Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
S

Spinoza (Baruch de) (suite)

En substituant ainsi le panthéisme ou l’immanence à une théologie émanative ou créationniste, Spinoza confère un sens à l’homme dans le monde et une signification à la philosophie. L’homme rendu adéquat à Dieu doit devenir conscient de son statut ontologique, de ses possibilités de connaissance et de perfection qui tendent vers l’infini ; il doit se donner les moyens de se libérer en se comprenant tel qu’il est dans ses rapports aux choses et à Dieu.

« La définition de l’homme n’indique pas un nombre d’hommes, mais ils existent plusieurs » (Éthique). Donc « l’essence de l’homme n’enveloppe pas l’existence nécessaire ». C’est le premier traumatisme humain, la conscience lucide de notre contingence. En soi, cette multiplicité fortuite n’est pas un mal ; elle est même naturelle comme l’indice de la puissance de Dieu. Le mal n’apparaît qu’avec les conflits contemporains de la pluralité. Que l’homme se connaisse donc lui-même ! Il découvrira que ce qu’il nomme sa contingence ne tient qu’à son ignorance des causes, de la Nature et de Dieu, qu’à son incapacité de se situer dans la totalité des attributs.

Contre tout le xviie s. Spinoza nie que l’homme ait une âme substantielle ; l’esprit singulier d’un homme n’est rien d’autre que la pensée effective de notre réalité corporelle singulière. Par nature, l’esprit est uni au corps, l’attribut pensée à l’attribut étendue. « L’esprit ne se connaît lui-même qu’en tant qu’il perçoit les idées des affections du corps » (Éthique). « L’objet de l’idée constituant l’esprit humain est le corps, c’est-à-dire un certain mode de l’étendue existant en acte et rien d’autre. » Spinoza apparaît en précurseur de la phénoménologie moderne : nous sommes notre corps dans la mesure où nous sommes la conscience de la conscience du corps. D’où le parallélisme suivant : ce qui survient dans le monde affecte notre corps et suscite dans l’esprit de nouvelles idées des affections. Le primat revient ainsi au corps comme totalité, dont l’esprit ne peut acquérir qu’une « connaissance confuse et mutilée ». Mais, si « l’esprit est déterminé à vouloir ceci ou cela par une cause qui est, elle aussi, déterminée par une autre cause, et ainsi de suite à l’infini » (Éthique), il en résulte que le déterminisme est la loi absolue de la Nature et « qu’il n’y a dans l’Esprit aucune volonté absolue, c’est-à-dire libre ». Remarquons, en guise de paracritique, que Spinoza ne se heurte jamais, en dépit de ses thèses sur la liberté, au problème de la responsabilité humaine.

Donc l’individu pâtit, puisqu’il subit des affections dont son propre corps n’est que partiellement la cause ; néanmoins, il agit également en tant qu’à partir d’idées adéquates (comme sont les notions communes à tout être raisonnable) il peut déduire d’autres idées dont il est la cause totale. Il faut donc dire que les choses font varier la puissance d’agir de notre corps, tandis que les idées de ces choses font varier la puissance d’agir de notre esprit. Aussi notre pouvoir d’action se mesure-t-il aux obstacles. Et, pour que l’homme accepte de s’efforcer à persévérer dans l’existence, nonobstant ces difficultés, il faut bien que le désir d’agir préside à son essence même.

Ce désir constitue le fait primitif et originel de l’anthropologie spinoziste : il manifeste l’effort pour persévérer dans l’être — le « conatus » actualisé et conscient d’exister grâce à l’action. Avant Marx, Spinoza avait pressenti le rôle capital de la praxis : « L’esprit s’efforce de persévérer dans son être pour une durée indéfinie et [...] comme il est nécessairement conscient de soi par les idées des affections du corps, il est conscient de cet effort [...]. Le Désir est l’appétit avec la conscience de soi-même » (Éthique).

Si le désir est constitutif de l’homme et s’il se définit comme notre puissance même d’exister, on conçoit que doive découler de ces prémisses, logiquement et causalement, l’effort de l’Esprit pour imaginer des choses susceptibles d’accroître sa puissance d’action. C’est là le principe même du jeu varié des passions. Mise au service d’un noble but, l’imagination, cependant, en exerçant son pouvoir sans avoir conscience de la nature exacte de son acte, deviendra source d’impuissance et non de vertu : du parallélisme psycho-physiologique déjà mentionné, Spinoza a tiré un modèle mécanique des passions, un rapport de forces, une tentative d’équilibre. La joie et la tristesse témoignent du passage d’un plus grand degré de perfection à un degré moindre. La joie étant l’affection procurée par la possession des idées adéquates, plus l’esprit d’un individu sera actif et progressera dans la connaissance, plus il sera heureux.

À l’inverse des affections, toute passion réside dans l’imagination ou inadéquation des idées ; elle intervient dans le « transfert » des sentiments : l’amour, la haine, la jalousie, l’espoir, la crainte, l’intolérance, le mépris. Tels sont les dérivés de la tristesse. Mais, lorsque l’imagination se mêle à la force de l’esprit actif et joyeux, les passions, à leur tour, se font vertu : fermeté, tempérance, sobriété, générosité, modestie, clémence... Ne voyons à cela nul paradoxe : si les passions sont — qui le nierait tant leur force est grande ? —, c’est qu’elles ont leur raison d’être ; elles sont naturelles, éthiquement neutres, ni bonnes ni mauvaises, pourvu qu’elles n’entrent pas en conflit avec la raison. Fondée par la nature des choses, une passion ne pourra être combattue que par une autre, plus forte, aidée des sentiments, mais non pas les seules idées ; nulle maladie dans la passion, nulle perversité ; c’est une puissance à éduquer ; de l’ordre de la nature, elle appartient aussi bien à la raison. D’ailleurs qui proposerait un critère objectif du bien et du mal s’illusionnerait naïvement : « Nous ne désirons, nous ne voulons pas, nous ne poursuivons pas une chose parce qu’elle est bonne, mais inversement elle est bonne parce que nous la désirons, la voulons et la poursuivons » (Éthique). Spinoza intègre la valeur au désir sans sombrer dans le subjectivisme. La grande affaire devient de transformer les tendances passives en puissance active, de libérer l’homme sans le sortir de la nature. Cela est possible dès lors que tout conflit provient des passions et que la raison est à même d’accorder un homme avec lui-même.