Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
C

chirurgie (suite)

Quelques termes usuels en chirurgie

ablation, action d’enlever une partie du corps. Ce terme, très général, désigne aussi bien une amputation qu’une avulsion, une désarticulation, une exérèse, une résection.

abouchement, mise en communication d’une cavité avec l’extérieur par une sorte de « bouche » artificielle.

amputation, ablation de la portion distale ou de la totalité d’un membre ou d’un organe, sans rétablissement de la continuité ni de la fonction : amputation de jambe, du rectum, etc. (s’oppose à résection). Pour les membres, l’amputation est typique si on scie l’os, atypique si on coupe au niveau d’une articulation (c’est alors une désarticulation).

anastomose, abouchement naturel ou chirurgical de deux canaux ou vaisseaux.

avulsion, ablation par arrachement : avulsion d’une dent.

bistouri, petit couteau employé en chirurgie.

bistouri électrique, appareil pour sectionner les tissus à l’aide de courants de haute fréquence.

cathétérisme, introduction dans un canal d’un tube creux ou plein, souple ou non, pour en apprécier la perméabilité, mesurer les pressions, prélever ou injecter des fluides, appliquer des courants électriques, etc.

champ opératoire, surface sur laquelle opère le chirurgien. Par extension, linge qui borde cette surface.

clamp, pince à grands mors mousses pour fermer provisoirement un canal ou un vaisseau.

-clasie, suffixe désignant le broiement : ostéoclasie.

clivage, séparation de deux plans simplement juxtaposés ou peu adhérents.

contention, action de maintenir une partie du corps ou le corps entier.

curetage, nettoyage d’une cavité naturelle ou pathologique à l’aide d’une sorte de cuiller, la curette, qui peut être à bords tranchants ou mousses.

débridement, suppression des brides ou adhérences qui unissent deux organes ou qui se trouvent dans une cavité.

désarticulation, amputation* atypique.

dilatation, élargissement du diamètre normal ou pathologique d’un canal.

drainage, évacuation par un drain (un tuyau), une lame de caoutchouc ou une mèche des fluides contenus dans une cavité (v. abcès à l’ordre alphabétique).

écarteur, appareil pour éloigner les lèvres d’une plaie, séparer des plans musculaires, des organes, des vaisseaux, etc.

-ectomie, suffixe employé pour indiquer l’ablation : gastrectomie (ablation de l’estomac). [Parfois employé comme substantif.]

excision, action de trancher autour d’une lésion pour l’enlever en totalité sans l’ouvrir : excision d’un kyste.

exclusion, action de supprimer la communication d’un organe avec un autre.

exérèse, ablation de la partie malade ou nuisible d’un organe : exérèse d’un lobe pulmonaire, d’un adénome de la prostate, etc.

hémostase, action d’arrêter l’écoulement du sang hors des vaisseaux.

immobilisation, suppression totale des mouvements d’une partie du corps pour assurer soit la consolidation d’une fracture, soit la guérison d’une lésion inflammatoire. (L’immobilisation peut se faire par plâtre, appareil orthopédique, plaque ou coapteur d’ostéosynthèse, etc.)

incision, action de trancher dans la peau ou dans un organe pour l’ouvrir : incision d’un abcès.

ligature, pose et serrage d’un lien autour d’un canal ou d’un vaisseau qu’on veut obstruer.

mobilisation, action d’imprimer des mouvements à une portion de l’organisme pour rétablir son activité normale.

-pexie, suffixe employé pour indiquer la fixation chirurgicale d’un organe déplacé ou anormalement mobile : néphropexie (pexie d’un rein), hystéropexie (pexie de l’utérus), etc.

plastie, action chirurgicale sur les formes d’une région ou d’un organe, soit pour changer le fonctionnement (thoracoplastie), soit pour améliorer l’esthétique.

résection, ablation d’une portion de membre ou d’organe avec rétablissement de la continuité et conservation de la fonction : résection du coude, d’une anse intestinale, d’une côte, etc. (s’oppose à amputation).

spéculum, appareil en forme d’entonnoir ou de bec d’oiseau aplati permettant d’explorer les cavités naturelles.

-stomie, suffixe exprimant l’abouchement : gastrostomie (stomie de l’estomac), colostomie (stomie du côlon), etc.

suture, moyen d’union analogue à la couture, mettant en œuvre un fil et une aiguille ou des agrafes, et permettant de joindre les lèvres d’une plaie, les bords d’une incision, les tranches d’organes à aboucher, etc.

-tomie, suffixe exprimant l’incision, l’ouverture : laparotomie (ouverture de l’abdomen), urétérotomie (ouverture de l’uretère), etc.

J. P.

 H. Mondor, Anatomistes et chirurgiens (Fragance, 1949). / W. von Bruun, Histoire de la chirurgie (Lamarre, 1955). / J. Thorwald, Das Jahrhundert der Chirurgen (Stuttgart, 1956 ; trad. fr. le Siècle de la chirurgie, Presses-Pocket, 1965 ; nouv. éd., Presses de la Cité, 1972). / C. d’Allaines, Histoire de la chirurgie (P. U. F., coll. « Que sais-je ? », 1961 ; 2e éd., 1967). / L. M. Zimmerman et I. Veith, Great Ideas in the History of Surgery (Baltimore, 1961 ; nouv. éd., New York, 1967). / A. O. Whipple, The Story of Wound Healing and Wound Repair (Springfield, Illinois, 1963). / P. Huard et M. D. Grmek, Mille Ans de chirurgie en Occident, ve-xve siècles (Dacosta, 1966) ; la Chirurgie moderne, ses débuts en Occident, xvie-xviiie siècles (Dacosta, 1968). / J. Quénu, J. Loygue, J. Perrotin, C. Dubost et J. Moreau, Opérations sur les parois de l’abdomen et sur le tube digestif (Masson, 1967). / S. Blondin, l’Acte chirurgical (Hachette, 1972).