Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
S

stratification sociale (suite)

C’est dans ce contexte que Marx interprète alors la situation économique des producteurs et construit une théorie du changement social sur la base de la lutte des classes. Toute étude des stratifications sociales se réfère à sa théorie et à sa méthode dialectique. Selon Marx, toute stratification, sauf dans les communautés primitives, est assimilée à un système de classes, lequel s’élabore à partir de la place des groupes sociaux dans le processus de production. Un conflit résulte de l’antagonisme des intérêts par rapport aux moyens de production. Les uns, les bourgeois, recherchent le profit maximal ; les autres, les prolétaires, se sentent lésés par l’exploitation que fait le capitaliste de leur force de travail en y prélevant une plus-value. L’approche marxiste met ainsi l’accent sur le fait que les classes s’inscrivent dans un processus historique, qu’elles sont déterminées par le système de production, qu’elles déterminent à leur tour les rapports sociopolitiques et les superstructures idéologiques.

Si l’on excepte les apports essentiels de Max Weber* sur la question, qui ont donné le branle aux recherches des fonctionnalistes, il faut reconnaître que la plupart des études faites pendant le demi-siècle qui a suivi la mort de Marx se sont inscrites en réaction contre sa théorie. Si elles ont conduit à analyser d’autres types de sociétés (les castes par exemple avec Célestin Bouglé), elles ont eu pour objet de vider l’idée de classe de son contenu dynamique ou de la relativiser à l’extrême en mettant l’accent sur la diversité des stratifications.


Actualité du problème

Le regain d’intérêt concernant le problème des stratifications, que l’on constate depuis la Seconde Guerre mondiale, bien que fortement marqué politiquement et idéologiquement la plupart du temps, semble provenir : 1o des transformations des structures de classes dans les sociétés capitalistes (nouvelle classe dirigeante, formation d’une classe techno-bureaucratique, fluctuations des classes moyennes) ; 2o de l’apparition d’une stratification spécifique dans les pays socialistes ; 3o des changements rapides de systèmes de stratification dans les nouveaux États en voie de développement, dans lesquels le politique paraît primer l’économique en tant que générateur des nouvelles couches sociales. De toute manière, le cumul et l’accélération des changements rendent inadéquat aux yeux de la plupart des sociologues le schéma de référence valable dans le cadre de la société industrielle du xixe s.

Actuellement, les différentes manières d’appréhender le problème se distribuent entre deux pôles extrêmes : celui de la sociologie américaine, dont les études de la stratification incluent souvent des propos conservateurs, et celui du marxisme*, qui souligne l’accentuation inéluctable des affrontements de classes. D’une part, dans la tradition conservatrice des théories fonctionnalistes, on conçoit la société comme système intégré aux strates reliées par des intérêts complémentaires, les positions les plus importantes étant assurées aux plus qualifiés et l’inégalité se présentant comme une nécessité fonctionnelle de tout système social. D’autre part, les théories du conflit inspirées de la tradition marxiste insistent sur la dynamique des luttes pour le pouvoir et les privilèges ainsi que sur les mécanismes assurant l’exploitation et la domination d’une classe par une autre ; elles entreprennent une critique radicale des inégalités sociales, fondées sur les privilèges de possession ou de contrôle des moyens de production. (« On appelle classes de vastes groupes d’hommes qui se distinguent par la place qu’ils occupent dans un système historiquement défini de production sociale, par leur rapport [la plupart du temps fixé et consacré par les lois] vis-à-vis des moyens de production, par leur rôle dans l’organisation sociale du travail, donc, par les modes d’obtention et l’importance de la part de richesses sociales dont ils disposent », Lénine.)

Le courant marxiste ayant été étudié à l’article classe sociale, seules feront ici l’objet d’analyse les théories de la stratification se reliant au courant fonctionnaliste.


Weber

L’influence de Max Weber* sur les théoriciens américains apparaît désormais certaine. Ne prétendant pas proposer une « contre-théorie » de celle de Marx, puisqu’il intègre dans sa propre théorie l’importance déterminante des aspects économiques de la stratification, Weber élargit seulement cette vision en insistant sur l’infléchissement de la théorie à base économique par la nécessité et la pratique politique. Tout système de stratification se dessine pour lui sur la base d’un rapport au pouvoir dans les sphères d’activités économique, sociale et politique. À ces trois dimensions de la société correspondent trois systèmes de stratification : 
— le premier fondé sur la classe sociale comme dimension économique ;
— le deuxième sur le statut, ou état (Stand), comme dimension sociale ;
— le troisième sur le pouvoir comme dimension politique.

Weber observe que le pouvoir acquis dans un des trois domaines précités tend à s’élargir par la recherche d’un pouvoir égal dans les deux autres domaines, de telle sorte que, fréquemment, le pouvoir politique reflète le pouvoir économique et le pouvoir social. Mais il n’est pas de corrélation automatique entre les trois stratifications. Dans une telle perspective, la structure sociale globale apparaît comme un système complexe de hiérarchies multiples (non réductibles aux seuls aspects économiques), dans lesquelles s’ordonnent les diverses relations d’inégalité.

Entre Marx et Weber un désaccord important touche à la probabilité du processus d’organisation d’une classe économique en véritable communauté ayant des objectifs communs et une action concertée. Weber doute de la possibilité d’instauration chez les ouvriers d’une conscience de classe telle qu’elle les unisse tous dans une lutte commune. T. H. Marshall, qui s’inspire du schéma webérien, ajoute même que, dans la société moderne, la classe, comme aspect de la structure sociale parmi d’autres, tend à perdre de son importance au profit du statut, qui devient l’élément primordial de la stratification.