Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
R

révolutions de 1848 (suite)

La réaction (sept. 1848 - mai 1849)

Le retour en force des courants conservateurs s’était déjà manifesté depuis mai à Naples et depuis juin à Paris et à Prague. En Bohême en effet, le Congrès panslave, réuni le 2 juin, avait été dissous par les armées autrichiennes vingt-six jours plus tard. Mais ce n’était alors que péripéties ne remettant pas en cause la marche des idées nouvelles. Le destin des révolutions fut scellé quand les dynasties de Berlin et de Vienne prirent la direction des opérations en vue de refouler définitivement les « forces d’anarchie ».


Italie

La démocratie a pris en charge les aspirations nationales. En Toscane, le 8 février, la république de Francesco Domenico Guerrazi (1804-1873) se substitue au gouvernement du grand-duc, tandis qu’à Rome Mazzini fait proclamer à son tour la république le 9. Oublieux des leçons de Custoza et nonobstant son total isolement, Charles-Albert reprend la guerre contre l’Autriche. Le 23 juillet 1849, c’est le deuxième et irréparable désastre de Novare. Le roi de Piémont-Sardaigne doit abdiquer au profit de son fils Victor-Emmanuel. La monarchie sarde ne conservera son indépendance et son régime constitutionnel que grâce à la pression conjuguée de la France et de la Grande-Bretagne. Les armées impériales continuent sur leur lancée et s’emparent successivement de Parme, de Modène et de la Toscane. La Sicile capitule en mai 1849, et Venise après un siège de quatre mois (22 août). Enfin, Pie IX sera restauré dans la plénitude de son pouvoir par l’expédition française d’Oudinot, détournée de son but originel (juill.). Une abominable réaction se déchaîne dans toute la péninsule, où toutes les réformes, même les plus modérées, sont abolies. L’Italie est rejetée trente ans en arrière.


Autriche

La solidarité entre les démocrates viennois et les révolutionnaires hongrois se manifeste de façon éclatante à l’annonce des mesures prises par Vienne contre le jeune État magyar. Une insurrection éclate le 23 octobre 1848 dans la capitale. On tente d’empêcher le départ des renforts pour la Hongrie. Il faudra plus d’une semaine pour que le maréchal Windischgrätz rétablisse l’ordre à Vienne, au prix d’un affreux carnage. Ferdinand Ier, incapable et discrédité, doit abdiquer le 2 décembre au profit de son neveu François-Joseph. Ardent partisan de l’ordre, le nouvel empereur choisit un président du Conseil autoritaire et ultraconservateur, Schwarzenberg, qui manifeste un zèle redoutable dans les opérations répressives. Des centaines d’ouvriers sont condamnés de manière expéditive par des tribunaux militaires en fonction de lois datant de... 1814. On fusille ensuite les démocrates étrangers, comme Robert Blum, le leader de la gauche catholique allemande, malgré les démarches du Parlement de Francfort. Le 7 novembre, le Reichstag autrichien est dissous, et cet acte de pur arbitraire, qui annonce le retour au despotisme, est suivi, quelques mois plus tard, de l’octroi d’une Constitution réorganisant l’Empire. Désormais, l’Empire ne constitue qu’un État, officiellement composé d’un seul peuple, mais reconnaissant l’existence de groupes parlant des langues différentes. Certes, on reconnaît l’égalité des sujets devant la loi et l’on proclame le respect des langues allogènes. Mais l’Empire est divisé en « États » brisant les cadres historiques traditionnels : il n’y a plus de pays de la couronne de saint Étienne ou de saint Venceslas, mais la Hongrie, purement magyare désormais, la Croatie, la Transylvanie, la Bohême, disposant de droits égaux et d’une représentation propre au sein du futur Parlement d’Empire. C’était porter un coup fatal aux droits historiques de la Hongrie et démembrer son territoire. C’était surtout la fin de la noblesse magyare, ruinée par l’abolition du servage, que confirmait cette Constitution, pourtant fort peu libérale. Soulevée d’indignation, la nation magyare appuie le radicalisme intransigeant de Kossuth. Le 14 avril, l’indépendance est proclamée. Dans un premier temps, l’armée régulière, la Honvéd, aidée des légions de volontaires étrangers, repousse les Impériaux. Mais François-Joseph fait appel au tsar, et, le 13 mai 1849, les troupes de Nicolas Ier entrent en Hongrie. Il leur faudra quatre mois, à vingt contre un, pour venir à bout de leurs adversaires, tandis que l’Europe s’enflamme pour le geste héroïque des compatriotes de Kossuth. La restauration de l’ordre impérial dans les plaines danubiennes prend des allures de Saint-Barthélemy de la noblesse nationale.


Allemagne

Le Parlement de Francfort poursuit sa tâche avec ardeur et crée sur le papier une série de ministères et d’administrations, charpente du Reich de demain. Au fil des événements, il apparaît de plus en plus comme une entité marginale, totalement dépourvu de moyens d’action réels. Quand, le 26 août 1848, l’armistice de Malmö est signé avec le Danemark, l’opinion publique, en particulier démocrate, l’interprète comme une reculade prussienne et une trahison à l’égard de la nation allemande. La fureur nationaliste éclate (barricades à Francfort, émeutes en Bade). L’ordre est maintenu grâce aux contingents austro-prussiens appelés en catastrophe par... le ministère du Reich (sept.). Ainsi, un des premiers actes du nouveau pouvoir central unitaire était d’avouer officiellement son impuissance en quémandant le secours des forces traditionnelles de l’ex-Confédération ! On conçoit que son image de marque n’en ait pas été relevée. En Prusse aussi, l’euphorie de mars s’était vite dissipée. À leur tour, les modérés s’inquiètent de la tournure prise par les événements, en particulier de la montée du parti démocratique et de l’activisme ouvrier. Les classes moyennes et la paysannerie s’effrayent de l’agitation lancée par les démocrates berlinois, dont la propagande par les clubs et la presse se fait chaque jour plus audacieuse. De leur côté, les associations ouvrières (Arbeiterverein), alors en plein essor, suscitent de puissantes manifestations revendicatrices, et les échos de leurs congrès contribuent à entretenir la peur sociale. Encouragée par les succès de l’ordre en Europe, les forces de réaction prussienne, junkers, bureaucrates et militaires, soutenus par la Cour et l’Église luthérienne, reprennent du terrain. Le 8 novembre, Frédéric-Guillaume IV constitue un ministère autoritaire (Friedrich Wilhelm von Brandenburg et Otto von Manteuffel), qui dissout l’Assemblée le 5 décembre.