Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
B

baroque (suite)

Plus importante encore est l’opposition que l’on serait tenté d’établir entre baroque et classicisme. Selon l’acception vague mais persistante de la notion de baroque, il y aurait incompatibilité avec le classicisme. Mais tandis que les historiens d’art ont déjà constaté la possibilité de coexistence, les musicologues ne paraissent pas encore s’en être avisés. D’un autre côté, il faut noter que les phénomènes classiques relèvent bien davantage d’une attitude individuelle que d’un état collectif. Souligner aussi que ce que l’on entend par classicisme français (du siècle de Louis XIV) ne se situe pas à la même époque que le prétendu classicisme musical viennois, pour se limiter à deux exemples. Une observation plus attentive révèle d’ailleurs que le classicisme louis-quatorzième, comme le classicisme viennois, comporte autant d’exceptions que de règles, ce qui diminue encore la portée du mot classicisme affecté à une période définie de l’histoire des arts.

Le classicisme porte un jugement moral sur l’exercice créateur, il se donne une unité. Le baroque ne se choisit pas de telles contraintes, dans la mesure même où il parvient à un équilibre en laissant se faire le jeu des contraires. Le classicisme est une morale, le baroque un empirisme, dans le sens le plus beau donné à ce terme par Jung.

On peut admettre bien plus aisément la notion d’un classicisme apparaissant à divers moments de l’histoire que ces fameuses résurgences baroques invoquées par Eugenio d’Ors.

Il va de soi que certains créateurs, certaines œuvres de l’époque baroque portent l’empreinte d’une volonté classique, tant il est vrai que le classicisme peut apparaître dans le contexte baroque, alors que l’opération inverse est inconcevable.

Une nouvelle définition du baroque et son application à la musique, ce qui est proposé ici, doivent tenir compte de tout ce qui vient d’être dit pour échapper à l’emploi inconsidéré du mot, ou, à l’inverse, à un usage exagérément particulariste.

Cette définition permet de rassembler une série de termes dont il est souvent fait un usage peu cohérent, tels que style concertant, préclassicisme ou même classicisme, et cela en une notion vivante.

R. S.

 J. Burckhardt, Der Cicerone (Bâle, 1855 ; trad. fr. le Cicerone, Firmin-Didot, 1885). / H. Wölfflin, Renaissance und Barock (Munich, 1888 ; trad. fr. Renaissance et baroque, « le Livre de poche », 1961) ; Kunstgeschichtliche Grundbegriffe (Munich, 1915 ; trad. fr. Principes fondamentaux de l’histoire de l’art, Plon, 1952 ; rééd. Gallimard, 1966). / M. Reymond, De Michel-Ange à Tiepolo (Hachette, 1912). / W. Weisbach, Der Barock als Kunst der Gegenreformation (Berlin, 1921) ; Die Kunst des Barocks in Italien, Frankreich, Deutschland und Spanien (Berlin, 1924). / H. Cysarz, Deutsche Barockdichtung (Leipzig, 1924). / B. Croce, Storia dell’età barocca in Italia (Bari, 1928). / E. Mâle, l’Art religieux après le concile de Trente (A. Colin, 1932). / H. Focillon, Vie des formes (P. U. F., 1934 ; nouv. éd., 1939). / E. d’Ors, Lo barroco (Barcelone, 1934 ; trad. fr. Du baroque, Gallimard, 1935 ; rééd., 1968). / C. Calcaterra, Il Parnaso in rivolta. Barocco e antibarocco nella poesia italiana (Milan, Vérone, 1940). / G. de Reynold, le xviie siècle, le classique et le baroque (Montréal, 1944). / M. F. Bukofzer, Music in the Baroque Era (New York, 1947). / S. Clercx, le Baroque et la musique (Bruxelles, 1948). / A. Continho, Aspectos da literatura barroca (Rio de Janeiro, 1950). / P. Kelemen, Baroque and Rococo in Latin America (New York, 1951 ; 2e éd., 1967 ; 2 vol.). / R. Lebègue, la Poésie française de 1560 à 1630 (S. E. D. E. S., 1951 ; 2 vol.). / J. Tortel (sous la dir. de), le Préclassicisme français (Cahiers du Sud, Marseille, 1952). / J. Rousset, la Littérature de l’âge baroque en France (Corti, 1953) ; Forme et signification. Essai sur les structures littéraires de Corneille à Claudel (Corti, 1963) ; l’Intérieur et l’extérieur. Essai sur la poésie et le théâtre au xviie siècle (Corti, 1968). / Du baroque au classicisme (numéro spécial de xviie siècle, 1953). / M. Raymond, Baroque et renaissance poétique (Corti, 1955). / Retorica e barocco (Atti del III Congresso Internazionale di Studi Umanistici, Rome, 1955). / Die Kunstformen des Barockzeitalters (Berne, 1956). / I. Buffum, Studies in the Baroque from Montaigne to Rotrou (New Haven, 1957). / L. Hautecœur, l’Art baroque (Club français du livre, 1957). / V.-L. Tapié, Baroque et classicisme (Plon, 1957). / R. Wittkower, Art and Architecture in Italy 1600 to 1750 (Harmondsworth, 1958). / G. Kubler et M. S. Soria, Art and Architecture in Spain and Portugal and Their American Dominions, 1500-1800 (Harmondsworth, 1959). / H. Gerson et E. H. Ter Kuile, Art and Architecture in Belgium, 1600-1800 (Harmondsworth, 1960). / Manierismo, Barocco, Rococo (Convegno della Accademia nazionale dei Lincei, 1960) [Rome, 1962]. / C. Roy, Arts baroques (Delpire, 1963). / E. Bachmann, E. Hubala, H. Fillitz et E. Neumann, Barock in Böhmen (Munich, 1964). / J. Bousquet, la Peinture maniériste (Neuchâtel, Paris, Bibliothèque des Arts, 1964). / P. Charpentrat, Baroque, Italie et Europe centrale (Fribourg, 1964) ; l’Art baroque (P. U. F., 1967) ; le Mirage baroque (Éd. de Minuit, 1967). / V.-L. Tapié, J. Rousset et O. de Mourgues, Trois Conférences sur le baroque français (Turin, 1964). / G. Bazin, Classique, baroque et rococo (Larousse, 1965). / Actes des journées internationales d’étude du baroque de Montauban (Toulouse, 1965-1967 ; 2 vol.). / H. R. Hitchcock, Rococo Architecture in Southern Germany (Londres, 1968). / Y. Bottineau, Baroque ibérique. Espagne, Portugal, Amérique latine (Fribourg, 1969). / R. Stricker, Musique du baroque (Gallimard, 1969). / G. Cattaui, Baroque et rococo (Arthaud, 1973). / C.-G. Dubois, le Baroque, profondeurs de l’apparence (Larousse, 1973).

barotraumatisme

Conséquence des variations de pression du milieu ambiant sur l’organisme. Le barotraumatisme est le propre des aviateurs, des plongeurs soumis à des différences pressionnelles rapides, et des travailleurs sous-marins dont l’exercice nécessite le maintien en air comprimé à l’aide de caisson ou de scaphandre.