Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
P

Paléolithique (suite)

• Alors que la retouche abrupte d’abattage permettant de découper un silex caractérisait le Gravettien, la retouche plate en écaille sur les faces de la pièce caractérise le Solutréen (de – 20 000 à – 15 000) : cette retouche rasante est dite « envahissante ». Les « feuilles de Laurier », pointes foliacées retouchées sur les deux faces, sont typiques de la phase moyenne ; les « feuilles de Saule », plus étroites et dont la face supérieure seule est retouchée, caractérisent la phase récente. L’outillage osseux semble moins important que lors de l’Aurignacien, mais on fabrique des aiguilles à chas en os. L’originalité de la culture solutréenne, centrée sur le sud-ouest de la France, la fait se rattacher difficilement aux autres cultures européennes.

• Les faciès du Magdalénien (de – 13 000 à – 8 000) terminent de façon magistrale le Paléolithique supérieur. Divisé en six périodes par Henri Breuil, le Magdalénien marque l’épanouissement de l’outillage osseux. Les critères pertinents des six périodes sont empruntés en effet aux sagaies et aux harpons. Le Magdalénien I comprend des pointes de sagaie à simple biseau large et pointu (base en lancette), qui font place à de fortes sagaies à base conique au cours de la période II. Les pointes du Magdalénien III sont marquées de profondes rainures longitudinales. Avec le Magdalénien IV apparaissent les barbelures, d’abord petites et serrées, sur des proto-harpons. Les véritables harpons à un rang de barbelures fortes et incurvées n’apparaissent qu’au Magdalénien V. Les harpons du Magdalénien VI possèdent deux rangs de barbelures, et leur forme permet de distinguer deux phases : les premiers harpons (VI a) se rapprochent des précédents, alors que les suivants (VI b) portent des barbelures nettement détachées du fût et de contour anguleux.

L’industrie lithique se développe parallèlement à l’industrie osseuse : les burins abondent, et leur diversification continue. Le Magdalénien se singularise par des petites lamelles à bord abattu se terminant par une troncature oblique leur conférant une silhouette triangulaire ; elles se raccourcissent dans les périodes suivantes et sont parfois denticulées. Le Magdalénien VI apporte un type nouveau de burin, le bec-de-perroquet, et une lamelle à dos courbe possédant au moins une extrémité pointue, le canif. Le nombre des burins diminue au profit des grattoirs courts sur éclats (grattoirs unguiformes).

Le Hambourgien allemand, le Creswellien anglais et le Romanellien d’Italie sont contemporains du Magdalénien final.


Cas de l’Amérique

La phase débutant avec l’arrivée des premiers immigrants sur le continent américain est souvent appelée paléo-indienne. Vers le VIe millénaire lui succède une période dite « archaïque », précédant elle-même le stade « formatif ». Les termes paléo-indien et archaïque tombant en désuétude, les groupes humains correspondant aux chasseurs du Paléolithique sont classés plus volontiers dans le stade des « prédateurs ».


Les documents

• Amérique du Nord. À Lewisville (Texas), un foyer remontant à 37 000 ans constitue le plus ancien vestige humain connu sur le continent américain. À Tule Springs (Nevada), des os carbonisés de Mammouth ont été datés de 24 000 ans. Le Nouveau-Mexique est riche en gisements, dont plusieurs ont livré une stratigraphie permettant de sérier les diverses industries lithiques. Les pointes de Folsom se superposent aux pointes de Sandia à Sandia Cave et aux pointes de Clovis à Blackwater. Retenons les sites de Clovis (IXe millénaire environ) et de Lucy pour leurs pointes. Les déchets de Lindenmeier (Colorado) ont permis d’analyser le processus de taille des pointes à cannelures. La stratigraphie de Silver Springs (Floride) montre l’antériorité des pointes de Clovis par rapport aux pointes à pédoncules. Citons enfin les gisements de Scottsbluff (Nebraska) et d’Eden (Wyoming) pour leurs pointes, et les grottes de Ventana (Arizona), de Gypsum (Nevada) et de Danger (Utah) pour leurs stratigraphies.

• Mexique. Santa Cruz Tepexpan (État de Mexico) a livré un squelette de Néanthropien fossile datant du IXe millénaire. À 2 km de là, le gisement de Santa Isabel Tepexpan a révélé des ossements de Mammouth associés à une industrie lithique.

• Amérique du Sud. Les amas de coquilles, ou « sambaquis », sont très nombreux au Pérou jusqu’en Patagonie. Celui d’Englefield, dans la région de Punta Arenas (Chili méridional), contenait un abondant outillage en obsidienne (VIIIe millénaire). Le gisement d’Ayampitin, dans la Pampa argentine, est éponyme d’un type de pointes retrouvé dans plusieurs sites sud-américains (VIIe-VIe millénaire). Les meilleures stratigraphies ont été relevées à Intihuasi, au nord-est de Córdoba (Argentine), et à la grotte Fell, en Patagonie australe. Les couches inférieures d’Intihuasi doivent remonter au VIIe millénaire, et celles de la grotte Fell au IXe millénaire.


Les industries lithiques

• Les pointes de jet constituent les critères pertinents des différentes cultures préhistoriques américaines. La plus ancienne, celle de Sandia (de – 12 000 à – 8 000), possède des pointes bifaces à épaulement asymétrique rappelant les pointes à cran solutréennes. Ces pointes, répandues largement dans le sud des États-Unis et jusqu’en Amérique centrale, sont antérieures aux pointes à cannelures de Clovis et de Folsom (Xe millénaire environ) : les premières n’ont que des amorces de cannelures et mesurent entre 5 et 11 cm ; les secondes, plus récentes, ne dépassent pas 5 cm et sont nanties d’un large pédoncule.

Les pointes de Plainview (Texas, VIIe millénaire) ont des bords rectilignes et une base concave. Sans cannelures et sans pédoncules, elles marquent peut-être un stade intermédiaire entre les précédentes et les pointes à pédoncules, représentées par les types foliacés de Scottsbluff et d’Eden, plus allongés, et par les types triangulaires de Gypsum Cave (6 500 avant notre ère).

• En Amérique du Sud, la stratigraphie de la grotte Fell montre la succession des pièces foliacées ou triangulaires, puis des pointes à pédoncules et à ailerons, qui se développent parallèlement aux précédentes. À noter que, dans les régions tropicales, existait une industrie fondée sur le Bambou.