Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
R

Rousseau (Jean-Jacques) (suite)

Tribulations

1712

(28 juin) Jean-Jacques Rousseau naît à Genève. Mort de sa mère. L’enfant, confié à une nourrice, est élevé en toute liberté par sa tante paternelle.

1722

Son père, condamné à la suite d’une rixe, quitte Genève. Jean-Jacques est confié au pasteur Lambercier, à Bossey.

1724

À Genève, premiers apprentissages : chez le greffier Masseron, chez le graveur Ducommun ; échecs. Vagabondages (autour de Genève).

1728

Rousseau rencontre à Annecy Mme de Warens (Louise Éléonore de La Tour du Pil, baronne de Warens, 1700-1762), qui l’envoie à Turin, où il abjure le protestantisme. Laquais auprès de Mme de Vercellis, puis auprès du comte de Gouvon, dont le fils, abbé, lui apprend le latin et l’italien.

1729-1732

De retour à Annecy, il passe cinq mois au séminaire, puis voyage : Lyon, Genève, Nyon, Fribourg, Lausanne. Il séjourne à Neuchâtel, voyage avec un faux archimandrite à Berne et à Soleure ; il est envoyé à Paris, mais, déçu, rentre à pied à Chambéry, chez Mme de Warens (« Maman »).

1733

Il suit des cours d’harmonie à Besançon. Il donne des leçons de musique à Chambéry.

1734

Il devient l’amant de Mme de Warens.

1735

Voyages : Nyon, Genève, Lyon.

1737

Se croyant malade, Rousseau part. De retour, il trouve sa place auprès de Mme de Warens prise par Winzenried.

1738

Séjour à Montpellier, puis aux Charmettes, près de Chambéry : méditations, lectures et solitude.

1740

Rousseau part pour Lyon comme précepteur des enfants de M. de Mably, prévôt général du Lyonnais. Projet d’une nouvelle notation de la musique.

1741

Adieu aux Charmettes : Rousseau « monte » à Paris.

1742

Il fréquente le monde dans les salons : Mme Dupin, Fontenelle, Condillac, Diderot.

1743-44

Secrétaire particulier du comte de Montaigu, ambassadeur à Venise. Brouillé avec celui-ci, il se réinstalle à Paris.

1745-1748

Il se lie avec Thérèse Levasseur, lingère, sa compagne jusqu’à sa mort. Il rencontre Voltaire et Rameau, occupe le poste de secrétaire et de caissier. Séjour à Chenonceaux. Mort de son père (1747). Rousseau et Thérèse laissent leurs deux premiers enfants aux Enfants-Trouvés.

1749

Visite capitale à Diderot, emprisonné à Vincennes : c’est « l’illumination », qui donne naissance au premier Discours.

1750

Discours sur les sciences et les arts, couronné par l’académie de Dijon. Rousseau est célèbre. Réforme morale.

1751-1753

Rousseau travaille à différents ouvrages.

1754

Il part pour Genève, redevient calviniste et « citoyen ».

1755

Publication du Discours sur l’origine de l’inégalité.

1756-57

Rousseau s’installe chez Mme d’Épinay, à l’Ermitage. Il s’éprend de Sophie d’Houdetot, belle-sœur de Mme d’Épinay. Brouillé avec son hôtesse, il quitte l’Ermitage pour Montlouis (Montmorency), chez le maréchal de Luxembourg.

1758-1761

Il travaille à ses grands ouvrages, en butte à la polémique. Brouille avec Diderot. L’orage de la persécution va éclater.

1762

Le Contrat social est interdit en France, et Rousseau décrété de prise de corps. L’Émile est condamné au feu. Rousseau s’enfuit en Suisse. Expulsé du canton de Berne, il s’installe à Métiers, protégé par le gouverneur (Mylord Maréchal) et honoré par le roi de Prusse, Frédéric II.

1763

Il abdique son titre de citoyen de Genève.

1764-65

Réponse aux attaques des Genevois : Lettres écrites de la montagne. Rousseau s’initie à la botanique et travaille à un projet de constitution de la Corse. Il commence ses Confessions après l’attaque (anonyme) de Voltaire dans le Sentiment des citoyens. Chassé de Môtiers, il se réfugie dans l’île Saint-Pierre, sur le lac de Bienne : six semaines de répit.

1766-67

Expulsé, il gagne l’Angleterre, séjourne chez Hume, mais se brouille avec lui. De retour en France, il est l’hôte du marquis de Mirabeau à Fleury-sous-Meudon et du prince de Conti à Trye (près de Gisors).

1768-1770

Vie errante : Lyon, Grenoble, Bourgoin, où il épouse Thérèse, Monquin, puis Paris, où il copie de la musique, herborise et termine les Confessions.

1772

Il se justifie dans ses Dialogues.

1776

Fin des Dialogues et début des Rêveries du promeneur solitaire. À Ménilmontant, Rousseau est victime d’un grave accident.

1778

Il est accueilli à Ermenonville par le marquis de Girardin.

2 juillet : mort de Jean-Jacques Rousseau. Il est inhumé dans l’île des Peupliers.

1794

Ses cendres sont transportées au Panthéon.

Les œuvres de J.-J. Rousseau

1739

Premier ouvrage : le Verger des Charmettes, poème.

1743

Dissertation sur la musique moderne.

1744-45

Les Muses galantes, opéra.

1745

Collaboration avec Voltaire et Rameau pour les Fêtes de Ramire.

1750

Discours sur les sciences et les arts.

1752

Le Devin du village, opéra-comique ; Narcisse, comédie.

1753

Lettre sur la musique française. Article « Économie politique » pour l’Encyclopédie.

1755

Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes.

1756

Lettre sur la Providence.

1758

Lettre à d’Alembert sur les spectacles.

1761

Julie ou la Nouvelle Héloïse. Émile.

1762

Du contrat social. Lettres à M. de Malesherbes.

1763

Lettre à Christophe de Beaumont.

1764

Lettres écrites de la montagne.

1765

Lettres à M. Buttafuoco sur la législation de la Corse.

1767

Dictionnaire de musique.

1770

Fin des Confessions.

1772

Considérations sur le gouvernement de Pologne.

1776

Fin des Dialogues et début des Rêveries du promeneur solitaire. À tout Français aimant encore la justice et la vérité. Histoire du précédent écrit.

1782

Publication des six premiers livres des Confessions et des Rêveries du promeneur solitaire.

1789

Publication des livres VII à XII des Confessions. Dialogues ou Rousseau juge de Jean-Jacques.