Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
S

sélection animale (suite)

Caractères à améliorer

Les différents caractères à améliorer peuvent être classés de la façon suivante :
1o caractères de race (couleur de la robe, du plumage, forme de la tête, présence de cornes...) ;
2o caractères d’élevage (caractères de reproduction [précocité sexuelle, fertilité, prolificité, longévité...] ; caractères d’adaptation [rusticité, résistance aux maladies...]) ;
3o caractères de production (lait [quantité de lait, composition... ; aptitude à la traite] ; viande [vitesse de croissance, indice de consommation ; conformation, répartition des masses musculaires ; qualité de la viande] ; laine [poids de la toison, finesse du brin de laine] ; œufs [âge au premier œuf, intensité de ponte, persistance de la ponte...]).

Ces caractères, pour pouvoir être améliorés, exigent d’être appréciés soit de façon subjective (appréciation, par des experts, des caractères de race ou de la conformation par exemple), soit de façon objective, par l’intermédiaire des contrôles de performances. Dans ce dernier cas, le caractère en question fait l’objet d’une mesure directe (pesée du lait, pesée de l’animal...) soit par l’éleveur, soit par un technicien spécialisé. Ces contrôles de performances sont, d’ailleurs, réalisés en général à l’échelle départementale par des organisations professionnelles spécialisées : syndicat de contrôle laitier, syndicat de contrôle de croissance...

Le contrôle des caractères peut se réaliser soit sur des animaux présents dans les fermes, soit sur des animaux rassemblés en station. Lorsque les animaux sont élevés dans les exploitations, les facteurs de variation influençant leurs performances sont évidemment plus nombreux, et l’interprétation des résultats de contrôle est souvent difficile. On utilise alors des facteurs de correction permettant de réduire l’influence du milieu et de rendre plus comparables les résultats enregistrés pour des animaux ayant produit dans des conditions différentes. Par contre, dans les stations, les animaux sont soumis à des conditions d’élevage normalisées et contrôlées, si bien qu’il est plus facile de comparer les résultats obtenus.


Choix des reproducteurs

Le choix des reproducteurs est effectué en fonction des objectifs à atteindre. Ceux-ci doivent donc être d’abord bien définis. Toutefois, plus le nombre de caractères retenus est grand et moins la sélection est sévère pour chacun d’entre eux. Ainsi, si 10 p. 100 des animaux doivent être conservés pour la reproduction, une sélection poursuivie sur un caractère conduit à éliminer 90 p. 100 des sujets, alors que la prise en considération simultanée de deux ou trois caractères d’égale importance abaisse respectivement l’élimination à 68 p. 100 et à 53 p. 100 pour chacun de ces caractères. La priorité sera donc donnée aux caractères d’intérêt économique, en tenant compte des exigences imposées par les conditions dans lesquelles seront exploités les descendants des reproducteurs sélectionnés.

Le choix des reproducteurs a pour objet d’éliminer de la reproduction les sujets susceptibles d’engendrer une descendance dont les caractères et les performances ne seraient pas conformes aux objectifs recherchés. Il repose sur l’appréciation de la valeur héréditaire des candidats à la reproduction. Cette appréciation peut être faite de diverses manières.

• Choix sur l’individu ou sélection massale (performance-test). La sélection massale ou individuelle consiste à choisir les reproducteurs en fonction de leurs propres caractères et performances. Les sujets présentant des tares ou des caractéristiques jugées non conformes au but recherché sont éliminés. Cette méthode de sélection est d’autant plus efficace que les caractères à améliorer sont héritables.

• Choix sur ascendance (pedigree). La sélection généalogique fondée sur l’étude du pedigree consiste à choisir les reproducteurs en fonction des caractères et des performances de leurs ascendants ; il est, en outre, tenu compte des caractéristiques présentées par les reproducteurs eux-mêmes, dans la mesure où ils réalisent les performances prises en considération.

Ce mode de sélection a été largement utilisé pour la création et l’amélioration des grandes races actuelles de Mammifères domestiques. Il reste toutefois peu précis.

• Choix sur descendance (progeny-test ou testage). Le choix des reproducteurs est ici effectué au vu des caractères et des performances de lots de leurs descendants choisis au hasard. Cette méthode de sélection, dont l’avantage essentiel est la précision, a pour inconvénient de ne fournir qu’une appréciation tardive de la valeur héréditaire des reproducteurs et d’allonger, de ce fait, l’intervalle entre générations ainsi que de nécessiter l’entretien de reproducteurs qui seront susceptibles d’être éliminés en fonction des résultats du test. Toutefois, sa précision la rend intéressante pour le choix de tous les reproducteurs mâles destinés à être utilisés à une grande échelle, notamment par insémination artificielle.

• Choix sur collatéraux. Dans cette méthode de choix, la valeur du candidat à la sélection est estimée en fonction des performances de ses frères et sœurs, de ses demi-frères ou demi-sœurs. Cette méthode de sélection est surtout utilisée en aviculture.

Les diverses méthodes de choix peuvent, bien sûr, être avantageusement combinées, et un reproducteur peut faire l’objet de choix successifs, en fonction d’abord des résultats de ses parents, puis des siens propres et enfin de ceux de ses descendants.


Méthodes de reproduction

L’utilisation des reproducteurs ainsi sélectionnés peut s’effectuer :
— en race pure (accouplement entre reproducteurs appartenant à une même race), avec ou sans consanguinité ;
— en croisement (accouplement entre reproducteurs appartenant à deux races différentes) ;
— en hybridation (accouplement entre reproducteurs appartenant à deux espèces différentes).


Élevage en race pure

Une race est une collection d’animaux appartenant à une même espèce, qui possèdent un certain nombre de caractères communs et qui jouissent de la faculté de transmettre ces caractères en bloc à leurs descendants lorsqu’on les accouple entre eux.