Grande Encyclopédie Larousse 1971-1976Éd. 1971-1976
O

Ottomans (suite)

Les incertitudes du xviie siècle

Si l’on considère l’Empire ottoman de l’intérieur, le xviie s. donne tous les signes d’une complète décadence. La succession régulière de père en fils est abandonnée par Ahmed Ier, qui désigne comme successeur son frère Mustafa Ier. Pourtant, en 1618, c’est le fils d’Ahmed Ier, Osman II, qui est proclamé Sultan à l’âge de quatorze ans. Malgré son jeune âge, le prince comprend qu’il est indispensable de mettre fin à la corruption. Mais il se heurte aux gens en place et à l’armée. Les janissaires pénètrent dans le sérail, déposent leur souverain, puis l’exécutent (1622). Dès lors, conscients de leur force, ils ne cesseront plus d’intervenir à toute occasion, disposant souvent de princes qu’on ne met plus à mort, mais qu’on enferme lors de l’intronisation d’un des leurs. Dans les premières années du règne de Murad IV (1623-1640), la grande jeunesse du Sultan permet à la reine mère Kösem de diriger en fait la politique. Les ministres se succèdent, le Trésor est vide ; les soldats demandent soldes accrues et honneurs ; l’Anatolie se soulève. Il faut que Murad, mûri, se dévoile d’une férocité extrême pour que revienne dans l’Empire un peu d’ordre. Son frère Ibrahim (1640-1648), seul survivant de la famille, victime d’une multitude d’assassinats, a passé son adolescence enfermé et dans l’angoisse de la mort. On le craint impuissant, aussi l’encourage-t-on à vivre avec les femmes. Tombé au pouvoir de ses concubines, il meurt assassiné, sans avoir rien fait, et comme il l’avait toujours redouté. Un enfant de sept ans lui succède, Mehmed IV (1648-1687). Les femmes du palais se livrent entre elles de farouches batailles, et neuf ministres se succèdent en quatre ans. Les janissaires ne font plus figure de soldats : ils se marient, ils s’installent avec leurs épouses et leurs enfants, ils vendent leurs charges et acceptent parmi eux les premiers venus. Soliman III (ou Süleyman) [1687-1691], Ahmed II (1691-1695), Mustafa II (1695-1703) laissent l’Empire aller à la dérive.

Par bonheur, en 1656, une reine mère a fait nommer grand vizir Mehmed Köprülü († 1661), le premier d’une dynastie de ministres dont la forte personnalité et les immenses talents vont pallier, jusqu’en 1710, l’insuffisance des souverains (Ahmed Köprülü [1635-1676], Kara Mustafa Paşa, exécuté en 1683 après l’échec du siège de Vienne, Mustafa [1637-1691], Hüseyin et Numan Köprülü [1670-1719]).

Vu de l’extérieur, l’Empire semble toujours aussi puissant. En 1663, une armée ottomane attaque l’Autriche, entre en Silésie et provoque une telle alarme que l’Europe s’unit pour une ultime croisade. Louis XIV y envoie l’élite de sa noblesse (défaite de Saint-Gotthard en Hongrie, paix d’Eisenburg [Vasvár], 1664). En 1669, la dernière base vénitienne en Crète tombe aux mains des Turcs. En 1683, Vienne est assiégée. Une nouvelle puissance cependant est apparue. La Russie, non contente de participer à la lutte contre les Turcs, va devenir leur principale ennemie. Elle intervient déjà en 1684 dans la Sainte Ligue suscitée par la papauté et on la retrouve au traité de Karlowitz (26 janv. 1699), qui marque le premier recul des Ottomans : la Hongrie revient presque tout entière aux Habsbourg, tandis que Polonais, Vénitiens et Russes obtiennent de maigres avantages territoriaux.


Les grandes défaites du xviiie siècle

Aucun sultan du xviiie s. ne présente le moindre intérêt comme chef d’État, même quand il fait montre de certaines qualités humaines. Ahmed III (1703-1730) est un poète et un épistolier de mérite, un homme au caractère habituellement doux, mais aux colères impitoyables, un amoureux fervent et prévenant, un passionné de plaisirs et d’argent. Son goût pour les fleurs fait donner le nom d’« ère des Tulipes » (Lâle Devri) à la période 1718-1730. Mahmud Ier (1730-1754), grand constructeur, a l’étoffe d’un bon souverain, mais il est diminué par la longue réclusion de sa jeunesse : du moins ne laisse-t-il pas un trop mauvais souvenir. Celui de Mustafa III (1757-1774), qualifié par certains historiens de despote éclairé, serait meilleur encore si la politique étrangère était alors moins désastreuse. Il n’est guère d’éloge à faire d’Osman III (1754-1757) et d’Abdülhamid Ier (1774-1789).

On peut s’étonner que des princes si médiocres et des défaites si répétées n’entraînent pas une rapide disparition de l’Empire : c’est la preuve de la solidité de ses assises. Car tout va mal sur les champs de bataille. Si, en 1715, les Turcs ont bien reconquis la Morée, ils échouent devant Corfou. En 1716, ils perdent Temesvár (auj. Timişoara), en 1717 Belgrade. La paix de Passarowitz (1718) consacre ce premier grand recul. En 1736, les Russes entrent en Crimée, en 1737 les Autrichiens sont en Valachie et en Moldavie. Les préoccupations que la Suède cause au tsar et la médiation française permettent aux Ottomans un redressement momentané et l’annulation du traité de Passarowitz. En 1764, la Russie envoie ses troupes en Pologne, dont l’intégrité du territoire a été garantie par la Turquie. La guerre russo-turque n’éclate cependant qu’en 1768. Elle est désastreuse pour les Ottomans. Par le traité de Kutchuk-Kaïnardji (1774), le tsar reçoit Azov, Kertch, le Kouban, l’embouchure du Dniepr, des privilèges commerciaux et le droit de libre navigation en mer Noire. En 1788, l’Autriche et la Russie sont en guerre avec le Sultan. Dès 1789, celui-ci subit une série de défaites : il perd Bucarest, la Petite Valachie, Belgrade. La paix dé Svištov (1791) avec l’Autriche annule heureusement les défaites ; celle de Iaşi avec les Russes (1792), moins sévère que les Turcs ne pouvaient le craindre, consacre néanmoins l’abandon de la Crimée et de la Bessarabie.


L’expansion du commerce européen

Les capitulations accordées à la France par Süleyman Kanunî sont renouvelées en 1569, 1581, 1604, 1673. Au xviie s., Colbert crée les compagnies du Levant, réorganise les consulats dans les pays musulmans. Les marchands français occupent une place de choix dans le commerce de l’Orient. Ils ne manquent cependant pas de rivaux. Dès 1580, les Anglais obtiennent la signature de capitulations et le droit de pavillon. En 1581, ils créent leur future Compagnie du Levant, fondement de leur puissance économique en Méditerranée orientale. En 1612, les Hollandais les imitent avec un très grand succès. Naturellement, toutes les puissances maritimes sont intéressées au premier chef par la libre navigation sur mer. Les corsaires barbaresques sont inlassablement attaqués ; leurs ports sont bombardés.