Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
B

boue (suite)

Boues activées

Ce sont des boues tirées des eaux usées qui sont soumises alternativement à l’aération et au repos. Elles comportent dans leur sein des substances vivantes, notamment des Bactéries, et des substances organiques en décomposition. Leurs flocons apparaissent sous une forme gélatineuse. Les Protozoaires et les Bactéries qui s’y trouvent transforment l’ensemble en attaquant la matière colloïdale et en laissant des résidus solides, dont la décantation clarifie les eaux usées.


Fleuves de boue

Quand des terrains glaiseux, dans lesquels remontent normalement des eaux capillaires à partir de la nappe phréatique, sont soumis à des gelées fortes et surtout prolongées (parfois durant des semaines), il se forme au niveau inférieur de la frange congelée, de 0,70 m à 1,20 m de profondeur, selon l’intensité du gel, des accumulations d’eaux anormales, qui sont bloquées au fur et à mesure au niveau inférieur du sol congelé. Cette eau gèle sous forme de lentilles de glace. Au dégel, le sol, imbibé à ce niveau de deux à trois fois son volume d’eau, se liquéfie littéralement en formant une couche de boue liquide rendant toute la partie supérieure instable, et l’on assiste à des coulées de glaise diluée qui entraînent avec elles tout ce qui est édifié à flanc de coteau, en dévalant la pente jusqu’au fond de la vallée.


Boues glaciaires

Celles-ci se forment à la base des moraines et, avec le temps, donnent naissance à des bancs d’argile compacte plus ou moins épais.

J. A.

 M. Duriez et J. Arrambide, Nouveau Traité de matériaux de construction (Dunod, 1961-1962 ; 3 vol.).

Bouffons (querelle des)

Un des épisodes de la guerre des partisans de la musique italienne contre ceux de la musique française pendant le xviiie s.


On y distingue quatre périodes : avant 1752 ; l’attaque du baron Melchior von Grimm (1753) ; les ripostes à J.-J. Rousseau (1754) ; les résultats. La période antérieure à 1752 se signale par la lutte entre les ramistes et les lullystes. Ces derniers défendent l’idéal de la tragédie en musique, fondé sur une déclamation rigoureuse et sur un accompagnement musical et harmonique efficace et discret. Les ramistes défendent l’apport de Rameau dans le domaine du coloris orchestral, de l’art vocal et du pouvoir harmonique. La fréquence élevée des représentations d’œuvres de Lully après 1740 semble donner l’avantage aux lullystes, tandis que Rameau est soutenu par le cercle plus réduit des « modernes ». Dans ce climat troublé, l’Opéra, usant de son privilège, fait venir en 1752 la troupe des Bouffons d’Eustachio Bambini. Du 1er août 1752 au 7 mars 1754, cette troupe joua treize opéras bouffes. Seule La Serva padrona eut un succès considérable et prolongé jusqu’à nos jours. Ces spectacles divisèrent l’opinion en deux camps : le coin du roi réunit les partisans de la musique française ; le coin de la reine, ceux de l’italienne. Le premier moment culminant de la lutte se situera en janvier 1753 ; elle éclate par la publication du Petit Prophète de Bœhmischbroda de M. von Grimm, piquante satire de l’opéra français, de ses chanteurs, de ses danses, de son orchestre, de son exploitation du « merveilleux », qui empêche de traiter des grandes passions et de peindre des caractères. La contre-attaque vient de la représentation de Titon et l’Aurore, pastorale de Mondonville (protégé par Mme de Pompadour). Cette œuvre courte, d’un ton voluptueux, tenant compte de la déclamation lullyste, mais d’une orchestration brillante, va aux nues. Plus de soixante brochures retracent les prises de position dans la querelle. Des étrangers (Grimm, Holbach, Rousseau) attaquent l’opéra français, défendu par des littérateurs comme J. Cazotte, l’abbé de Voisenon, L. de Boissy, F. L. Marin, etc., tandis que les encyclopédistes (d’Alembert, Diderot) sont plus réservés, mais J.-J. Rousseau parviendra à faire basculer les encyclopédistes parmi les bouffonistes. En novembre 1753, alors que la faveur du public s’éloigne des Italiens et que la querelle s’apaise, Rousseau publie sa Lettre sur la musique française, où il nie l’existence de cette musique, qui n’a ni mesure, ni mélodie, la langue n’y étant pas favorable. De plus, la polyphonie, le récitatif, le souci expressif, la mise en œuvre orchestrale sont appréciés en faveur de ce « naturel » que Rousseau croit l’apanage des Italiens. Les ripostes sont très vives. E. Fréron, M. A. Laugier, C. Baton, C. H. Blainville, L. Travenol et Rameau viennent, parmi d’autres, renforcer la défense d’un art national. La musique française devient l’objet de nombreuses « apologies », au moment où l’Opéra reprend avec succès des œuvres de Rameau, brouillé à jamais avec les encyclopédistes, et où les Bouffons regagnent l’Italie, leur contrat expiré. En 1754, il semble que le parti français l’ait emporté, en apparence tout au moins. À l’origine, la querelle débute sur une donnée fausse : on ne peut comparer deux genres aussi différents que la tragédie en musique et l’opéra bouffe. On ne peut ensuite comparer deux styles différents et deux conceptions, également valables mais opposées, de l’art du chant. La querelle s’enferme dans ce cercle. Elle est favorisée par les défauts de l’opéra (interprétation lourde du récitatif, indiscipline de l’orchestre, médiocrité des livrets, lassitude envers un genre qui ne se renouvelle pas) et par des étrangers, musiciens amateurs, peu sensibles aux conceptions originales des Français en matière musicale. Ceux-ci défendent un idéal musical fondé sur l’expression sonore d’un contexte littéraire ; ceux-là sont sensibles au développement du lyrisme, à une simplicité, à un « naturel » apparents. Cette querelle a pour conséquences de favoriser l’éclosion de l’opéra-comique en France et de donner un rôle prépondérant à la critique musicale, qui tombe dans le domaine des littérateurs. Paris va devenir, en matière musicale, un centre cosmopolite, un lieu d’élection pour musiciens étrangers. Cette querelle, où les musiciens eurent peu de part, s’inscrit enfin dans ce puissant mouvement de défense et d’attaque contre l’hégémonie artistique française, qui se fait jour dans l’« Europe des lumières » vers 1750.

M. B.

 L. Richebourg, Contribution à l’histoire de la « Querelle des Bouffons » (Nizet et Bastard, 1938). / N. Boyer, la Guerre des Bouffons et la musique française (Éd. de la Nouvelle France, 1945).