Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
S

Slovaquie (suite)

Les années 1860-1875 marquent un brusque réveil politique. Après la publication du « Diplôme d’octobre » (1860), le gouvernement autrichien semble favorable à un régime fédéral. Certains catholiques slovaques se rapprochent des libéraux hongrois contre Vienne et forment la Nouvelle École (Nová Škola). Mais, les 6 et 7 juin 1861, une Assemblée nationale est convoquée à Turčiansky Svätý Martin, une petite ville de 3 000 habitants qui sera jusqu’en 1918 le centre du mouvement national. Le mémorandum de la nation slovaque de 1861 demande que l’on définisse officiellement la nation et la langue slovaques, et que l’on délimite une région slovaque, l’Okolie, qui bénéficierait de l’autonomie. Plus prudents qu’en 1848, les représentants slovaques ne réclament plus une diète particulière.

Dans l’application de ce programme, deux tendances se heurtent : les uns, l’Ancienne École (Stará Škola), sont intransigeants sur la délimitation de la Slovaquie ; les autres seraient prêts à l’abandonner en échange de concessions sur les écoles et l’usage du slovaque dans la basse administration.

Mais les Hongrois refusent toute réforme. Alors, les Slovaques se tournent vers la cour de Vienne. Le 12 décembre 1861, un mémorandum approuvé à Turčiansky Svätý Martin est remis à l’empereur François-Joseph par l’évêque catholique Štefan Moyses et par le pasteur Karol Kuzmány, mais sans résultats.

En 1863 est créée à Turčiansky Svätý Martin la Slovenska Matice, organisme culturel inspiré du modèle tchèque, qui doit à la fois encourager les publications en langue slovaque et aider le développement d’écoles secondaires slovaques.

Mais le Compromis de 1867 apporte une terrible déception : dans l’Autriche-Hongrie, les Hongrois seront maîtres de leurs nationalités sans que Vienne puisse intervenir pour les modérer. Une loi des nationalités volée en 1868 par le Parlement hongrois promet le respect des langues nationales, mais elle n’est pas appliquée. Le mouvement slovaque se divise : la Nouvelle École, qui édite en 1868 le journal Slovenskje Novini, veut collaborer avec les Hongrois et attaque les partisans du mémorandum de 1861. Le sort des Slaves de Haute-Hongrie ne cesse de se détériorer. En 1865-1868, ceux-ci n’ont qu’un seul représentant à la diète, un Ruthène, Adolf Dobrjanszkij ; en 1869 s’y ajoute un député slovaque, Viliam Pauliny-Tóth.

À partir de 1875, le gouvernement hongrois de Kálmán Tisza mène une politique de magyarisation à outrance. À ses yeux, « le Slovaque n’est pas un homme », la nation slovaque n’existe pas. Cette même année, la Slovenska Matice est fermée par les autorités. Les Hongrois créent la Femke, « Association d’éducation de la Haute-Hongrie », pour accélérer la magyarisation des écoles. L’Église évangélique même est soumise au contrôle de l’État. Le parti national slovaque ne peut agir : en 1884, il décide le boycottage des élections tant que la Hongrie ne respectera pas la loi des nationalités de 1868.

Au seuil du xxe s., les Slovaques cherchent des appuis à l’extérieur, d’abord parmi les émigrés aux États-Unis, qui forment une colonie active, puis parmi les intellectuels occidentaux, tels l’Anglais R. W. Seton-Watson, le Français Ernest Denis, l’écrivain norvégien Björnson. En même temps, des courants politiques nouveaux apparaissent. Dans le peuple des campagnes, c’est le parti populiste, catholique, de l’abbé Andrej Hlinka (1864-1938). Parmi les intellectuels catholiques, le groupe Hlas (la Voix), de 1898 à 1904, avec Vavro Šrobár (1867-1950) et Pavol Blaho (1867-1927), critique les politiciens slovaques et appelle à une action commune avec les nationalistes tchèques, notamment avec Tomáš Garrigue Masaryk*, qui, demi-slovaque lui-même, veut renforcer les contacts entre les deux mouvements nationaux. D’ailleurs, l’intérêt des Tchèques pour la Slovaquie se montre plus intense à la veille de la Première Guerre mondiale : les banques de Prague investissent des capitaux dans la banque slovaque ou dans les industries du bois.

En 1901, le parti national slovaque reprend son activité et sa propagande, surtout grâce à son aile gauche, que forment Šrobár et l’agrarien Milan Hodža (1878-1944).


La Première Guerre mondiale et la naissance de l’État tchécoslovaque

Les Slovaques se trouvent mobilisés dans la guerre avec les armées austro-hongroises. Lorsque les émigrés de Paris et de Londres commencent à élaborer leurs revendications, ils réclament d’abord l’indépendance des pays tchèques au nom du droit historique ; plus tardivement, ils décident d’adjoindre au nouvel État la Slovaquie au nom du droit naturel. À côté du Tchèque Edvard Beneš et du Morave Masaryk, la puissante personnalité du Slovaque Milan Rastislav Štefánik (1880-1919) exerce son influence après février 1916. Ce fils de pasteur, naturalisé français, astronome, capitaine d’aviation dans l’armée française, éveille les sympathies en France et en Italie en faveur de l’État tchécoslovaque. Ministre de la Guerre dans le gouvernement provisoire, il se tue malheureusement dans un accident d’avion le 4 mai 1919, lors de son retour dans sa patrie.

Le mouvement d’indépendance a trouvé un appui en argent et en hommes dans la colonie slovaque des États-Unis ; le 30 mai 1918, lors de son voyage aux États-Unis, Masaryk signe avec les organisations slovaques en Amérique les accords de Pittsburgh, qui prévoient l’autonomie de la Slovaquie et la reconnaissance du slovaque comme langue officielle. Mais ces accords, considérés comme des engagements privés, ne seront pas appliqués par le nouveau gouvernement.

La Slovaquie tient à exprimer elle-même sa volonté d’union avec les Tchèques. Le 30 octobre 1918, le Conseil national slovaque, réuni à Turčiansky Svätý Martin, se prononce en faveur du nouvel État. Mais, en fait, dans la situation confuse de l’automne de 1918, le pouvoir réel se situe à Prague, qui prend toutes les décisions. Les légionnaires tchécoslovaques doivent conquérir la Slovaquie, qu’occupent encore les troupes hongroises. Bratislava n’est libérée qu’en février 1919. La question la plus brûlante est celle des frontières d’une Slovaquie dont les limites n’ont jamais été définies. Seront-elles ethnographiques ? En fait, mettant à profit la guerre contre la république des Conseils hongrois, d’avril à juin 1919, la Tchécoslovaquie se fait reconnaître le 12 juin par les grandes puissances une frontière plus au sud que la frontière ethnique, qui lui permet le contrôle des voies ferrées d’ouest en est. La Slovaquie englobe donc une forte minorité hongroise (745 000 personnes en 1921) dans la Tchécoslovaquie de l’entre-deux-guerres (1918-1939).