Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
P

Pasteur (Louis) (suite)

Durant la guerre de 1870, Pasteur séjourne à Arbois. Très affecté par la défaite, il publie, après l’armistice, dans le Salut public (Lyon) plusieurs articles sur les carences de la France dans le domaine universitaire, sur la discordance entre l’effort scientifique de l’Allemagne et l’absence d’attention du gouvernement français aux problèmes du développement de l’instruction supérieure.

Durant la guerre civile, toute activité scientifique est arrêtée. Pasteur refuse des propositions du gouvernement italien, qui lui offre une chaire de chimie appliquée à l’agriculture à Pise. En avril 1871, il apprend avec joie le succès de son élève Jules Raulin, qui a mis au point un liquide de culture pour un Aspergillus, et détermine les substances capables d’inhiber la culture. Il perfectionne son système de grainage du ver à soie et commence à se passionner pour la fabrication de la bière. Il imagine des appareils destinés à protéger le moût contre les poussières, se rend en Angleterre, visite des brasseries, y dépiste des « maladies de la bière », conseille et est écouté. Revenu à Paris il met au point le système de chauffage de la bière à 50-55 °C pour assurer sa conservation (bière pasteurisée).

Il doit, à cette époque, répondre aux attaques de nombreux partisans de la génération spontanée. Balard, en janvier 1872, lui écrit : « Ne perdez pas votre temps à répondre à vos ennemis. Laissez-les expérimenter. » Lui rappelant ses découvertes, il lui dit : « Ne peut-on pas espérer qu’en persévérant dans cette voie vous préserverez l’espèce humaine à son tour de quelques-unes de ces maladies mystérieuses dont les germes contenus dans l’air pourraient être la cause ? »

La question posée à Pasteur est alors l’origine des levures, leur aspect, leur physiologie en aérobiose ou en anaérobiose. Surtout, le savant pense aborder l’étude des maladies contagieuses, à l’origine desquelles il évoque le rôle d’infiniment petits. En 1873, il obtient une place d’associé libre de la faculté de médecine. C’est l’époque où Jean-Antoine Villemin démontre la transmissibilité de la tuberculose et se heurte aux sceptiques et où Casimir Joseph Davaine — qui connaît les travaux de Pasteur — rapproche le rôle des ferments de celui d’« animalcules » observés dans le sang charbonneux. Armand Trousseau lui-même avait évoqué le rôle de ferments dans la variole, la morve, mais ces hypothèses étaient oubliées.

À cette époque, l’infection triomphe : l’abandon des règles empiriques de l’hygiène et la promiscuité sont responsables de cette situation. Cependant, Alphonse Guérin, évoquant le rôle des germes de l’air dans l’infection, invente l’« emballage » des plaies opératoires, après lavage : l’infection régresse. L’application des principes de Lister, soutenue en France par Just Lucas-Championnière, fait diminuer le pourcentage des infections postopératoires. Pasteur prouve expérimentalement l’importance de ces méthodes.

À propos d’un conflit avec Henry-Charlton Bastian sur le développement de germes dans les urines, Pasteur démontre l’importance du chauffage à 120 °C, qui bloque le développement des germes (stérilisation des liquides). Il chauffe à 150 ou 200 °C des objets à stériliser, placés dans des tubes ou des flacons de verre. À cette date, ses travaux sur les fermentations et son succès dans la maladie du ver à soie lui apportent une renommée mondiale.

En 1877, Pasteur étudie le charbon. Il démontre que la bactéridie de Davaine est vivante, qu’elle peut se reproduire en dehors de l’organisme, dans des milieux appropriés, et prendre une forme sporulée. Il sépare nettement le germe du charbon des germes de la putréfaction et clarifie certaines données contradictoires liées à la confusion entre ces germes (pour lesquels, en 1878, Charles Sédillot crée le terme de microbe). Il montre le rôle du milieu dans le développement de la maladie.

Le 30 avril 1878, il fait sa communication sur la théorie des germes et leur rôle en pathologie. Il démontre les mécanismes de l’épidémiologie du charbon. À la même époque, il étudie le pus des furoncles, et soupçonne l’origine bactérienne de la fièvre puerpérale.

S’intéressant au choléra des poules, il constate qu’une culture vieillie n’est plus virulente. Inoculée, celle-ci ne transmet pas la maladie. Et mieux, la poule ainsi inoculée n’est plus sensible à une culture fraîche. Pasteur approche du concept de vaccination par bactéries atténuées.

Alors que J.-J. H. Toussaint échoue dans sa tentative de vaccination contre le charbon, il tente d’appliquer à cette maladie les principes découverts à propos du choléra des poules. Il y parvient en atténuant la virulence des bactéridies par vieillissement à 42 °C, température à laquelle le germe ne sporule pas. Le succès de la vaccination est assuré par l’expérience de Pouilly-le-Fort en juin 1882. C’est la gloire. Émile Roux (1853-1933) et Charles Édouard Chamberland (1851-1908) partagent les honneurs. Malgré des oppositions de dernière heure, Pasteur sera désormais écouté.

Au congrès de Londres en août, il est célébré et il séduit par sa logique, son enthousiasme et son honnêteté. Le 8 décembre 1881, il est élu à l’Académie française ; il est reçu par Renan le 27 avril 1882. Au congrès d’hygiène de Genève, il est honoré, malgré de vives critiques des Allemands à propos des « virus atténués » et de la pathogénie du charbon.

Sa pension est augmentée après le rapport de Paul Bert, qui résume l’œuvre de Pasteur en trois points : « Chaque fermentation est le produit du développement d’un microbe spécial. Chaque maladie infectieuse est produite par le développement dans l’organisme d’un microbe. Le microbe d’une maladie infectieuse cultivée dans certaines conditions est atténué : de virus, il devient vaccin. »

En 1884, Pasteur se tourne vers la rage. Il tente d’inoculer la maladie au lapin en injectant salive et sang de chiens enragés. Puis il injecte des fragments cérébraux au lapin. Enfin, il découvre l’inoculation intra-cérébrale qui donne constamment une rage typique. Il parvient à atténuer la virulence par vieillissement et séchage des moelles épinières des lapins inoculés. À Villeneuve-l’Étang, il entreprend deux expériences : la première consiste à rendre des chiens réfractaires par des inoculations préventives, et la seconde à empêcher la rage d’éclater chez des chiens inoculés.