et Cirsium (200 espèces), qui sont tous deux originaires de l’hémisphère Nord ; ils sont le plus souvent commensaux des cultures, et il faut alors les empêcher le plus possible de se développer. Le genre Cynara renferme deux espèces, originaires du Bassin méditerranéen : C. scolymus (Artichaut) et C. cardunculus (Cardon), qui font l’objet de très grandes cultures. L’Artichaut prospère surtout dans le midi de la France et en Bretagne, car il craint les gelées des régions continentales, mais d’autres pays (Espagne, Maroc, Israël) envoient sur les marchés français, à la fin de l’hiver, des variétés qui précèdent les envois des régions françaises. Le Cardon, connu dès l’Antiquité, est surtout cultivé dans la région lyonnaise, mais peut vivre dans toute la France. Ces plantes ont besoin d’un sol riche, profond, bien drainé. Les feuilles d’Artichaut servent en pharmacopée. Dans cette tribu se range aussi le genre Centaurea avec 700 espèces.

• Dans d’autres tribus de ce grand groupe des Tubiflores on trouve aussi : le genre Vernonia (500 espèces), qui habite les régions tropicales et que sa floraison rouge en fin d’été fait rechercher pour l’ornementation des pelouses ; le genre Eupatorium (500 espèces), qui est localisé en Amérique, sauf une seule espèce répartie dans toute l’Europe ; le genre Mutisia, arbrisseau grimpant originaire d’Amérique centrale et du Sud, employé parfois dans la décoration des pergolas dans la région méditerranéenne ; le genre Cerbera (40 espèces), qui vit dans les régions chaudes et tempérées de l’Asie et de l’Afrique ; la longévité de ses fleurs, sur pied ou coupées, est tout à fait exceptionnelle (de l’ordre d’un mois).