Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
A

aéronautique et aérospatiale (industrie) (suite)

Occupant dans le monde occidental le sixième rang parmi les avionneurs, la Société nationale industrielle aérospatiale possède douze établissements implantés à Toulouse, Marignane, Les Mureaux, Nantes, Saint-Nazaire, Châtillon-sous-Bagneux, Issac (près de Bordeaux), Suresnes, La Courneuve, Bourges, Méaulte et Cannes. Ses activités sont réparties en quatre divisions : avions-hélicoptères-engins tactiques-systèmes balistiques et spatiaux. La division avions représente près du tiers des ventes de la société. Ses principales productions sont : l’avion de transport supersonique « Concorde », réalisé en coopération avec la firme britannique British Aircraft Corporation, et qui est en service commercial régulier depuis le 21 janvier 1976 ; l’avion de transport moyen-courrier subsonique à grande capacité « Airbus A 300 B », fabriqué en coopération européenne ; l’avion d’affaires, ou avion de troisième niveau « Corvette » ; l’avion de transport pour étapes courtes « Frégate » ; et l’avion de transport militaire « Transall », appareil réalisé en coopération avec l’Allemagne. La division hélicoptères a une production très diversifiée, et plus de 4 500 appareils de sa réalisation volent actuellement dans le monde. La gamme complète comprend l’Alouette III, la « Gazelle », le « Puma », le « Lynx », le « Super-Frelon » et le « Dauphin ». Elle vient de lancer, en 1976, la production en série d’un nouvel hélicoptère léger, l’Écureuil ». Elle coopère étroitement avec la firme britannique Westland sur les programmes Puma, Lynx et Gazelle. La division engins tactiques a conçu et fabrique toute une gamme de missiles exportés dans plus de trente pays ; parmi ceux-ci figurent les missiles antichars « Milan » et « Hot », produits en collaboration avec la firme allemande Messerschmitt-Bölkow-Bloehm, les missiles air-surface « AS 12 », « AS 20 » et « AS 30 », l’avion-cible sans pilote « CT 20 », le missile aérien « Roland », également développé dans le cadre d’un programme de coopération franco-allemand, les missiles mer-mer « Exocet MM 38 », et air-mer « MM 39 », et enfin, le missile sol-sol tactique « Pluton », à charge nucléaire et à moyenne portée. Les activités de la division systèmes balistiques et spatiaux se partagent entre des programmes militaires, c’est-à-dire les missiles « SSBS » et « MSBS » de la force de dissuasion française, et des programmes civils, menés en grande partie en coopération multinationale. Parmi ces derniers se trouvent notamment les lanceurs de satellites. Cette division réalise une part importante du lanceur « Diamant B » du Centre national d’études spatiales ; elle assure également le rôle d’architecte industriel pour le lanceur « Ariane », retenu au niveau européen après l’abandon de la fusée Europa III, et qui sera opérationnel en 1980. Dans le cadre du consortium CIFAS, elle a réalisé le satellite franco-allemand de télécommunications Symphonie, dont deux exemplaires ont été mis en orbite. Dans le cadre du consortium Cosmos, elle est maître d’œuvre du satellite géostationnaire de météorologie Météosat qui sera lancé en 1977 pour l’Agence spatiale européenne, et qui implique la participation d’industriels de six pays associés. La Société nationale industrielle aérospatiale possède cinq filiales avec lesquelles elle constitue le groupe Aérospatiale. La Société girondine d’entretien et de réparations de matériels aéronautiques (SOGERMA), implantée à Mérignac, assure la maintenance de nombreux avions civils et militaires. La Société d’exploitation et de constructions aéronautiques (SECA), fondée en 1946 et implantée au Bourget, est également orientée vers des opérations de maintenance, mais sur un éventail très ouvert qui touche les cellules, les équipements et les moteurs. La Société de constructions d’avions de tourisme et d’affaires (SOCATA) a été créée, le 1er octobre 1966 à partir de l’ancienne Société Morane-Saulnier. Située à Tarbes, elle a produit plus de 2 600 exemplaires de la gamme des avions légers « Rallye », exportés dans 65 pays. La Société charentaise d’équipements aéronautiques (SOCEA), créée le 1er octobre 1970, est installée à Rochefort ; ses activités portent sur des sous-traitances de pièces de cellules d’avions, l’étude et la réalisation de sièges d’avions et de matériels de servitude. Enfin, l’Électronique aérospatiale (EAS) est implantée au Bourget ; elle consacre près de 85 p. 100 de ses activités à la réalisation de matériels de communication aéroportés, d’instruments de navigation de bord, et d’appareillages électriques d’alimentation. Au 1er janvier 1976, les effectifs du groupe Aérospatiale étaient de 40 200 personnes, dont 35 900 pour la société mère avec un total de surfaces couvertes de 1 490 000 m2. Ses activités internationales sont très développées, puisque, outre de nombreux accords de coopération, ses ventes à l’exportation représentent plus de 38 p. 100 de son chiffre d’affaires.


United Aircraft Corporation,

société américaine fondée en 1934 et spécialisée dans la construction de moteurs et de réacteurs pour l’aviation civile et militaire. Son importante division Pratt and Whitney, dont la production fournit environ 70 p. 100 des revenus de l’United Aircraft, fabrique les réacteurs d’une grande partie des avions de combat de l’US Air Force et de l’US Navy, en particulier ceux qui équipent l’avion de chasse « F-111 », et la série des « F-14 » et des « F-15 ». Dans le secteur de l’aviation commerciale, le réacteur « JT-3 D » équipe le Boeing « 707 », le Boeing « 720-B » et le McDonnell-Douglas « DC-8 », alors que le réacteur « JT-8 D » est utilisé sur les Boeing « 727 » et « 737 », le « DC-9 » et la « Caravelle ». Quant au réacteur « JT-9 D », il assure la propulsion du Boeing « 747 » et équipera l’Airbus McDonnell-Douglas « DC-10 ». La société produit également des hélicoptères civils et militaires par l’intermédiaire de sa filiale, la Sikorsky Aircraft, qui assure environ 10 p. 100 de ses revenus. Les activités de sa division United Technology Center, implantée à Sunnyvale (Californie), intéressent la recherche, le développement et la production de fusées, de propergols liquides et solides et de systèmes de propulsion avancés. Le centre de recherche et de développement de Floride de Pratt and Whitney construit les propulseurs à hydrogène et oxygène liquides « RL-10 », qui équipent la fusée « Centaure », et met au point le « XLR-129 », qui pourra atteindre une poussée de plus de 1 000 t. L’United Aircraft Corporation s’est, d’autre part, récemment illustrée par l’intermédiaire de sa division Hamilton Standard, implantée à Windsor Locks (Connecticut), avec la mise au point et la réalisation des équipements de survie utilisés par les astronautes au cours de leurs marches sur la Lune. Ses établissements, localisés à East Hartford et à Windsor Locks (Connecticut), ainsi qu’à Sunnyvale (Californie), emploient plus de 82 000 salariés.


Vereinigte Flugtechnische Werke (VFW),