Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
P

phonétique (suite)

Certains sons ne sont ni vocaliques ni consonantiques : ce sont les glides, appelés plus traditionnellement semi-consonnes (en début de syllabe : le [w] de oui [wi]) ou semi-voyelles (en fin de syllabe : le [j] de fille [fij]). Tous les sons pour lesquels une occlusion interrompt l’écoulement de l’air sont appelés momentanés, et les autres continus. L’articulation buccale, qu’elle soit vocalique ou consonantique, peut s’accompagner d’une résonance nasale si la luette est abaissée, ouvrant la voie des fosses nasales à la colonne d’air pulmonaire (le du français son est une voyelle nasale, le [m] de mon une consonne nasale). Selon que le passage de l’air au niveau de la glotte s’accompagne ou non d’une vibration des cordes vocales (sonorisation ou voisement), on distingue les sons sonores ou voisés [b], [d], [g], [v], [z] des sons sourds ou non voisés [p], [t], [k], [f], [s]. La durée plus ou moins longue de l’articulation (quantité) permet de distinguer les sons longs des sons brefs.

• Point d’articulation. L’articulateur supérieur peut être constitué par la lèvre supérieure (articulation labiale), les incisives supérieures (dentale), les alvéoles supérieures (alvéolaire), la partie antérieure, médiane, postérieure du palais dur (prépalatale, médiopalatale, postpalatale), le palais mou, ou voile du palais (vélaire), l’extrémité du voile du palais, ou luette (uvulaire). Certaines langues connaissent des articulations pharyngales (contre la paroi postérieure du pharynx) ou laryngales (dans le larynx même).

L’articulateur inférieur peut être soit la lèvre inférieure (labiale), soit la pointe de la langue (apicale), soit le revers de la pointe de la langue (rétroflexe), soit le dos de la langue (dorsale). Pour les voyelles, c’est le déplacement de la langue vers l’avant ou l’arrière de la voûte du palais qui distingue les voyelles antérieures des médianes et des postérieures. La forme de la langue peut intervenir pour moduler le son : ainsi, pour l’articulation des fricatives à langue en creux ([s] et [z], et ), la langue forme une gouttière en son axe médian. Toute articulation labiale fait intervenir la lèvre inférieure, qui se combine soit avec la lèvre supérieure (bilabiale), soit avec les dents supérieures (labiodentale). L’arrondissement des lèvres et leur projection vers l’avant permettent de distinguer des articulations labialisées ou arrondies (les fricatives à langue en creux prépalatales et , certaines articulations vocaliques et semi-vocaliques [y], [ø], [w], etc.).


Phonétique expérimentale

Les résultats de l’observation phonétique directe ont été complétés et précisés par des méthodes expérimentales de plus en plus perfectionnées.

Le rôle du palais et de la langue ainsi que leur surface de contact ont pu être étudiés par la méthode palatographique (introduction dans la bouche d’un palais artificiel qui reçoit l’empreinte du contact entre la langue et la paroi supérieure de la cavité buccale), la méthode plastographique (de minces fils d’étain reliés au palais artificiel permettent de connaître le profil exact de la langue pendant l’articulation) et surtout la méthode radiographique, qui a permis de photographier aux rayons X, puis de filmer les différentes positions des organes pendant l’articulation, voire, grâce à un film sonore, d’écouter le son prononcé en observant l’articulation sur l’écran.

Les mouvements du larynx sont observables grâce au miroir du larynx, à l’endoscope et au laryngoscope.

Les mouvements de la glotte, trop rapides pour être observés directement, ont pu être étudiés grâce au stroboscope, fondé sur des interceptions de lumière en concordance calculée avec le mouvement des cordes vocales.

Le kymographe, mis au point en 1847 par le physiologiste allemand Carl Ludwig (1816-1895), permet d’enregistrer mécaniquement et de rendre visibles les mouvements des organes phonatoires. Le principe de cet appareil, perfectionné par l’abbé Rousselot (1846-1924) à la fin du siècle dernier, était celui d’un cylindre rotatif sur lequel un stylet inscripteur notait sous forme de courbes les vibrations des organes phonatoires. Le principe d’un scripteur électrique (procédé Ketterer-Schreiber) a permis d’abandonner l’enregistrement mécanique et de noter non plus les mouvements articulatoires, mais les vibrations acoustiques.


Phonétique acoustique


Données de la phonétique acoustique

La phonétique acoustique étudie la nature physique du message vocal indépendamment des conditions de production et de réception. Les progrès même de la phonétique articulatoire et de l’expérimentation phonétique ont montré que les articulations sont beaucoup moins stables qu’on le croyait autrefois et qu’un même effet acoustique peut être obtenu de façons différentes par des phénomènes de compensation : ainsi, le [ø] français de peu [pø] peut être obtenu à partir de [e], soit par retrait de la langue, soit par arrondissement des lèvres.

Les coordonnées acoustiques du son sont la hauteur, due à la fréquence de la vibration qui le produit, l’intensité, due à l’amplitude et à la fréquence, et le timbre, dû à l’audibilité des tons partiels ou harmoniques. Le son laryngé, provoqué par une vibration composée, est complexe, avec un ton fondamental, correspondant à la vibration de l’ensemble, et des harmoniques, correspondant aux vibrations partielles. Chacune des cavités de résonance, jouant le rôle d’un filtre acoustique, renforce ceux des tons partiels dont la fréquence coïncide avec la sienne. Si le fondamental ou les harmoniques bas sont renforcés, on a un son grave ; si les harmoniques hauts sont renforcés, on a un son aigu. Les fréquences renforcées constituent les formants, qui caractérisent le timbre de chaque son. D’après « la théorie des formants » (1890) de Ludimar Hermann (1838-1914), le timbre des sons vocaliques serait caractérisé par la présence de deux formants correspondant aux principaux résonateurs de l’appareil phonatoire : la bouche et le pharynx. Mais d’autres formants interviennent peut-être aussi, un troisième en particulier pour [i] et [y].