Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
S

sécrétions végétales (suite)

Les essences, particulièrement volatiles, sont constituées d’un nombre relativement faible de molécules d’isoprène (en C5). Les monoterpènes (C10) et leurs dérivés sont extrêmement variés (une centaine actuellement extraits) : on peut citer entre autres le géraniol, le limonène et les pinènes, qui entrent dans la composition de diverses essences, latex et résines ; dans ces dernières, on trouve des produits d’oxydation des terpènes. Certains, de masse molaire plus élevée, figurent dans la composition des hormones végétales : gibbérellines, abscissine, dormine. Enfin, d’autres, formés de plusieurs centaines de milliers de molécules d’isoprène, constituent la substance principale des latex d’Euphorbe ou d’Hévéa et donnent le caoutchouc et la gutta-percha.

On considère également parfois comme sécrétions les alcaloïdes, substances de déchet du métabolisme protidique végétal. Ces substances aminées plus ou moins basiques ont des propriétés pharmacodynamiques importantes et sont souvent, à forte dose, des toxiques violents pour l’Homme. On peut citer parmi les composés issus de la phénylalanine : l’éphédrine, sympathicomimétique (comme l’adrénaline) et produite par l’Éphédra, l’hordéine, qui provoque une légère hypertension... La colchicine, qui a un noyau benzénique, est un anti-inflammatoire et bloque les divisions cellulaires à l’état de métaphase.

Contenant des noyaux pyrolidiniques, ou pipéridiniques, on connaît notamment l’hygrine des feuilles de Coca, la coniidine, toxique actif de la Ciguë, la ricinine du Ricin, la pipérine, qui donne son goût au poivre, la nicotine du Tabac. La strychnine et la brucine (noix vomique), l’ergotamine (un toxique de l’ergot du Seigle) possèdent un noyau indol. On trouve un noyau quinoléique dans la quinine (Quinquina), la narcotine (Pavot), principe actif de l’opium avec la papavérine, l’émétine (ipéca) et les constituants du curare extraits de divers arbustes. Sont construits autour d’un noyau tropane : l’atropine de la Belladone et d’autres Solanées, la cocaïne également, trouvée dans le Coca (hypnotique). On peut aussi citer la morphine et la codéine (autres constituants de l’opium), contenant un noyau phénanthrène. Enfin la caféine, la théophylline, la théobromine dans le café, le thé, le cacao, le kola sont excitantes et diurétiques.

Les tanins, souvent accumulés dans les cellules spécialisées, peuvent aussi être considérés comme des sécrétions. Ce sont des substances phénoliques réductrices capables de former avec les protides des complexes imputrescibles qui expliquent leur utilisation dans le tannage des cuirs. On en trouve 20 p. 100 du poids sec dans le bois de quebracho (Amérique du Sud), utilisé industriellement ; 10 p. 100 chez Quercus montana ; de plus fortes proportions chez le Palétuvier, l’Acacia, le Châtaignier, les feuilles de thé, de sumac ; jusqu’à 70 p. 100 dans les galles du Chêne. Ils sont en solution colloïdale dans la vacuole de nombreuses cellules et le plus souvent rendus inoffensifs pour la plante du fait de leur liaison avec un glucide (hétéroside). On hésite à leur attribuer un rôle de déchet ou de réserve dans la plante, certains pouvant être libérés de leur union avec les glucides et d’autres semblant bloqués dans des organes en voie de sénescence. Les latex se définissent par leurs propriétés physiques : mélange de substances colloïdales en émulsion ou en suspension accumulées dans un tissu spécial. Les latex contiennent, à des doses variables suivant les espèces, des sels minéraux, des sucres, des acides gras, des hétérosides, des alcaloïdes, des protéines colloïdales (enzymes entre autres), des lipides et oléorésines en émulsion et des gouttelettes de caoutchouc et de gutta, des grains d’amidon... L’Hevea brasiliensis est le principal producteur de caoutchouc mondial ; mais un grand nombre d’autres plantes en élaborent. Quelques constituants des latex peuvent être considérés comme des réserves, alors que d’autres rentrent plutôt dans la catégorie des déchets ; le caoutchouc en particulier ne semble être d’aucune utilité pour la plante.


Les organes sécréteurs

Ces diverses substances sont élaborées et accumulées en des points variés des organismes. On connaît des cellules sécrétrices isolées, des épidermes, des poches et des canaux, enfin des laticifères de forme allongée. On trouve les cellules à tanin surtout dans les parenchymes corticaux ou médullaires (Rosiers) ou dans des feuilles (Camphrier). Certains épidermes possèdent en quantité plus ou moins grande des cellules sécrétrices qui élaborent surtout des essences volatiles, capables de se dégager à travers la cuticule en exhalant divers parfums. On en trouve sur les pétales de nombreuses fleurs (violette, rose...). Parfois, c’est au niveau des poils portés, par les épidermes (poils glanduleux) que se localise la fonction de sécrétion (poils courts et pluricellulaires de la Lavande, poils souvent pédoncules de la Balotte, poils urticants de l’Ortie contenant une substance irritante).

Chez les citrons, les mandarines, les oranges..., les produits sécrétés s’accumulent dans des poches excrétrices sous-épidermiques bordées de cellules sécrétrices. La cavité est remplie des essences caractéristiques de l’espèce. Les canaux excréteurs sont de même nature, mais montrent une forme allongée suivant le grand axe de l’organe ; la cavité centrale est bordée de cellules sécrétrices soutenues fréquemment par des cellules protectrices plus résistantes... On en observe chez les Ombellifères (Carotte, Persil, Cerfeuil...), où ils contiennent les substances responsables de la saveur du végétal, et également chez le Pin et d’autres Conifères, où ils se chargent de résine.

Les laticifères présents chez les Euphorbes, Laitues, Pissenlits, Cannabis... laissent s’écouler lorsqu’ils sont sectionnés un liquide blanchâtre ou coloré dans quelques espèces : jaune chez la Chélidoine, rouge-orangé chez les Sanguinaires (Papavéracées), bleu chez Euphorbia sylvatica. Ce sont des éléments allongés, plus ou moins ramifiés. Certains, provenant d’une seule cellule qui s’est énormément allongée, sont « non articulés » ; leur taille peut atteindre plusieurs mètres, parfois plusieurs dizaines de mètres. L’extraction du latex peut alors se faire par saignées, le liquide s’écoule de la blessure assez facilement jusqu’à cicatrisation. Il n’y a pas de jonction entre les différents laticifères, qui restent indépendants et en nombre déterminé dès la phase embryonnaire, ramifiés chez les Euphorbes. Chez Cannabis, ils sont non ramifiés et apparaissent tout au long du développement. D’autres, par contre, étant formés de plusieurs cellules, sont dits « articulés » ; si les cloisons entre les cellules ne se rompent pas, l’extraction du latex nécessite d’autres procédés (mécaniques ou par solvants). Chez la Chélidoine, on observe de nombreuses perforations dans les membranes transversales ; celles-ci sont résorbées chez les Composées. Les laticifères articulés peuvent être indépendants (Convolvulacées, Chélidoine) ou se relier les uns aux autres (Papaver, Taraxacum, Laitue, Hevea...).

J.-M. T. et F. T.