Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
O

Ourarthou ou Ourartou (suite)

Ce puissant royaume, dont l’influence culturelle s’était étendue à la fois aux Mèdes, aux Phrygiens, aux Grecs et aux habitants des régions proches du Caucase, tombe dans un oubli total, d’où il ne sera tiré que par les archéologues, qui inaugurent l’exploration de son territoire en 1827, et les philologues, qui, à partir de 1871, attribuent les objets d’art trouvés aux Ourarthéens, adversaires des Assyriens.

G. L.

➙ Anatolie.

 F. W. König, Handbuch der chaldischen Inschriften (Graz, 1955). / B. B. Piotrovskii, Ourartou (en russe, Moscou, 1959 ; trad. fr., Nagel, 1969).

ourdissage

Opération textile qui consiste à enrouler, dans un ordre déterminé et autant que possible sous une même tension, un certain nombre de fils d’égale longueur sur une ensouple pour former la chaîne destinée à alimenter le métier à tisser.



Principe

Le grand nombre de fils constituant une chaîne ne permet pas d’ourdir en une seule fois : il faut donc procéder en plusieurs opérations, et deux possibilités sont offertes.

• L’ourdissage classique consiste à préparer des ensouples primaires qui ne contiennent qu’un certain nombre de fils et qui sont ensuite réunies pour former l’ensouple destinée au métier à tisser. Il est employé pour des chaînes de grand métrage, pour des articles unis, ainsi que pour des articles fantaisies à raccords symétriques.

• L’ourdissage sectionnel consiste à dévider sur un tambour, section par section, un nombre donné de fils, l’ensemble de ces sections constituant la totalité de la chaîne qui sera ensuite enroulée sur l’ensouple destinée au métier à tisser. Il est utilisé pour des articles fantaisie à multiples dispositions, à raccords dissymétriques ainsi que pour des chaînes de faible métrage.


Matériel utilisé

Toute installation d’ourdissage comprend toujours deux parties : le cantre et l’ourdissoir proprement dit.


Cantre

Constitué par un ensemble de supports, il sert à recevoir les bobines à partir desquelles les fils sont déroulés pour l’ourdissage. Les cantres actuels permettent de travailler à la défilée à de grandes vitesses (de 300 à 1 000 m/mn) avec une capacité de 400 à 600 bobines. Le cantre comporte également les tendeurs, qui permettent de donner au fil une tension constante pendant toute l’opération d’ourdissage, les séparateurs, qui supportent et guident les fils durant leur parcours le long du cantre, et enfin les casse-fils, qui arrêtent automatiquement l’ourdissoir dès qu’un fil casse.

• Les cantres à chariots sont formés de deux éléments parallèles à écartement variable où sont fixés les tendeurs, les séparateurs et les casse-fils ; un certain nombre de chariots portant les bobines viennent se placer entre ces éléments.

• Les cantres magasin permettent d’assurer de façon permanente l’alimentation des ourdissoirs puisque les fils de deux bobines successives peuvent être liés ensemble.


Ourdissoir

• L’ourdissoir classique comprend, en amont, un peigne extensible qui assure une répartition uniforme des fils et dont le mouvement de va-et-vient est réglable. La mise en place et la descente de l’ensouple se font automatiquement par l’intermédiaire d’une commande spéciale. L’ensouple est entraînée positivement par moteur à vitesse variable, et un rouleau à pression réglable permet de modifier la dureté de l’enroulement. Lors de la rupture d’un fil, des freins (hydrauliques, électromagnétiques, etc.) extrêmement puissants et synchronisés provoquent l’arrêt instantané de l’ensouple. L’ourdissoir peut se déplacer sur rails afin de desservir plusieurs cantres.

• L’ourdissoir sectionnel comprend un peigne étroit qui guide les fils de la section. Monté sur un chariot mobile, ce peigne assure la mise en place correcte des couches successives de fils qui viendront s’enrouler sur un tambour entraîné positivement. Généralement en métal léger, ce tambour est fermé de tous côtés afin d’éviter les tourbillons d’air nuisibles à la qualité des chaînes. De plus, pour servir d’appui à la première section et éviter l’éboulement des différentes couches de fils, il possède sur une de ses extrémités une base tronconique. La conicité est donnée soit par des lames que l’on règle par une commande centrale (l’angle sera différent suivant les matières employées et leur titre), soit par un tronc de cône fixé directement sur le tambour. Dans ce cas, les tambours sont livrés avec des conicités différentes selon les matières à ourdir. Enfin, l’ourdissoir sectionnel comprend un dispositif permettant, après l’ourdissage, d’enrouler, à partir du tambour, les fils de chaîne sur l’ensouple du métier à tisser.

H. D.

Ouro Prêto

Ville du Brésil (État de Minas Gerais), au S.-E. de Belo Horizonte ; 8 800 hab.


Ancienne capitale du Minas* Gerais, Ouro Prêto est l’une des villes d’art les plus séduisantes d’Amérique : elle forme un ensemble de rococo luso-brésilien homogène et intact, dans un cadre de montagnes escarpées aux flancs desquelles, à tous les niveaux, jaillissent les clochers trapus des églises.

Le xviiie s. a vu la naissance de cette ville minière, son ascension foudroyante et son déclin. Faute de métaux précieux, le Brésil avait souffert d’un long complexe d’infériorité vis-à-vis des colonies espagnoles, lorsqu’en 1694 des « bandeirantes » découvrirent, dans les montagnes à 450 km à l’ouest de Rio, des boues aurifères (d’où le nom d’Ouro Prêto, l’or noir) d’une teneur en minerai exceptionnelle. Une véritable ruée d’immigrants suivit, venus d’Europe et de toute l’Amérique, que l’autorité royale utilisa et endigua par des mesures draconiennes : impôts du cinquième sur l’or recueilli, interdiction de la zone minière aux étrangers et aux ordres religieux (pour leur épargner la « fièvre de l’or »). Une série de villes naquit, dont les principales furent, à quelques kilomètres de distance, Mariana, évêché et centre religieux, et Ouro Prêto (alors dénommée Vila Rica), centre administratif et économique.