Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
B

banque (suite)

banque de dépôts française, fondée à Lyon en 1863 par Henri Germain (1824-1905), aux fins d’améliorer, en s’inspirant de l’exemple britannique, l’infrastructure bancaire française. Ses dirigeants voulaient collecter une petite épargne croissante, à laquelle ne s’intéressait pas la haute banque, en rémunérant les dépôts de toute personne « quels que soient son état et sa condition », ce qui était une originalité. À partir de 1870, le Crédit Lyonnais s’implanta partout en France et développa un réseau d’agences à l’étranger. Nationalisé en 1945, il a continué d’étendre ses filiales à l’étranger et dans les pays de la zone franc d’outre-mer par le moyen de participations mixtes avec des intérêts locaux. Il a développé ses activités dans le crédit-bail mobilier et immobilier, et a participé à la création de la Banque européenne de crédit à moyen terme. Le Crédit Lyonnais est la deuxième banque de dépôts française. En octobre 1970, il a conclu un accord de coopération avec la Commerzbank allemande et la Banco di Roma. Le groupe disposait de 4 293 agences à la fin de 1975.


Crédit du Nord-Union parisienne,

société née en 1974 de la fusion de la Banque de l’Union parisienne et du Crédit du Nord. Le Crédit du Nord était une banque de dépôts privée française, la plus importante des banques à statut de banque régionale. Il avait succédé au Comptoir d’escompte de l’arrondissement de Lille, créé en 1848 en même temps que le Comptoir national d’escompte de Paris et pour les mêmes raisons de crise grave dans l’escompte du papier commercial. Il s’implanta en Normandie et en Aquitaine pendant la Première Guerre mondiale, quand l’occupation allemande des départements du Nord interrompit son expansion. Il absorba entre les deux guerres la Banque générale du Nord et plusieurs banques locales. Au moment de la fusion, son réseau de guichets s’étendait à la Champagne, à la Gironde, à la région lyonnaise et au Midi. Le Crédit du Nord contrôlait l’Union bancaire du Nord, la Banque de crédit à long et moyen terme et le Crédit du Nord belge. En 1968, il est entré dans le groupe Financière de Paris et des Pays-Bas, où il a fusionné avec l’Union parisienne, banque cédée par le groupe Suez au groupe Paribas en échange du contrôle du groupe C. I. C. La Banque de l’Union parisienne, banque d’affaires fondée en 1904, réunissait parmi ses fondateurs des représentants de la haute banque protestante. Elle finança de nombreuses sociétés d’électricité et de constructions électriques en France, et elle fut à l’origine de l’implantation de diverses affaires françaises en Amérique du Sud et en Europe orientale. En 1932, elle fusionna avec le Crédit mobilier. Puis elle absorba la branche française de la Banque belge pour l’étranger en 1948 et la Banque Mirabaud en 1953. En 1967, elle prit le nom d’Union parisienne, après apport de ses activités bancaires à la Compagnie française de crédit et de banque, tandis que ses participations industrielles étaient prises en charge par la Compagnie financière de Suez et de l’Union parisienne. Aujourd’hui, l’ensemble Crédit du Nord-Union parisienne est la première banque de dépôts en France et, par ses liens avec la Westminster Bank et Paribas, une affaire d’envergure internationale. Grâce à cette appartenance, la Banque de Suez et de l’Union des Mines s’était trouvée directement intéressée à la prospérité d’un très grand groupe, celui qu’avaient formé la Compagnie financière de Suez et l’Union parisienne, en participant à 20 p. 100 au capital de Saint-Gobain-Pont-à-Mousson, accélérant ainsi la création en France d’unités de production et de financement de dimension internationale.


Deutsche Bank,

banque de dépôts privée allemande. La plus importante et la plus ancienne des banques allemandes sous forme de société par actions, elle fut fondée à Francfort, puis elle déplaça son siège social à Berlin en 1875, mais revint à Francfort quand, après la Seconde Guerre mondiale, il fut interdit à toutes les banques de la République fédérale de conserver des agences sur le territoire de la République démocratique. En raison de sa croissance rapide à partir des dernières années du xixe s., la Deutsche Bank ne possède pas seulement le réseau le plus étendu, mais est aussi l’une des banques dont les représentants figurent dans le plus grand nombre des conseils de surveillance des entreprises industrielles allemandes. Après 1945, elle a pu s’établir de nouveau à l’étranger, principalement à Buenos Aires, à São Paulo, à Santiago du Chili, à Bogotá, à Beyrouth, à Tōkyō, à Mexico, à Istanbul, à Caracas et au Caire. En particulier, elle développa ses participations dans des institutions bancaires plus ou moins spécialisées, à caractère international : c’est ainsi qu’avec l’Amsterdam-Rotterdam Bank, la Société générale de Banque et la Midland Bank, elle a créé un comité consultatif européen, deux banques d’investissement : l’European-American Banking Corporation et l’European-American Bank and Trust Company à New York, et enfin la Banque européenne de crédit à moyen terme, installée à Bruxelles. Conjointement avec d’autres banques étrangères, dont des françaises, elle figure dans un très grand nombre de syndicats de placement d’emprunts internationaux.


First National City Bank,

banque américaine, installée à New York et fondée en 1812 sous le nom de « City Bank of New York ». En 1955, lors de la fusion de la First National Bank of New York et de la National City Bank, elle prit le nom sous lequel elle est mondialement connue. Elle fut l’une des premières banques américaines à créer une division internationale, aux secteurs spécialisés pour le Canada, le Moyen-Orient, les Caraïbes, l’Europe (avec des sous-secteurs spécialisés dans les relations avec la Grande-Bretagne, la Scandinavie, la péninsule Ibérique et le reste de l’Europe occidentale), le Sud-Est asiatique et l’Amérique latine. Elle dispose de bureaux ou d’agences dans 50 pays, aussi éloignés les uns des autres que les îles Vierges, le Pākistān, l’Arabie Saoudite et le Nicaragua. En sus d’une filiale à Paris, elle participe pour 40 p. 100 au capital d’une banque africaine multinationale : la Banque internationale pour l’Afrique occidentale, aux nombreuses agences en Afrique francophone. Une autre de ses filiales, qui s’occupe essentiellement d’opérations de financement international, est l’International Banking Corporation, à New York, laquelle joue également le rôle de société holding. Ses filiales au Canada et en Europe, particulièrement à Londres, sont très actives sur les marchés des eurodollars et des euro-émissions.


Fuji Bank, Limited,